Accueil > Articles > Seven Swords

Rubriques

Articles

Seven Swords

Seven Swords

Sept... Nombre mythique du cinéma... Sept samouraïs pour Kurosawa, sept mercenaires pour John Sturges et enfin sept lames pour Tsui Hark. Cette fois-ci, la boucle est bouclée. Enfin, espérons-le, vu la qualité de cette nouvelle version. Peu de réalisateurs seraient capables de faire mieux (le summum serait-il enfin atteint ??).

Chine, 1660. Le gouvernement au pouvoir décide de faire disparaître l’étude des arts martiaux afin de maintenir l’ordre dans le pays sans avoir d’opposants à son régime. Fire-wind, puissant seigneur à la tête de toute une armée de redoutables guerriers sans pitié, commence à détruire les villages pratiquant le kung-fu en se faisant payer à la « tête » ramenée... Un ancien adepte de cette armée, Fu, s’allie cependant à des villageois pour essayer de repousser l’ennemi et ainsi expier ses crimes passés. Il entraînera à sa suite deux villageois vers le mont Heaven, où ils découvriront les épées légendaires qui les délivreront. Maître Shadow-glow, le gardien du mont, leur assignera quatre de ses meilleurs disciples pour les accompagner. Les sept braves reviendront au village pour tenter de protéger ce dernier de leur mieux...

Action, romantisme, bravoure, trahison sont une partie de ce qui vous attend dans ce spectacle de très grande ampleur qui a fait l’ouverture de la 62e Mostra de Venise le 31 août dernier. Aucun qualificatif ne serait assez puissant pour désigner ce chef-d’œuvre qui surpasse tout ce que l’on a déjà vu dans le même style. Tourné dans des décors naturels d’une beauté éblouissante, la prise de vue est assez exceptionnelle, nous offrant des paysages merveilleux filmés avec un souci du détail que seul le maître peut avoir... Rayons de soleil traversant l’écran pour venir nous éblouir de limpidité et de réalisme, montagnes et forêts, tous les ingrédients sont au rendez-vous de cette maestria visuelle. Du point de vue du son, il faut entendre les sept différentes lames résonner avec chacune leur propre octave. Un pur moment d’enchantement pour la vue et l’ouïe. Et quel bonheur également de voir enfin associé au maître un autre grand nom du cinéma en ce qui concerne la bande originale. C’est en effet Kenji Kawai, le virtuose préféré de Mamoru Oshii (Ghost in the Shell,Avalon...), qui s’est allié à Tsui Hark pour donner une dimension encore plus profonde à cette œuvre déjà bien équipée. Gageons que le duo refera parler de lui pour d’autres opus encore... Je ne sais pas ce que l’on peut demander de plus après cette claque monumentale... Alors, à vous de voir !

Comme à son habitude, Tsui Hark nous montre son talent pour les films de combat, notamment martiaux. Talent grandissant avec chaque nouvelle œuvre, au point qu’on se demande ce qu’il trouvera de nouveau pour la prochaine. Action à 300 % durant plus de deux heures trente pour le plus grand bonheur des passionnés comme moi qui ne se lassent pas de voir autant de combats dans une extrême chorégraphie martiale (merci Manu) orchestrée de main de maître par le génialissime Wei Tung qui n’en est pas à son premier essai, puisqu’il fut acteur et élève de Bruce Lee à l’époque d’Opération Dragon. Mais il nous réserve quand même une surprise de taille avec un combat final d’une vingtaine de minutes dans des positions assez... artistiques, ce qui est loin d’être le cas dans la majeure partie des films en ce moment où l’on a plutôt l’habitude d’une fin rapide qui ne dure que quelques secondes.... ATTENTION toutefois ! Je tiens à signaler que ce film est à déconseiller aux plus jeunes d’entre vous (il faudra voir les interdictions définies lors de sa sortie en salle). En effet, les scènes de combat sont extrêmement violentes, et on ne compte plus les têtes, jambes et bras coupés avec des armes aussi diverses qu’originales.

Du point de vue des suppléments de l’édition Collector, on trouvera un « making of » qui surprendra, car il y a moins de « câblerie » qu’on pourrait le croire au premier abord, ainsi que des « teasers », bande-annonces, liens Internet vers le site www.deltamac.com.hc et autres clips de la soirée de première à Hong-Kong, en compagnie des plus grands du septième art. Une galerie de photos et des interviews d’acteurs nous en font également découvrir un peu plus sur le tournage. En méga bonus, une pochette contenant sept lithographies et l’affichette originale du film sont présentées dans une enveloppe dédicacée par le maître en personne !! Au final, un DVD Collector à posséder de toute urgence en attendant une sortie (tardive) dans les salles françaises le 30 novembre 2005.

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisateur : Tsui Hark
Pays : Hong-Kong
Année : 2005
Interprètes : Leon Lai, Charlie Cheung, Donnie Yen, Yi Lu, So-Yeom Kim
Scénariste : Tsui Hark, Chi-sing Cheung
Compositeur : Kenji Kawai
Directeur des combats : Wei Tung
Producteurs : Tsui Hark, Nansun Shi, Cheng Yun
Durée : 154 min
Support : DVD et VCD en import Asie, sortie cinéma en France le 30 novembre 2005

Article précédent | pret immobilier
Ghajini

Article suivant | credit immobilier
Seven Swords - autre opinion


Dans la même rubrique

My Name Is Khan
My Name Is Khan
Ong Bak 2
Ong Bak 2
IP MAN
IP MAN
Chocolate
Chocolate
La Momie - La Tombe De L'Empereur Dragon
La Momie - La Tombe De L’Empereur Dragon

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan