Accueil > Articles > Andhaa Kaanoon (ou Andha Kanoon)

Rubriques

Articles

Andhaa Kaanoon (ou Andha Kanoon)

Andhaa Kaanoon (<i>ou</i> Andha Kanoon)

"Yeh Andha Kanoon Hai, Yeh Andha Kanoon Haiiii", depuis que j’ai entendu Amitabh Bachchan fredonner cette chanson, elle me trotte dans la tête... Evidemment, c’est le grand Kishore Kumar qui lui prête la voix ! Amitabh Bachchan qui chante le titre d’un film du tamil Rajni Kanth. Oui, car le demi-dieu bollywoodien n’apparaîtra qu’en guest star. Mais comme à chacune de ses participations dans un film, notre homme volera la vedette à l’acteur principal. Sur Sholay, ce fut la légende Dharmendra qui devait alors s’éclipser. Ici, ce sera le moutachu rondouillard Rajni Kanth qui devra, malgré ses gesticulations « efficaces et charismatiques », céder un peu de son trône.

JPEG - 15.5 ko
Un bonheur entre frère et sœur, en apparence...

Ce film, Andha Kanoon, s’avère très intéressant au niveau contenu, même s’il porte tous les stigmates des classiques de Bollywood. Rajni Kanth, le héros tamil au succès incontesté chez lui, va tout mettre de son talent de comédien dans un rôle de composition hors du commun. Comment un film populaire peut-il offrir une telle prestation ? Comme nous l’avons vu avec Zanjeer, Bollywood est capable de temps à autre de proposer une épaisseur psychologique à son personnage principal. Ici, Rajni Kanth est le digne héritier du personnage de Zanjeer... Il va pousser encore plus loin le concept du héros colérique. Dans Zanjeer, Amitabh Bachchan était obsédé par la volonté de retrouver le meurtrier de ses parents. Il n’hésitera pas à utiliser la force pour y parvenir. Rajni Kanth sombrera vers le côté obscur, frôlant la folie furieuse.

Rajni Kanth et sa sœur Héma Malini sont les seuls survivants du terrible meurtre de leurs parents (à croire que les criminels tuent inévitablement des gens innocents en laissant leur progéniture assister au massacre). Ici, le problème se complique car la justice blanchit ces bandits. Intouchables devant la loi, certes, mais pas devant Rajni Kanth. En bon héros bollywodien, il mémorise les traits saillants des tueurs de ses parents. Chaque assassin possède une manie que le moustachu tamil se fera un plaisir d’exploiter dans sa future vengeance. Le film démarre donc une dizaine d’année plus tard comme dans tout bon Bollywoood. Rajni Kanth devient un adulte puissant, bardé de cuir et roulant en moto, tandis que sa soeur, Hema Malini, prend la fonction d’inspecteur de police. Rajni Kanth choisit donc la voie la plus directe mais aussi la plus illégale (ou immorale) pour se venger, tandis que sa soeur préfère faire confiance à la loi.

Voilà le vrai sujet de l’histoire : la justice aveugle. Cette justice qui ne voit rien pendant que les faibles sont maltraités par les riches ou les bandits. Quand elle voit claire, on se propose d’acheter sa cécité... ou son silence. Cette critique de l’inégalité en Inde et du pouvoir des institutions ne fait pas dans la dentelle. Ce n’est pas un document d’auteur mais une oeuvre populaire où l’on devra serrer le poing et frapper pour rendre la seule véritable justice : la loi du Talion. Rajni Kanth offre un personnage névrosé, dévoré par la haine. Les terribles flash back de son drame familial reviennent tellement souvent qu’ils nous marquent plus que lui, j’imagine. ;o) Il va enfreindre la loi et s’opposer à sa sœur. Il mènera une croisade sans merci contre les trois criminels responsables du malheur de sa famille. Ce jeu du chat et de la souris offre des scènes tour à tour touchantes, amusantes ou dramatiques.
Rajni Kanth se montre très convaincant dans son rôle de martyr dont les yeux versent des larmes de sang quand il se remémore les scènes terrifiantes de son enfance. Cette idée de se venger malgré la loi me semble très nouvelle dans le cinéma bollywoodien. Elle s’accompagne en plus d’une critique en règle de tous les travers de cette justice. Amitabh Bachchan va abonder dans ce sens et répandra le Yeh Andha Kanoon Hai.

JPEG - 18.8 ko
Un sentiment de déjà vu dans Bollywood (cf. Deewar), non ? Opposition Loi-Désordre/Frère-Soeur

Dans ce film, Amitabh Bachchan joue un policier incorruptible qui perdra femme et enfant devant les machinations des méchants. Comme tout bon héros, notre Amitabh est le type même du père de famille idéal qui est capable de consoler sa fille avec une superbe chanson Rote rote Rote Rote Hasna Seekho... Un bonheur qui sera détruit dramatiquement. Policier et victime de la justice, c’en est trop pour notre homme qui s’en alla donc vagabonder à travers l’Inde en chantant Yeh Andha Kanoon haii. Les paroles ne manqueront pas de parvenir aux oreilles de Rajni Kanth qui, depuis l’enfance est un solitaire. Evidemment, cette rencontre de deux géants ne doit pas être mal traitée. Et elle ne le sera pas. Grand moment de cinéma à ne pas manquer tant elle doit réunir la signification du respect, de l’admiration et de la reconnaissance d’une certaine vérité partagée par deux personnages. La route de Bollywood (un Amitabh un peu vieillissant, affublé d’une barbe hirsute, et en haillon) croise celle de Mollywood (un Rajni Kanth, jeune, moustache bien peignée, tout en cuir et lunettes noires, sur une moto) ! Un moment à raconter à vos enfants !

Le moustachu tamil est évidemment l’attraction du film car il arrive avec ses compétences assez particulières. Très habile de ses pieds et de ses mains, il nous offre un festival d’arts martiaux digne des films de Hong Kong (enfin presque). Sa grande particularité, par rapport aux autres acteurs bollywodiens, réside dans une habilité incroyable qui ridiculise ses adversaires. Et je ne doute pas que chaque geste de l’homme électrise son public. L’exemple le plus flagrant est qu’au cours d’un échange de coups, Rajni Kanth va faire sauter une cigarette dans sa bouche. Ou bien il s’amusera avec un verre d’alcool tout en donnant des baffes aux malfrats et sans en verser une seule goutte. De quoi faire plier d’admiration les spectateurs. A chaque fois, le tamil fait son show ! Amitabh Bachan dispose d’un registre du même acabit mais en moins exotique et développé. Pourtant, il éclipse sans peine notre délirant tamil quand il apparaît en scène. On ne peut pas non plus minimiser la puissance de feu de Rajni Kanth. C’est un acteur qui n’a jamais vraiment connu l’échec en ce sens que tous ses films ont toujours cartonné au Box Office, ce qui n’est pas le cas d’Amitabh. Le moustachu a même des fans au Japon ! L’un d’entre eux ayant acheté à prix d’or une copie d’un de ses films !

La présence féminine n’est pas si insignifiante mais sera toujours en de-ça de la masculine. Héma Malini fait ce qu’elle peut pour donner le change. C’est le cas de dire puisqu’elle distribuera aussi quelques coups ! Pourtant, elle sera toujours ridiculisée à l’image de la pseudo-loi qu’elle défend. La moralité ici, il faut bien le comprendre, c’est qu’il est hors de question de respecter la loi (l’inverse de ce que l’on enseigne dans un film bien pensant de Hollywood).
Rena Roy dans le rôle d’une danseuse pauvre reste dans les tons classiques avec des chansons et des chorégraphies qui s’oublient vite.

JPEG - 16.4 ko
Le Héros du Sud rencontre le Héros du Nord, Mollywood rencontre Bollywood !

Ce film est à voir pour la rencontre sur grand écran de deux géants, un du Nord et l’autre du Sud. Leurs styles différents confèrent au film un cachet particulier. Mis ensemble, cela donne un feu d’artifice. Ceux qui ont aimé Muthu vont jubiler. Rajni Kanth, plus délirant que jamais, explore toutes les facettes de son personnage pour nous amuser. Rajni Kanth n’est plus un acteur mais un personnage à lui tout seul. On va le voir comme si on allait admirer un Jackie Chan, par exemple.
La critique du système indien est sévère et faite sans retenue ; ce côté a été très bien reçu par la population qui a beaucoup apprécié ces attaques en règle de l’appareil judiciaire. Ce film s’adresse donc directement à eux, parle leur langage.
Intellectuels, passez votre chemin si le côté brut vous dérange.

Ecouter les chansons d’Andha Kanoon avec Music India Online (cliquez sur l’image) :

JPEG - 2.4 ko
Andha Kanoon

P.-S.

Fiche technique :
Réalisateur : T Rama Rao
Pays : Inde
Année : 1983
Interprètes : Amitabh Bachchan, Hema Malini, Rajni Kanthh, Madhavi, Amrish Puri, Danny, Pran,Prem Chopra
Compositeur : Laxmikant Pyarelal
Durée : 157 min.
Chanteurs : Kishore Kumar, Asha Bhosle & SPB, Rajeshwari
Produit par : A Purnachandra Rao
Support : Neptune video K7. Trouvable aussi en DVD chez Media Digital

Article précédent | pret immobilier
Yaadon Ki Baaraat

Article suivant | credit immobilier
Ong-Bak


Dans la même rubrique

My Name Is Khan
My Name Is Khan
Ong Bak 2
Ong Bak 2
IP MAN
IP MAN
Chocolate
Chocolate
La Momie - La Tombe De L'Empereur Dragon
La Momie - La Tombe De L’Empereur Dragon

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan