Accueil > Articles > Om Shanti Om

Rubriques

Articles

Om Shanti Om

Om Shanti Om

Avis d’Athama : J’ai délaissé Bollywood et Shah Rukh Khan depuis un moment pour d’autres cinémas. Un "break" de temps en temps, cela fait du bien. Prendre de la distance avec un sujet pour mieux y revenir. Om Shanti Om, de par son approche et son graphisme désuet m’interpelle. On dirait bien que Bollywood se lance dans le disco par « echo » au renouveau du disco en occident. Et voir Shah Rukh Khan (SRK) se parer de chemises bariolées ainsi que de pantalons à pattes d’éléphant peut être source d’amusement. Farah Khan qui a déjà dirigé le "King of Bollywood" dans Main Hoon Naa retente l’essai avec l’"Indian" lover dans un film non moins ambitieux. Deux valeurs sûres du box-office présagent un bon cru...

JPEG - 25.3 ko
Une boule de neige, peu exploitée...

Il n’y pas à se tortiller, la sauce prend tout de suite quand on découvre les premières images. Oui, l’ensemble se montre à la hauteur de l’argent investi. Nous sommes transportés dans les années 70. Tout paraît coller : les décors (rues et voitures), les costumes, les acteurs d’époque revivent pour notre plus grand plaisir. En tout cas pour le plaisir de ceux qui connaissent le Bollywood d’avant. Le mélange entre le Shah Rukh Khan moderne à l’autre bellâtre des années passées Rishi Kapoor est saisissant ! La technique numérique de Forest Gump rentre chez les Indiens, comprendre par là que la fusion des images des films anciens et des acteurs d’aujourd’hui fonctionne très bien. Un réel plaisir. La gouaille et l’énergie bien particulière de SRK à traverser cette époque captivent même si on préfère qu’il écourte certains passages de comédie typiquement « bollywoodiens ». Bref, il en fait des tonnes, on aime et il évite de peu l’indigestion.

JPEG - 22 ko
Comme à l’ancienne

Venons-en à l’histoire d’Om Shanti Om. Om un acteur de second zone sauve son idole (une actrice phare de l’époque) d’une mort affreuse. Il s’éprend d’elle, mais ce n’est pas si simple. La première partie du film, celle où Om s’amourache de Shanti se montre très réussie. Farah Khan met tout son talent pour reproduire la magie d’antan tout en distillant sa patte. Son regard juste, mais moqueur sur les produits de l’univers du cinéma de l’époque force le rire. On a même vu SRK qui pastiche sûrement l’autre dieu du cinéma indien Rajni Kant en des « dishum » anthologiques ! Regarder votre héros se battre avec un tigre, fera du mal à vos zygomatiques parce vous verrez un clin d’oeil à Edwood. Cela nous rappelle la scène où celui-ci se bat énergiquement avec un tentacule d’une énorme pieuvre ! Vous l’avez compris, une première partie sur les chapeaux de roue, même si le tout semble décousu. La seconde partie rentre plus dans les canons Bollywood classiques que l’on connaît tous. C’est un peu l’ennui, seul véritable point d’orgue de la seconde partie, la soirée « dance » où Farah Khan étale dans une longue chorégraphie tout son carnet d’adresses. Les amateurs reconnaîtront leurs acteurs et actrices adorés, pas moins de 30 célébrités déchireront la dance floor ! Ce traitement amusé du milieu Bollywood s’annonce des plus « délirant ». On ne peut s’empêchant de penser que la réalisatrice rajoute inutilement des ingrédients à sa sauce, pour vous en mettre plein les papilles.

JPEG - 24.3 ko
Les années 70 comme si vous y étiez !

Les acteurs sont bons, surtout Shah Ruhk Khan, encore très en forme malgré ses 42 ans. Et qui démontre que rien ne peut se faire sans lui à Bollywood tout en se moquant gentiment de son ego. Quelques rides commencent à se dessiner sur son visage, mais il continue à bien jouer le jeune premier. Deepika Padukone, La star du moment et que tout Bollywood s’arrache, attire le regard par sa beauté malgré son jeu sans grande consistance. Un personnage pas assez développé ? Arjun Rampal (j’entends déjà les groupies hurler son nom au cinéma) assure le côté sombre, un méchant comme on les aime. Honnête prestation.

Côté musique, la chanson « Ajab Si » bénéficie d’une mélodie bien reconnaissable et sonne joliment à l’oreille. « Main Agar Kahoon » utilise le même registre. Les autres chansons sont destinées à servir de support à la chorégraphie déjantée de Farah Khan, intéressantes pour les soirées indiennes. On ne retiendra pas immédiatement Om Shanti Om pour ses chansons quoiqu’après de multiples écoutes, la musique d’Om Shanti Om rentre dans la peau. Bon point : cela semble se bonifier avec le temps.

JPEG - 20.1 ko
Arjuuun !

Farah Khan a voulu produire un masala c’est à dire utiliser absolument les 9 ingrédients d’un Bollywood. La texture particulière et originale d’Om Shanti Om vole en éclat dans la seconde partie du film, qui reprend une trame plus classique. Ce qui est très dommage même si le thème de l’ensemble (le cinéma) s’y retrouve. Dans cette partie, les personnages sont moins travaillés, ce qui n’est pas nouveau certes. On a l’impression que la réalisatrice pouvait faire quelque chose de mieux, l’essai ne se transforme pas. En revanche, SRK s’en tire bien, il reste dans la légende. On retiendra de ce film qu’une grande partie de rigolade avec un medley d’acteurs Bollywood. On a même vu Kajol dans un pas de danse avec son partenaire mythique. Moins classique que Main Hoon Naa, Om Shanti Ompêche par sa seconde partie un peu molle dans la créativité scénaristique. Reste que l’on attend avec impatience le prochain Farah Khan, cette cinéphile cinéaste du 7e art autant Bollywood qu’Hollywood. Il est intéressant de savoir comment elle va faire évoluer son style un peu foisonnant.

JPEG - 21.7 ko
Farah Khan se moque gentiment...

La bande annonce sous-titrée par les fans français :

Note d’Athama : 5.5/10

Avis de Kantiana : Nous revoici dans un drame romantique Om Shanti Om avec la présence de Shah Rukh Khan. Dès la première partie du film, nous sommes propulsés dans les années 70 nous rappelant sans mal « La fièvre du samedi soir ». On retrouve un Shah Rukh Khan en patte d’éléphant et chemise à couleur vive, se déhanchant sous une boule à facettes. Des déhanchements qui n’ont rien à envier à ceux de John Travolta. On sourit au jeu comique de l’acteur et on tape du pied sur une partie musicale plutôt vivante et "dance", qu’on apprécierait en boîte de nuit. Après une bonne partie de rire, on passe au drame. Shah Rukh Khan meurt, les fans s’effondrent. Et c’est là qu’intervient la magie du cinéma !

Les années ont passé et on retrouve un Shah Rukh Khan réincarné. Ouf les fans sont rassurées, notre héros est présent jusqu’à la fin du film. Il reviendra pour venger la mort de Shanti l’héroïne.

Une héroïne dont Om le personnage de Shah Rukh Khan était tombé amoureux. Mais leur histoire n’avait pas vraiment démarré. Dommage pour cette partie bâclée, un peu plus de longueurs auraient permis de développer leurs sentiments.

Dans l’ensemble, le scénario est cohérent avec un rythme qui se suit bien. Le sommeil ne gagne pas, c’est déjà ça. Les costumes, le palais, les lustres, les décors nous rappellent Louis XIV et Versailles, mais surtout un film à gros budget. C’est du Bollywood dans toute sa démesure comme vous les aimez. Notons les courtes participations des stars indiennes (Rani, Kajol, Amitabh Bachchan...). Il manque à l’appel Aishwarya rai.Quand à l’actrice principale du film, on nous sert une tête nouvelle et ça fait du bien !

Qu’il est bon de revenir au Bollywood après plusieurs mois d’absences. Retrouver un Shah Rukh Khan moins pleurnicheur est appréciable. Jouer une autre facette lui réussit bien. Un peu moins de drame et plus de joie de vivre font de ce film un moment agréable à regarder. Mais un Bollywood sans un méga drame, en serait-il toujours un ?

Note de Kantiana : 6/10

JPEG - 29.6 ko
Il y a le feu sur la piste !

- Voir aussi l’article de Didi sur Om Shanti Om

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisateur : Farah Khan
Pays : Inde
Année : 2007
Interprètes : Shah Rukh Khan, Deepika Padukone, Arjun Rampal, Kirron Kher, Shreyas Talpade et tous les "special appearances : Rani Mukerji, Zayed Khan, Vidya Balan, Jeetendra, Tusshar Kapoor, Harfan Maula, Priyanka Chopra, Shilpa Shetty, Dharmendra, Shabana Azmi, Karisma Kapoor, Amitabh Bachchan Kajol et bien d’autres.... "
Scénaristes : Farah Khan et Mayur Puri & Mushtaq Sheikh
Directeur de la photographie  : V. Manikandan
Chorégraphie : Farah Khan
Musique : Vishal-Shekhar , Javed Akhtar, Vishal Dadlani & Kumaar
Producteurs : Gauri et Shah Ruhk Khan
Durée  : 162 min
Support : Cinéma en inde, dans la banlieue parisienne française ainsi qu’à Londre.

Article précédent | pret immobilier
Furyo ou Merry Christmas, Mr. Lawrence

Article suivant | credit immobilier
On Shanti Om : un autre avis


Dans la même rubrique

My Name Is Khan
My Name Is Khan
Ong Bak 2
Ong Bak 2
IP MAN
IP MAN
Chocolate
Chocolate
La Momie - La Tombe De L'Empereur Dragon
La Momie - La Tombe De L’Empereur Dragon

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan