50 ans de cinéma coréen en 50 films

Cette rubrique contient 7 Articles

Yeonsan-gun

Yeonsan-gun

Cette reconstitution historique de 1961 est soi-disant une « super production », mais ce terme est à replacer dans le contexte de l’époque : rien à voir évidemment avec les « blockbusters » d’aujourd’hui. Des décors luxueux, des costumes traditionnels magnifiques et quelques figurants, cela suffisait pour obtenir alors cette appellation (et Cécile B. DeMille (...)

Oasis

Oasis

Oasis, une histoire d’amour... Encore une ? Me direz-vous... Celle-ci vient toutefois de Corée. À ceux qui se précipiteront dans les salles en espérant revivre My Sassy Girl (l’excellente comédie légère qui a fait un carton en Corée), je leur dirai qu’il faut surtout s’armer de courage.
Un film d’auteur ne s’apprivoise pas facilement. En effet, dans ce genre de (...)

Le village dans la brume

Le village dans la brume

Dans ce film de 1982, le seul réalisateur coréen célèbre internationalement, Im Kwon-taek, essaie de rendre compte de la vie rurale dans son pays, d’un point de vue psychologique. Il s’attache avant tout à décrire l’inadaptation du peuple aux changements modernes, et toutes les frustrations qui en découlent...
Han Suok, une institutrice, débarque de Séoul pour (...)

La saison des pluies

La saison des pluies

Si les années 60 apparaissent pour le cinéma coréen comme une période vivante et riche, la décennie suivante, en revanche, est caractérisée par l’invasion de « quota quickies » (films à petit budget produits pour respecter les quotas), synonymes de décadence et de conformisme.
Pourtant, à l’instar des séries B américaines ou italiennes, certains de ces films (...)

The Marines Who Never Returned

The Marines Who Never Returned

Ce film de guerre de 1963 nous parle d’évènements qui se sont déroulés à peine 12 ans avant sa réalisation. Les blessures sociales et psychologiques de la guerre de Corée sont donc encore bien prégnantes dans l’esprit de son réalisateur comme de ses acteurs.
Aujourd’hui, évidemment, les grands sentiments exacerbés par son scénario (nationalisme, humanisme, (...)

Programmation

Programmation

Cinquante ans de cinéma coréen
Cinquante films
Invités : L’acteur Shin Sung-il (Gilsotteum, Le Brouillard) ainsi que sa femme, l’actrice Eom Aeng-ran (La Servante), seront présents à la Cinémathèque pour la projection de Gilsotteum, le dimanche 23 janvier à 16 h 30, Salle Chaillot (7 avenue Albert de Mun paris 16ème).
J e u d i 6 j a n v i e r
19h00 (...)

50 ans de cinéma coréen en 50 films

50 ans de cinéma coréen en 50 films

La production cinématographie sud-coréenne a débuté en 1955. La cinémathèque française se propose d’en faire une rétrospective en programmant des films d’un maximum d’auteurs, de genres et d’années différentes, du plus ancien, La vallée de Pia (1955), au plus récent, Memories of Murder (2003).
Cette rétrospective a lieu à la salle « Palais de Chaillot » (7 av. Albert (...)

Rubriques