Rubriques

4e festival international du film fantastique de Neuchâtel

Tokyo Godfathers

Tokyo Godfathers

Voici donc le film qui a « raflé » les prix cette année au festival de Neuchâtel. La dernière production de Satoshi Kon (Perfect Blue, Millenium Actress) remporte donc les suffrages auprès du public suisse.

Le soir de Noël, Gin, un vieux clochard, et ses compagnons, Hana, un travesti, et Miyuki, une jeune fugueuse, découvrent un bébé dans un tas de d’ordures. Aussitôt adopté par Hana, le nourrisson est pris en main par les trois sans-abri, malgré les réticences de Gin qui demande au travesti d’aller voir la police pour signaler leur trouvaille. Ce dernier s’enfuira pour faire comprendre au vieil homme qu’il faut essayer de retrouver les parents du petit enfant. Lors de leur périple tumultueux (agressions, attentats contre un homme d’affaire...), les trois protagonistes nous livreront leur histoire respective qui les a entraînés vers la rue : Gin qui a abandonné sa famille et s’invente un passé différent, Miyuki qui s’est enfuie de chez elle après avoir tenté de tuer son père... Comme il s’agit d’un conte de Noël, le dénouement sera bénéfique pour tous les personnages...

JPEG - 10 ko
Tokyo sous la neige de Noël

Satoshi Kon n’en est pas à son premier essai avec Tokyo Godfathers puisqu’il s’est déjà fait remarquer avec Perfect Blue et Millenium Actress (qui fut programmé dans de nombreux festivals). Toujours est-il que le genre de graphisme ici, par ses personnages un peu grossièrement dessinés, diffère de beaucoup d’autres animés auxquels on est habitué généralement. Seuls les décors semblent avoir été travaillés avec une grande attention. Or, c’est justement ce contraste entre les décors soignés et les personnages simplistes qui donne toute son originalité et son charme à l’œuvre, et qui, je pense, attire le grand public. Le film a donc fait grande impression lors du festival. Visuellement correct, il est agrémenté d’une bande-son sympathique de Kenshii Suzuki, qui ne nous laisse pas indifférents.

JPEG - 12.5 ko
Une maman pour le bébé

Voici une histoire assez surprenante et bien structurée qui a ravi beaucoup de personnes. Le public ressort heureux de la projection. C’est toutefois un peu trop optimiste à mon goût et m’a laissé quelque peu passif. Dommage que l’histoire soit un peu trop compliquée pour les plus jeunes d’entre nous, ce genre de conte s’adresse plutôt à un public post-adolescent. À voir en famille, mais pas avec de trop jeunes enfants.

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisation : Satoshi Kon
Pays : Japon
Année : 2003
Interprétation (voix) : Toru Emori, Aya Okamoto, Yoshiaki Umegaki
Scénario : Satoshi Kon, Keiko Nobumoto
Image : Katsutoshi Sugai
Musique : Keiichi Suzuki
Production : Masao Maruyama, Shinichi Kobayashi, Taro Maki, Masao Takiyama
Durée : 92 min

Article précédent | pret immobilier
Darkness Bride

Article suivant | credit immobilier
Dragon Head


Dans la même rubrique

Azumi (NIFF)
Azumi (NIFF)
Interview d'Erik Charles Matti, le « Gagamboy-Man »
Interview d’Erik Charles Matti, le « Gagamboy-Man »
Gagamboy (NIFF)
Gagamboy (NIFF)
Dragon Head
Dragon Head
Tokyo Godfathers
Tokyo Godfathers

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan