Accueil > Articles > À la verticale de l’été

Rubriques

Articles

À la verticale de l’été

À la verticale de l’été

Esthétisme, sensualité et langueur sont des mots qui caractérisent bien À la verticale de l’été, magnifique film de Tran Anh Hùng. Dans cette fiction est racontée en parallèle la vie de trois sœurs, et en particulier leur vie amoureuse ; trois femmes d’âge différent qui se forgent chacune une expérience distincte, mais qui pourtant sont profondément liées.


C’est donc à travers ces trois sœurs et leur famille que l’on découvre la vie de tous les jours à Hanoi, qui s’écoule tranquillement, humide et verdoyante.

Le film aborde l’adultère en racontant les problèmes conjugaux des deux plus grandes sœurs. La première, Suong, se réfugie dans un mutisme têtu afin de pallier son sentiment de culpabilité, car elle trompe son mari qui la néglige. La deuxième, Khanh, essaie de comprendre ce qui pousse son conjoint à la tromper alors qu’il semble heureux avec elle. Les doutes et la fougue de la jeunesse sont aussi traités en suivant la jeune Lien (interprétée par la magnifique Tran Nu Yen Khe, actrice fétiche de Tran Anh Hùng) dans ses nombreuses aventures à travers Hanoi. Ces trois personnages principaux sont à un moment charnière de leur vie et se trouvent obligés d’y faire face, afin de préserver l’équilibre familial.


Au-delà de la simple histoire de couples ou de famille, le réalisateur nous fait comme à son habitude apprécier la beauté des moindres détails (comme dans L’odeur de la papaye verte ou Cyclo), autant dans les actions quelquefois banales des protagonistes que dans leur environnement. Ainsi il transforme un événement sans prétention comme le réveil de Lien en une séquence extrêmement langoureuse et qui laisse rêveur... La séance de plumage des poulets par les trois sœurs, qui est en soi un acte plutôt désagréable, devient comme par magie un moment d’intimité fort qui marque le spectateur... Et comme on aimerait nous aussi nous laisser flotter sur l’eau de la baie d’Halong, comme un des personnages masculins, dans ce cadre merveilleux et serein !


À la verticale de l’été nous fait ainsi découvrir les divers aspects de la vie quotidienne à Hanoi de nos jours. On fait connaissance avec la ville qui est tour à tour sous une pluie battante ou éclairée par de joyeux rayons de soleil. On suit ses habitants, dans la fraîcheur d’un jardin ou dans un des nombreux cafés de la ville, où beaucoup de Vietnamiens passent leurs après-midi. On entre chez une famille et on découvre ses relations fortes, décrites avec justesse et sobriété par Tran Anh Hùng, relations parfois presque incestueuses tellement elles sont intimes dans le cas de la jeune Lien et de son frère. Enfin, on contemple la vie qui s’écoule, lentement mais imperturbablement, toute une année durant, ponctuée par des joies et des peines. On la regarde passer, à la fois grave et légère. Le réalisateur l’évoque d’ailleurs fort joliment (*) :

« Un souvenir : la sieste.
Longtemps après, guidé par ces premières impressions,
un cheminement naturel et sans effort me ramène aux siestes de mon enfance.
Des heures de rêverie. Des heures lénitives.
Des après-midi brûlants et immobiles,
bercés par le bruissement des insectes,
enivrés par l’odeur des caramboles pourries tombées au pied de l’arbre.
Une petite inquiétude s’est logée au fond de mon cœur :
mes parents ont eu des mots.
Pourtant, de leur histoire,
je ne connais que des récits d’événements harmonieux. »



Ce film est pour moi un poème frais et mélancolique, ou bien un beau tableau mouvant et chantant... Il représente une réelle invitation au rêve malgré son aspect réaliste lorsqu’il aborde tous les côtés de la vie quotidienne dans Hanoi la Romantique. La musique qui ponctue les faits et gestes des personnages ajoute à l’ambiance intimiste de cette œuvre qui devient d’une scène à l’autre mystérieuse ou attachante, voire familière. On a réellement l’impression, à la fin du film, d’avoir fait un voyage dépaysant et inoubliable à Hanoi... Un plaisir délectable !


* Source : Productions Lazennec

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisateur, scénariste : Tran Anh Hung
Pays : Vietnam
Année : 2000
Interprètes : Tran Nu Yen Khe, Nguyen Nhu Quynh, Le Khanh, Tran Manh Cuong, Ngo Quang Hai
Directeur de la photographie : Mark Lee
Ingénieurs du son : Francois Waledisch, Gérard Hardy
Producteur : Christophe Rossignon
Durée : 112 min
Support : DVD, Studio Canal en Zone 2

Article précédent | pret immobilier
Anand

Article suivant | credit immobilier
Raja Hindustani


Dans la même rubrique

My Name Is Khan
My Name Is Khan
Ong Bak 2
Ong Bak 2
IP MAN
IP MAN
Chocolate
Chocolate
La Momie - La Tombe De L'Empereur Dragon
La Momie - La Tombe De L’Empereur Dragon

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan