Accueil > Articles > Infernal Affairs

Rubriques

Articles

Infernal Affairs

Infernal Affairs

Infernal Affairs (2002), de Andrew Lau et Alan Mak, marque le début d’une trilogie hongkongaise. Son remake américain, The Departed de l’immense Scorsese (le mal traduit « Les Infiltrés » en français) vaut à celui-ci son premier Oscar de Meilleur Réalisateur et remporte celui du Meilleur Film. Mais intéressons-nous à l’original qui a permis à l’académie américaine de se rappeler de l’un de ses conteurs les plus illustres.

Le film tourne autour d’un policier et d’un truand qui courent l’un après l’autre dans la peau de l’un et de l’autre. Si vous ne suivez pas ce n’est pas grave, je reprends. Le principe est simple : la police a l’habitude d’introduire ses recrues dans le milieu mafieux. C’est ainsi que le jeune Chan Wing Yan (Tony Leung Chiu Wai) est repéré dès son entrée à l’école de police et se voit offrir cette mission périlleuse. Dans le même temps, un parrain (Sam/ Eric Tsang) décide d’adopter les méthodes du camp adverse et fait entrer à l’académie l’un de ses protégé, Lau Kin Ming (Andy Lau).

Ce qui devait être une mission de quelques mois pour Yan devient une nouvelle vie durant laquelle il subit les coups et les arrestations. Il flirte avec son côté obscure en devenant aussi violent que les criminels, pendant que Ming évolue dans la lumière grâce à une carrière prometteuse. Jusqu’au jour où les deux hommes découvrent leur existence et qu’ils sont chargés par leur patron respectif de se lancer à la poursuite de la « taupe ».

Parallèle permanent entre deux mondes, le film ne cesse de faire un va et viens entre les vies de personnages très similaires. Yan est le malchanceux de l’histoire. Il est seul depuis près de dix ans, enfermé dans sa fausse identité et dans ce monde factice. L’unique personne qui connaît son vrai nom est son supérieur, l’inspecteur Anthony Wong (Anthony Wong Chau-Sang), son seul allié et ami. Mais Yan veut mettre fin à sa mission. De son côté Ming aime jouer le bon flic. Il s’est habitué à sa nouvelle vie et tient réellement à changer de camp.

Quant aux femmes de leur vie, elles ont le même rôle d’exutoire. Ming est fiancé à un écrivain, Mary (Sammi Cheng), qui comme par hasard écrit un livre où le personnage prétend être ce qu’il n’est pas. Elle cherche une fin à son histoire. De son côté Yan est obligé d’aller voir un psychologue, le docteur Lee Sum Yee (Kelly Chen), à qui il doit se confier pour soigner sa violence sans rien dire de ses véritables activités. Mais au lieu de mentir pendant l’heure obligatoire, il choisit de s’allonger et dormir sur le canapé.

C’est une façon pour lui de se construire un véritable havre de paix. Car la frontière est ténue entre la police et la pègre sur cette île où l’inspecteur et le parrain à force de se côtoyer se lancent sourires de façades et formules de politesses lors de leur face à face.

Si le film en restait là, la bonne idée de départ serait gâchée. Les réalisateurs y rajoutent la tension nécessaire à tout « bon » polar qui se respecte grâce à certaines scènes clé savamment orchestrées et qui mènent le film à un tout autre niveau. Déjà moment culte, celui de la filature où Yan et Ming comprennent que leur camp est infiltré est sans doute la scène la plus réussie. Il faut le voir pour comprendre ce jeu d’échecs où chacun doit jouer d’astuces pour communiquer sans se faire repérer.

Autre scène clé : l’une des rares confrontation entre Ming et Yan dans leurs vrais rôles. C’est une simple poursuite dans un couloir qui au fur et à mesure qu’elle se déroule, que la musique s’intensifie et que les plans se fluidifient, prend une dimension profondément tragique. On a l’impression que Yan court après sa vie volée et que Ming fuit son passé, dans un lieu qui traduit pourtant la fatalité de leur situation : le non retour. Enfin, leur dernière rencontre clos le film et accentue le jeu de miroir. Ils se rencontrent sur un toit. Derrière eux se trouve la façade d’un immeuble de verre, un miroir déformant qui achève de rendre flou la frontière entre le réel et le mensonge. Cette situation tranche avec celle de leur première confrontation dans le couloir où leur fonction était clairement définie. Ici, les notions de bien et de mal, de bons et de méchants, du flic et du truand basculent irrémédiablement...

Pendant ce temps autour de nos protagonistes (dont les interprètes sont excellents cela dit en passant et ne sont plus à présenter ou encenser), gravitent des personnages secondaires sous-exploités ou sous-écrits. Avec sa mine débonnaire de nounours et ses cheveux blonds peroxydés Sam aurait pu, sous l’impulsion d’un Eric Tsang cabotin, être un personnage plus fouillé et mieux utilisé. Les sourires qu’il échange avec l’inspecteur Wong (un acteur talentueux vu notamment dans le très bon the Mission ou Time and Tide) sont loin d’être innocents mais leur antagonisme n’est pas mis en avant. Le passé de tous ses personnages n’est d’ailleurs évoqué que par bribes (comme lorsque Yan rencontre une ancienne conquête avec un enfant, et qu’il se demande s’il est le sien), ce qui nous laisse sur notre faim. L’esthétique « clipesque » est aussi l’autre défaut du film. Il renforce selon moi l’impression du manque de profondeur de certains personnages ou sujets survolés.

Tout ça pour dire qu’après le succès de ce premier opus dans l’ancienne colonie anglaise, une suite se justifiait largement ! D’où la sortie d’un deuxième épisode, Infernal Affairs II (dont la critique paraîtra très prochainement).

8/10

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisateur : Wai Keung et Lau Siu Fai
Pays : HONG KONG
Année : 2004
Interprètes : Andy Lau, Tony Leung Chiu Wai, Anthony Wong Chau-Sang, Eric Tsang, Kelly Chen, Sammi Cheng, Edison Chen, Shawn Yue
Scénariste : Felix Chong, Siu Fai Mak
Durée : 101 min
Support : DVD

Article précédent | pret immobilier
Infernal Affairs II

Article suivant | credit immobilier
La traversée du temps


Dans la même rubrique

My Name Is Khan
My Name Is Khan
Ong Bak 2
Ong Bak 2
IP MAN
IP MAN
Chocolate
Chocolate
La Momie - La Tombe De L'Empereur Dragon
La Momie - La Tombe De L’Empereur Dragon

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan