Accueil > Articles > Ong-Bak

Rubriques

Articles

Ong-Bak

Ong-Bak

Le Net a tissé une réputation d’enfer à Ong-Bak. Eh oui ! Un film thaïlandais qui réinvente les arts martiaux, cela pique tout de suite l’esprit des habitués du cinéma du genre ! Que peut-on encore faire, après Bruce Lee, Jackie Chan et Jet Li ? Ong-Bak ne veut probablement pas succéder à ces géants, mais souhaite bel et bien les réunir en un seul homme, Panom Yeerum ! Une prétention incroyable qui suscite évidemment le plus vif intérêt. Les esprits intrigués cherchent la bande annonce partout. Or le site officiel n’en fournit qu’une version vraiment médiocre au point de vue de l’image. Même avec ce petit bout vidéo en basse résolution, on sent déjà l’incroyable potentiel du film. Un passionné a eu l’idée d’en réunir les meilleurs séquences d’action dans un clip vidéo officieux. Ce clip que tout le monde possède désormais est vu, revu et re-revu, et finit par rendre intolérable l’attente de la sortie du film. Maintes fois repoussé, Ong-Bak sort enfin en DVD !

JPEG - 8 ko
D’abord le respect de la tradition et du maître.

Il convient donc de satisfaire sur-le-champ notre curiosité. Cette réputation est-elle surfaite ? L’art martial thaïlandais se distingue-t-il ?

Ong-Bak arrive à un moment où le film de kung-fu s’essouffle. Jackie Chan se fait vieux, le Jet s’enlise aux États-Unis dans des mouvements de rap, tandis que Donnie Yen apparaît de temps en temps avec son double coup de pied sauté que l’on a déjà vu des centaines de fois ! Moribond est le cinéma de kung-fu. Apporter de la nouveauté semble impossible, même à Hongkong. Cela paraît donc absurde que le cinéma thaïlandais veuille relever ce défi ! On n’a jamais vu un film thaïlandais d’arts martiaux digne de ce nom. Pourtant, la boxe thaïlandaise renferme encore plein de mystères, malgré sa vulgarisation par Van Damme. Il convient donc pour le réalisateur d’Ong Bak de réinventer ou de redécouvrir le muai thaï et d’en faire le premier film d’arts martiaux thaïlandais. Prachya Pinkaew, le réalisateur, rencontre donc Panom Yeerum dit Tony Ja, un garçon qui idolâtre Jackie Chan et qui s’est toujours entraîné pour devenir un jour comme la méga star d’Asie. Après une décennie passée à devenir Jackie Chan, Panom Yeerum obtient enfin sa chance. N’étant pas un bellâtre, il n’a pas tout de suite convaincu, mais quand le directeur du casting d’Ong-Bak a vu sa performance physique, il n’y eut plus de doute que le rôle du pratiquant de muai thaï était pour lui.

JPEG - 9.5 ko
Coups Volants, efficacité visuelle maximum !

La séquence d’ouverture est un hommage direct à un film de Jackie Chan, Dragon Lord. Dans ce film, Jackie Chan lutte contre plus de vingt hommes pour arracher un œuf en haut d’une pyramide en bois. Dans Ong-Bak, Ting, le personnage de Panom Yeerum, se bat contre une vingtaine d’hommes pour grimper au sommet d’un arbre et prendre un drapeau. Le ton est donné. Nous allons certainement voir un « Jackie Chan like ».

Or, quand Ting entre pour la première fois en action, ce n’est pas du « Jackie Chan like », mais du « Bruce Lee like » ! En effet, si vous avez vu Big Boss, vous avez certainement en mémoire la première bagarre de Bruce Lee. Ce dernier frappe une seule fois. Un seul coup suffit à étendre son adversaire ! Cette efficacité incroyable forge immédiatement l’ambiance, force l’admiration. Ting frappe un coup et un seul. Mais quel coup ! J’ai l’impression de revivre cette première scène d’explosion de Big Boss, mais avec Panom Yeerum ! Impressionnant, donc. Le choc est d’autant plus grand que Panom Yeerum exécute sa technique martiale avec une précision d’horloger. Son charisme découle directement de la maîtrise de son corps, à l’instar de Bruce Lee.

JPEG - 12.3 ko
Un saut qui ferait pâlir Jackie Chan ;o) !

Évidemment, les cascades à la Jackie Chan arrivent par la suite. Panom Yeerum effectue des sauts incroyables. Il bondit au-dessus des voitures, des tables, des caisses... Il le fait avec une telle aisance qu’on en oublierait les cascades du Hongkongais ! Et c’est là sa force. Non seulement il rayonne comme Bruce Lee, mais il virevolte entre les hommes et les objets comme Jackie Chan. Et Panom Yeerum ne s’arrête pas là. Il va même sur les terres de Marc Dacascos ! En effet, vous le savez sans doute, Marc Dacascos est surtout réputé pour ses beaux coups de pied sautés très physiques. Ses vrilles magistrales dans les airs, dérivées parfois de la capoeira, ont subjugué beaucoup de monde. Notre acteur thaïlandais tente des coups de pied semblables. Et il y parvient admirablement. Il nous initie aussi à toute une grammaire merveilleuse de coups de pied volants. Je rapprocherais cela des Trickz (arts martiaux acrobatiques). Évidemment, cet art martial acrobatique est exécuté selon les spécificités de la boxe thaïe. Nous assistons à une démonstration terrifiante de coups de genou et de coups de coude volants.

JPEG - 11.6 ko
Course-poursuite de "Tuk-Tuk" digne d’un hollywood.

Comme vous voyez, l’action est très soignée. Est-ce pour autant une réussite sur les autres plans ? Le film ne brille pas par son histoire passe-partout ni par l’interprétation de ses acteurs qui sont pour la plupart inconnus au bataillon des stars thaïlandaises, hormis Mum Jokmok qui est un acteur comique assez célèbre. Nous avons déjà ri avec lui dans Killer Tattoo. Quant à Panom Yeerum, reste à lui trouver des scénarii plus intéressants et à travailler un peu son jeu ;o), car il faudra compter désormais avec ce croisement entre Bruce Lee, Jackie Chan et Marc Dacascos. Il n’y a pas de doute, une star du cinéma d’arts martiaux est née.

Les Thaïlandais se sont sinon améliorés dans les courses poursuites. L’utilisation de l’informatique en amont comme support du storyboard facilite grandement les scènes d’action mécanique.

Toutes ces techniques modernes n’empêchent pas qu’il faut une bonne histoire et une mise en scène ambitieuse. Ce n’est pas le cas ici. Vous me direz que nous sommes habitués à cela pour ce type de film. Cependant, les situations qui poussent le héros à utiliser son art martial sont amenées de manière tellement maladroite ! Un certain Van Damme a fait Kickboxer, et on a l’impression de voir un peu son ombre ici. Dommage.

Le son me semble l’un des talons d’Achille de ce long métrage. Une musique techno agrémente les scènes de combat (si vous avez vu Mortal Kombat, vous savez de quoi je parle) et est conjuguée à des sons issus d’un « khaen » (instrument de musique typiquement thaïlandais ou laotien). On obtient une bande son rythmée et énergique qui peut énerver assez rapidement. Quant aux bruits de la castagne, les effets sonores des films d’arts martiaux de H.K ne sont pas repris ni modifiés, ce qui est dommage. Nous avons droit plutôt à des sons étouffés à chaque impact. Les échanges de coups semblent plus réalistes, mais perdent forcément en puissance. Une erreur assez regrettable.

Il est intéressant de voir la récurrence des histoires de paysans qui prennent le pas sur celles des citadins. On a lancé Bruce Lee comme ça, en pauvre ouvrier qui combat son maître (The Big Boss) avec ses poings. Avec Ting, la tradition est encore beaucoup plus ancrée. La morale guide toutes ses actions. Les préceptes bouddhiques sont donc très présents en arrière-plan.

JPEG - 10 ko
Trickz ou arts martiaux acrobatiques, Panom Yeerum les maîtrise aussi. Là, il chasse allégrement sur le terrain de Marc Dacascos.

Ong-Bak marque véritablement une avancée dans le cinéma d’arts martiaux. Les prochains films devraient le prendre en compte afin d’être en phase avec les nouvelles chorégraphies. Les maîtres chorégraphes de H.K. ne sont pas menacés, mais je pense qu’ils devront se remettre en question et nous offrir beaucoup plus de créativité. Il est clair aussi qu’après ce film la Thaïlande devra nous présenter des films d’action d’une autre qualité.

Le DVD :

C’est un DVD (Mangpong DVD) de zone 3, riche en suppléments :

- Des commentaires sur le film ; les chorégraphies sont détaillées et expliquées par des dessins animés

- Des clins d’œil à Spielberg, à Besson et intrinsèquement à Jet Li (vous verrez pourquoi en visionnant le DVD)

- Le casting de quelques personnages (dommage de ne pas avoir le casting de l’acteur principal)

- La comparaison entre le storyboard et le résultat final : on voit bien que rien n’est laissé au hasard ; comparaison aussi avec un storyboard en 3 D

- Des scènes de démo pour lancer le film : exploits martiaux acrobatiques

- Une autre fin

- Des scènes coupées au montage

L’image est de bonne facture, assez lumineuse et bien piquée. L’ensemble passe convenablement dans un lecteur de salon, mais bloque souvent dans mon PC. Pour 20 euros, on ne peut pas faire la fine bouche devant ce DVD qui n’est pas sous-titré, par ailleurs.

P.-S.

Fiche technique :
Réalisateur : Prachya Pinkaew
Pays : Thailande
Année : 2002
Interprètes : Panom Yeerum (Boonting), Pumwaree Yodkamol (Muaylek), Mum Jokmok (Ai Humlae), Rungrawee Barijindakul (Ngek), Chatewut Watcharakhun (Peng), Wannakit Siriput (Don)
Scénario : Suphachai sittiaumpinpan d\’une histoire de Punna Rittikrai et Prachya Pinkaew
Directeur des combats : Panna Rittikrai et Panom Yeerum
Directeur de la photographie : Nuttawut Kittikun
Producteurs : Mongkol Film Co.
Casting : Puek Pro-Cast
Musique de Générique : Muay Thai chanté par le célèbre groupe Carabao. Les paroles sont très patriotiques et célèbrent la boxe thailandaise et les thailandais... A noter que le groupe Carabao a aussi chanté le générique de Bang Rajan .
Durée : 105 min
Support : Mangpong DVD Format 16 : 9 - Thai (DTS / 5.1 / 2.0) - Zone 3 Pal - Pas de sous-titres. Néanmoins sous-titres thailandais pour le personnage du "méchant" qui a un problème de voix.

Article précédent | pret immobilier
Andhaa Kaanoon (ou Andha Kanoon)

Article suivant | credit immobilier
Road


Dans la même rubrique

My Name Is Khan
My Name Is Khan
Ong Bak 2
Ong Bak 2
IP MAN
IP MAN
Chocolate
Chocolate
La Momie - La Tombe De L'Empereur Dragon
La Momie - La Tombe De L’Empereur Dragon

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan