Accueil > Articles > Kyouran Ketsunoana

Rubriques

Articles

Kyouran Ketsunoana

Kyouran Ketsunoana

Dans un quartier modeste de Tokyo, deux établissements de loisirs vont se livrer une guerre sans merci en manipulant la société yakuza qui a ce territoire à sa charge. Ces deux commerces sont un restaurant karaoké pour « salary men » et une boîte échangiste SM ! Depuis l’ouverture du second, la fréquentation du premier diminue. Sa clientèle, découvrant son homosexualité refoulée, va progressivement se transformer en travestis drag-queens adeptes du sado-masochisme le plus pervers. Cependant le patron du karaoké, un repris de justice caractériel, ne se laissera pas faire aussi facilement. Il va monter les yakuzas du quartier contre cette « cage aux folles ». Mais l’issue du conflit sera-t-elle celle que l’on imagine ?

JPEG - 15.5 ko
le bar karaoké


L’avis de Medicine Man : Comme tout produit de V-cinéma, ce film propose des situations extrêmes avec pourtant une pudeur toute nippone : malgré les scènes de torture, de scatophilie ou de fétichisme les plus bizarres (passion érotique pour le lobe d’oreille ou pour le miel), on ne voit jamais aucun poil à l’écran ! La morale est donc sauve ! Le réalisme n’est jamais de mise dans cette histoire, mais quel délire ! Et la réalisation va dans le même sens, en proposant des cadrages audacieux que n’aurait pas reniés le Sam Raimi de l’époque Evil Dead. La musique est plutôt étrange avec son remix techno de célèbres titres classiques. Imaginez un peu La chevauchée des walkyries de Wagner, le Requiem de Mozart ou les Quatre saisons de Vivaldi, par exemple, sur une boîte à rythme trépidant à vous mettre en transe ! Je conseille donc ce film à tous ceux qui n’ont pas aimé Titanic !

JPEG - 14.4 ko
le club échangiste SM


L’avis de Mercano Boy : Partant d’un scénario à priori prometteur pour ce qui est l’originalité, le film ne répond pourtant pas à toutes nos attentes. Tout d’abord, l’aspect purement psychologique des personnages dits marginaux est non seulement bourré de clichés inhérents aux films de travestis, mais en plus, on a du mal à identifier les intentions de chaque protagoniste. Dès lors, malgré une histoire bien « allumée », on sent un manque de volonté du réalisateur de s’intéresser véritablement à ses personnages, qui sont toutefois bien interprétés par une nouvelle vague d’acteurs prometteurs.
Ainsi, lorsque Irokuye, le jeune fils du propriétaire tyrannique du karaoké, va se découvrir une passion jusque là insoupçonnée pour la lingerie fine de sa chère maman et les shorts moulants en cuir fluo, le metteur en scène préfère choisir la carte de la facilité en traitant la transformation de l’adolescent timoré, brimé par son père, en « bête de scène nocturne » qui devient un symbole pour la génération gay tokyoïte, en jouant la carte du mauvais goût du film pour ados à l’américaine (style American Pie) plutôt que de profiter de l’occasion pour jeter un pavé dans la mare de la morale bien pensante et ultra conservatrice de la société nipponne. Du coup, malgré une idée de départ intéressante, le film perd de sa force en dépit de certaines scènes bien délirantes (les méchants yakuzas obligés de se travestir et de planquer leurs armes de manière inédite pour pouvoir entrer dans la boîte SM), l’humour se fait de plus en plus gras au fil du récit (à vrai dire, après la première demi-heure...). La mise en scène tape à l’œil ne plaide pas non plus en la faveur du métrage tout comme les musiques classiques remixées de manière outrageante...
En fin de compte, un film qui ne mériterait d’exister que dans l’esprit confus (et imbibé d’alcool ?) des producteurs soucieux de surfer sur une mode pseudo trash qui fait passer Takashi Miike pour le Éric Rohmer nippon... C’est dire ! Un film à conseiller à ceux qui n’ont définitivement pas aimé Pauline à la plage...

JPEG - 15 ko
une manif pour défendre la « cage aux folles »


L’avis de Wolverine : Bénéficiant d’une prise de vue incroyable, ce film est magistralement interprété par un jeune acteur, mélange de Horst Tappert et de Leslie Nielsen à la sauce asiatique. Incroyable défi relevé par ce nouvel adepte de Takashi Miike. Une œuvre renversante, agrémentée d’une musique bizarre (classique-techno) et de flashs ultraviolets transcendants qui bouleversent le concept du film de gangsters de façon définitive à mes yeux. Toutefois, les scènes assez crues, passant d’un strip complètement déjanté à une torture insoutenable avec un gode, en font une œuvre à réserver à un public averti ! À voir entre connaisseurs : tous ceux qui n’ont pas aimé Dirty Dancing !

JPEG - 15.3 ko
des yakuzas prêts à tout pour leur mission...


L’avis d’Umungus : Ce film totalement déjanté est un régal pour les yeux, à condition de serrer les fesses ! Absolument outrancier, il repousse toujours plus loin les limites du mauvais goût. Il faut avoir le cœur bien accroché ! Le réalisateur effleure le complexe d’Œdipe avec le rôle du jeune Irokuye, mais se vautre dans le stupre et la luxure. Les scènes d’action sont pourtant bien chorégraphiées malgré la débilité de la situation. En effet, le gunfight surréaliste entre les drag-queens en talons compensés et les yakuzas tatoués jusqu’aux dents est jouissif. Ce métrage est à conseiller aux amateurs de films d’action débilo-trash dont je fais partie, mais ne plaira pas aux fans de Hugh Grant !

Note de Medecine Man : 7/10
Note de Mercano boy : 1,5/10
Note de Wolverine : 9/10
Note d’Umungus : 8/10

JPEG - 15.3 ko
des scènes de comédie musicale très « gaies »


P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisateur : Norihisa Yoshimura
Pays : Japon
Année : 1992
Interprètes : Yamaguchi Edo, Yoshiaki Fujiwara, Kou Watanabe, Tetsurô Tanba
Scénariste : Ichiko Kaneda
Directeur de la photographie : Ashitsu Shimizu
Compositeur : Ryuichi Ooura
Directeur des combats : Hideki Some
Producteur : ART PORT
Durée : 78 min
Support : DVD zone 2 (import japonais)

Article précédent | pret immobilier
Pithamagan

Article suivant | credit immobilier
2046


Dans la même rubrique

My Name Is Khan
My Name Is Khan
Ong Bak 2
Ong Bak 2
IP MAN
IP MAN
Chocolate
Chocolate
La Momie - La Tombe De L'Empereur Dragon
La Momie - La Tombe De L’Empereur Dragon

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan