Accueil > Articles > Master of Zen

Rubriques

Articles

Master of Zen

Master of Zen

Certaines personnes ont évoqué le bouddhisme sur le site. Il est temps pour moi d’aborder un film qui tient une place particulière dans ma filmographie. Il s’agit de Master of Zen. Que vient faire un mot japonais dans un film chinois, me direz-vous. Eh bien ! Ce film propose de vous raconter les origines du Zen... Et, évidemment, comme c’est un film chinois, vous comprendrez aisément que l’on va démontrer que le zen est né en Chine. Mais tout n’est pas aussi simple...

JPEG - 10.2 ko
Le Temple de Shaolin héritera du bouddhisme de Boddhidarma.


Le personnage central du film - le « maître du zen » - n’est autre que le moine indien Boddhidarma. Quand je vous dis que rien n’est simple. Cet Indien, issu probablement du royaume de Pallavas (sud de l’Inde), est d’une importance majeure en Chine ainsi que dans tout l’Est de l’Asie, de la Thaïlande jusqu’au Japon, alors qu’il est pratiquement inconnu chez lui, à l’instar de l’autre immense personnalité, Siddhârta Gautama, alias Bouddha. Revenons donc au zen. Qui dit Zen, dit Arts martiaux. En effet, souvenez-vous de cette légende racontant qu’un prince indien a créé les arts martiaux. Pourtant, beaucoup de maîtres nous répètent inlassablement que Shaolin EST le berceau des arts martiaux. Alors, comment se dépatouiller dans ces multiples versions où chacun veut tirer la couverture à lui et, surtout, quel est le lien entre toutes ces histoires ?

JPEG - 17.3 ko
Des décors sompteux..


Au Musée Guimet, probablement le plus grande musée d’Europe en matière d’Asie, on ne trouve étonnamment nulle trace de Boddhidarma. Oh ! En cherchant bien, on déniche une petite statuette dans la section Japon. Il y a peut-être une explication à cela. L’histoire des arts martiaux est souvent transmise de façon orale, peu de reliques existent donc. De plus, la Chine ne s’est ouverte que depuis une douzaine d’années tout au plus. Souvenez-vous des premiers moines de Shaolin à Bercy. C’était étonnant, émouvant et... décevant. À Shaolin, une chambre est dédiée à Boddhidarma, notamment la pièce où on entrepose les manuscrits rares.

JPEG - 10.1 ko
Un Prince qui connaît l’art de la guerre !


Master of Zen veut donc vous raconter la légende d’un maître vénéré par tous les artistes martiaux : Boddhidarma ou, plus communément, Dharma ou Daruma au Japon, Tamo en Chine. Nombre de séries télévisées asiatiques ont déjà relaté de long en large le voyage périlleux de cet Indien en Chine. Ramener les exploits titanesques de ce héros (maître, dieu, bouddha) à un film qui ne soit pas indigeste semble relever de l’utopie, mais pourquoi pas ? Le tout est de donner des bases à un public non initié. Or, ce film est justement une excellente initiation. Nous sommes immédiatement captés par l’histoire. Eh oui, d’emblée, le mythe se forge devant nos yeux. La sincérité du propos balaie petit à petit notre scepticisme.

JPEG - 19 ko
Dharma se rend à Shaolin.


Les grandes lignes de la légende de Dharma sont vraiment maîtrisées et honnêtement montrées. Les scènes majeures qui ont marqué les esprits et ont été transmises à travers les âges, comme la traversée du fleuve Yang Tsé, l’invitation du moine indien à la cour impériale ainsi que le recrutement de son seul disciple, sont distillées avec une sérénité déconcertante. Derek Yee Tung-Sing chausse les « saintes » sandales à la perfection et nous offre un Dharma très convaincant, tandis que Fan Siu-Wong joue avec un juste désespoir son rôle de moine tourmenté à la recherche d’un maître.

JPEG - 15.3 ko
Wei Ho cherche une maître qui puisse soigner son tourment.


On peut regretter le côté archaïque des effets spéciaux, mais il ne faut pas oublier que ce long métrage date. Certains reprocheront l’emploi des câbles qui nous entraînent plus sur les sentiers du wu xia pian (film de cape et d’épée teinté de fantastique) que du kung-fu classique. Pourtant, ce choix n’est pas si mauvais. La vie rapportée de Dharma est souvent remplie de fables diverses. Qu’il s’envole dans les airs ne nous surprendra pas. Les différentes scènes de combat sont très bien chorégraphiées et ne restent pas les parents pauvres du film. Les décors ainsi que la photographie soignée servent véritablement le récit. Le dépaysement est garanti, même pour un spécialiste de films d’arts martiaux de Hong-Kong ! Pour rendre le sujet encore plus mythique, une musique bien enlevée parachève le travail. Un film riche en mélange de genres, qui reste néanmoins très équilibré.

JPEG - 15.7 ko
Les chinois refusent l’embarcation au moine...


Non seulement nous sommes divertis, mais nous nous cultivons. Nous devons à Boddhidarma la notion d’union corps-esprit. Sachez qu’il ne prend pas de disciple et que vous devez obtenir seul votre zen. La spiritualité évoquée résonnera peut-être en vous - suscitant peut-être même une vocation ! - surtout chez ceux qui ont aimé le lent Touch of Zen de King Hu. Ici, cependant, on recherche davantage l’efficacité que la plasticité.

JPEG - 14 ko
Méditation... face au mur de Shaolin...


Que dire de plus si ce n’est qu’il est dommage que vous n’ayez pas encore vu Master of Zen et qu’il faut réparer cela sur-le-champ ! Parfois, un film peut changer une vie. Et ce film a probablement changé la vie du réalisateur chorégraphe Brandy Yuen Chun-Yeung, frère du célèbre Yuen Woo Ping (Matrix, Tigre et Dragon, Taichi Master et j’en passe...). En effet, après ce film, il serait devenu bouddhiste. Master of Zen est sa dernière œuvre connue...

JPEG - 7.6 ko
Au détour d’un chemin, vous rencontrerez peut-être un homme pieds nus avec son bâton de voyage...

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisation, Chorégraphe : Brandy Yuen Chun-yeung
Scénario :Sam Shum Yeung
Année : 1994
Interprétation : Derek Yee Tung-Sing, Fan Siu Wong, Chan Chung-Yung, Wu Ma, Eddy Ko Hung, Austin Wai Tin-Chi. . .
Image : Poon Tak-yip
Musique : Lowell Lo Kwun-ting
Production : Brandy Yuen Chun-yeung
Durée : 89 min
Support : Existe en DVD et VCD avec sous-titles anglais incrustés. Existe aussi en VCD doublé en thaï.

Article précédent | pret immobilier
Rangeela

Article suivant | credit immobilier
Koi Mil Gaya


Dans la même rubrique

My Name Is Khan
My Name Is Khan
Ong Bak 2
Ong Bak 2
IP MAN
IP MAN
Chocolate
Chocolate
La Momie - La Tombe De L'Empereur Dragon
La Momie - La Tombe De L’Empereur Dragon

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan