Rubriques

50 ans de cinéma coréen en 50 films

The Marines Who Never Returned

The Marines Who Never Returned

Ce film de guerre de 1963 nous parle d’évènements qui se sont déroulés à peine 12 ans avant sa réalisation. Les blessures sociales et psychologiques de la guerre de Corée sont donc encore bien prégnantes dans l’esprit de son réalisateur comme de ses acteurs.

Aujourd’hui, évidemment, les grands sentiments exacerbés par son scénario (nationalisme, humanisme, innocence perdue...) peuvent paraître surfaits, voire naïfs, à des spectateurs occidentaux, mais il faut les replacer dans leur contexte pour pouvoir en apprécier cette représentation simple et directe.

L’histoire suit donc les missions d’un régiment sud-coréen en 1951, après le débarquement d’Inchon. Lors de la reprise de Séoul aux Nord-Coréens, ces soldats récupèrent une orpheline, Young-hui, après une escarmouche avec des tireurs embusqués. Ils la cachent tout d’abord à leurs supérieurs, la transportant dans un sac de campement en campement, à travers un pays en ruines... Puis elle finit par être acceptée de tous comme la mascotte du régiment et devient plus particulièrement la protégée de Yeong-jik, un soldat qui a perdu sa sœur. Young-hui donne rapidement des surnoms ridicules à tous ses oncles d’adoption, et ces derniers se coupent en quatre pour la distraire et lui faire oublier les horreurs de la guerre. Mais bientôt, ils doivent se séparer d’elle pour aller exécuter une mission quasi-suicide. Si son souvenir et ses lettres leur donnent de l’espoir sur le front, peu d’entre eux survivront pour pouvoir la retrouver...

JPEG - 22.3 ko
le régiment en marche

La mise en scène est simple et efficace, volontairement confuse lors des scènes d’action et posée pendant les accalmies. Le propos du réalisateur consiste plus à traiter du thème de la séparation (division du pays causée par la frontière nord-sud du 38ième parallèle, entre pro-Chinois communistes et pro-Américains libéraux) qu’à représenter le spectaculaire des affrontements. Si ces derniers restent violents, ils sont plus brutaux que distrayants, et cherchent avant tout le réalisme, quitte à montrer des héros pathétiques, obligés par exemple de se cacher parmi les cadavres pour survivre.

La belle photographie en noir & blanc donne d’ailleurs à cette scène des allures de film de fantômes, avec une brume matinale recouvrant les tranchées...

L’apport « documentaire » du film sur cette triste période est renforcé par une figuration importante dans les batailles et la présence des chars d’assaut de l’époque, le genre de détail qu’apprécieront les amateurs d’histoire.

Le metteur en scène Lee Man-hee a certainement voulu transmettre sa propre expérience de soldat, et les questions morales que se posent ses héros étaient sûrement les siennes, interrogations sur la légitimité du conflit, la guerre ne profitant à aucun parti et n’entraînant de part et d’autre que des pertes injustes. À ce titre, la scène du bordel, tout d’abord frivole, se révèle cruciale puisqu’elle effrite les valeurs libérales, en montrant sous un jour peu glorieux les alliés américains, pour qui tout s’achète...

En conclusion, si ce film a mal vieilli par son rythme et le jeu sans nuance de ses acteurs, il demeure un témoignage encore d’actualité sur la guerre et ses « profits ».

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Titre original : Dolaoji Anneun Hebyeong
Réalisateur : Lee Man-hee
Pays : Corée du Sud
Année : 1963
Interprètes : Jang Dong-hui, Choi Mu-ryong, Koo Bong-seo, Lee Dae-yeob, Jeon Gae-hyeon, Dok Go-seong
Durée : 110 min

Article précédent | pret immobilier
Programmation

Article suivant | credit immobilier
La saison des pluies


Dans la même rubrique

Yeonsan-gun
Yeonsan-gun
Oasis
Oasis
Le village dans la brume
Le village dans la brume
La saison des pluies
La saison des pluies
The Marines Who Never Returned
The Marines Who Never Returned

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan