Rubriques

Shaolin Soccer

Shaolin Soccer

Shaolin  Soccer

Après King of Comedy, datant de 1999, qui n’avait étonnamment pas très bien marché au box-office de Hongkong, le retour de Stephen Chow se faisait attendre. Avec Shaolin Soccer, ce retour est véritablement fracassant.

Stephen Chow nous fait partager son attachement et sa tendresse pour les arts martiaux. Il leur rend un grand hommage. On a l’impression qu’il veut ainsi nous montrer sa reconnaissance pour tout ce qu’ils ont pu lui apporter jusqu’à présent. Que ce soit dans sa vie ou dans sa carrière professionnelle.

Shaolin Soccer est l’un des meilleurs films que j’ai eu l’occasion de voir en 2001, en tout cas, le plus innovant à tous points de vue. Il contient beaucoup d’invention et de créativité, tant du côté des idées que de l’utilisation des effets spéciaux.


Des effets spéciaux à couper le souffle. Matrix and Co. se sentiront peut-être dépassés... Effectivement, c’est avec de tels films que l’on comprend mieux les choix des frères Wachowski. Ces derniers sont de grands amateurs de films de Hongkong ; ils ont choisi de s’en imprégner puis de s’en inspirer pour leur fameux Matrix.

Le kung-fu est utilisé ici avec une grande originalité. Il faut voir Stephen Chow montrer à Ng Man Tat ce que le kung-fu pourrait apporter dans le quotidien !

Imaginez, par exemple, une personne glissant sur une peau de banane et s’étalant de tout son long. Vous me direz « classique ! » Oui, mais avec le kung-fu, cette personne pourrait se rétablir après avoir glissé, tout en vous faisant un saut périlleux arrière. Et, ensuite, marcher en apesanteur sur les peaux de banane suivantes sans s’écraser le nez par terre. Il fallait oser, et Stephen Chow l’a fait !


J’ai beaucoup aimé la scène où une jeune femme essaie de garer sa voiture dans un emplacement plutôt réduit. Elle pourrait le faire littéralement en deux trois mouvements, si elle avait appris le kung-fu !

Les matchs de football sont tellement surréalistes que l’on pourrait les comparer à un manga. Souvenez-vous, dans les années 80, de Olive et Tom, j’ai tout de suite fait un parallèle entre cette série animée et les matchs du film.

On peut affirmer qu’ici, lors des matchs de foot (ou des entraînements), l’expression « taper dans le ballon » prend véritablement tout son sens... D’ailleurs, le personnage de Stephen Chow a un surnom, il est appelé à juste titre « jambe d’acier », il arrive à vous démolir un mur avec un seul shoot dans le ballon.


Chaque joueur de l’équipe de Shaolin a des « pouvoirs » différents : celui qui est rond peut littéralement s’envoler pour pouvoir frapper les ballons en hauteur ; le plus âgé - fumeur invétéré - arrive à aspirer avec son ventre et à restituer le ballon lorsqu’il le désire ; Stephen Chow frappe dans le ballon avec une telle force qu’il peut trouer un mur. Et puis, il y a le goal, véritable sosie de Bruce Lee, que ce soit physiquement ou par ses mimiques. C’est un des sosies les plus convaincants que j’ai eu l’occasion de voir.

Il y a quelques scènes mémorables. Lorsque Stephen Chow et Ng Man Tat chantent (très faux) habillés en moines Shaolin, on retrouve l’humour potache des précédents films de Chow. Cette scène s’intègre parfaitement dans le ton du film sans l’alourdir, car elle est empreinte d’espoir pour ces personnages qui, au départ, sont tous des « loosers ».

Le match de l’équipe Shaolin contre les femmes grimées en hommes restera dans les annales. Maquiller en homme Karen Mok, il fallait y songer !


L’histoire d’amour est traitée tendrement. Stephen Chow, au départ, n’est fasciné que par les qualités martiales de sa douce, Zhao Wei (Vicky Zhao Wei, nouvelle venue dans le cinéma de Hongkong). La scène où elle pétrit la pâte est poétique et m’a fait penser par certains détails à The Tai Chi Master, lorsque Jet Li découvre par le tai chi et l’eau la capacité de repousser et de restituer les éléments, sans utiliser la force pure (d’ailleurs, courez voir ou louer ce Tai Chi Master !).

Le personnage de Chow croit en son projet et se bat pour y parvenir, malgré les doutes et les réticences des gens qu’il rencontre. Shaolin Soccer arrive même à dénoncer l’exclusion, le dopage et les dessous-de-table versés aux arbitres.

En bref, un film que l’on peut qualifier de jubilatoire, on ne s’ennuie pas une seconde. On s’amuse beaucoup, on sourit, on s’émeut, on se prend même au jeu.


En prime, un article de Medecine Man qui passe au crible les scènes coupées, Shaolin Soccer : analyse de la censure

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisateur : Stephen Chow
Pays : Hongkong
Année : 2001
Interprètes : Stephen Chow, Vicky Zhao, Ng Man Tat, Tse Yin, Wong Yut Fei, Chan Kwok Kuen, Lam Chi-Sing, Lam Chi Chung, Tin Kai Man, Karen Mok, Cecilia Cheung
Scénaristes : Stephen Chow, Tsang Kan-Cheung
Directeurs de la photographie : Kwen Pak-Huen, Kwong Ting Wo
Monteur : Kai Kit-Wai
Chorégraphes martiaux : Ching Siu-Tung, Sit Ailen, Wong Ming-Kin, Stephen Chow
Compositeurs : Lowell Lo, Raymond Wong
Chanteur générique de fin : Jackie Chan
Producteur : Yeung Kwok-Fai
Durée : 112 min

Article précédent | pret immobilier
Shaolin Soccer : analyse de la censure



Dans la même rubrique

Shaolin Soccer
Shaolin Soccer
Shaolin Soccer : analyse de la censure
Shaolin Soccer : analyse de la censure

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan