Rubriques

BIFFF 2006

Le BIFFF enfin découvert...

Le BIFFF enfin découvert...

Longtemps espéré, longtemps idolâtré, le BIFFF - Bruxelles International Fantastic Film Festival - est enfin dévoilé pour notre plus grand plaisir ! Mercano Boy et moi-même sommes enfin passés de l’autre côté de la frontière pour vous faire vivre nos aventures cinématographiques en direct de la 24e édition de ce festival. Toutes nos espérances étaient fondées, au-delà même de ce que nous espérions... Voici enfin une manifestation qui, avec ses 23 années d’expérience, tient toutes ses promesses et nous en met plein les yeux.

C’est donc après cinq heures de route et une installation rapide dans notre auberge de jeunesse que nous arrivons au Passage 44, lieu saint de tous les adorateurs de cinéma fantastique. Après avoir retiré nos cartes de presse, nous allons donc directement à la projection du premier film de la journée, Antarctic Journal de Pil-Sung Yim. Le réalisateur est là pour présenter son œuvre. La salle s’obscurcit ensuite dans un tonnerre de hurlements et d’applaudissements... Mais pas pour longtemps, car elle se rallume aussitôt pour faire hurler le public de plus belle. Et c’est enfin parti pour une séance pleine de surprises avec un public comme on n’en a encore jamais vu... Tout le monde applaudit pendant le générique en lisant les noms des acteurs écrits en coréen, mais, chose bizarre, j’ai été le seul à applaudir en voyant le nom du créateur de la bande originale, qui était, lui, écrit en européen : Kenji KAWAI. Nos amis ne connaîtraient pas un des plus grands compositeurs contemporains de musique ?? Le film, quant à lui, nous raconte l’histoire d’une expédition polaire composée de six personnes, qui désire se rendre en Antarctique, la seule région encore inexplorée du monde. Le petit groupe va tomber sur un journal enterré sous la glace, d’une expédition qui a eu lieu 80 ans plus tôt et dont le destin n’est pas sans rappeler celui de nos héros... Nous allons donc suivre ce groupe qui marche dans la neige pendant près de deux heures sans arriver à nous captiver plus que ça. Dommage, car le sujet est intéressant et la prise de vue, exceptionnelle. Il aurait certainement mieux valu raccourcir ce film d’une demi-heure pour en faire quelque chose qui se laisse regarder... À noter également la présence de très bons acteurs, vus notamment dans l’excellent Old Boy.

Nous sortons de cette séance pour tomber sur le président du jury qui se promenait dans le hall du cinéma, Monsieur Michael Ironside, à qui je demande illico un autographe. Voilà déjà un bon début de festival ;-D. La séance suivante nous fait découvrir The Dark, un film de John « Ginger Snaps » Fawcett. Un thriller qui tient ses promesses. Puis vient le tour de Reeker, une comédie fantastique qui se laisse regarder, présentée au festival par le réalisateur David Payne, sa femme Tina (actrice principale et productrice du film) et Michael Ironside. Un pur moment de délire, vu que le public scande à chaque invité montant sur scène : une chanson ! Une chanson ! Une chanson !... Et Michael de répondre pour le plus grand bonheur de tous : « No fucking song ! » :-D.

Dernier film de la journée, et pas des moindres, The Maid, de Kelvin Tong. L’histoire d’une jeune Thaïlandaise qui va en Chine pour chercher du travail comme domestique et qui se retrouve confrontée à une croyance voulant que, tous les ans, dans le septième mois du calendrier chinois, les portes de l’Enfer s’ouvrent et qu’il faut se méfier des fantômes à ce moment-là... Un film très prenant, à la Ring, mais qui possède des références mondiales telles que Le sixième sens. On ne cesse de sursauter, même si tout est parachuté sans surprise, ce qui est vraiment digne des meilleurs réalisateurs. S’il continue comme ça, Kelvin Tong ira très loin dans le fantastique. Dommage que la salle ait été un peu dépeuplée du fait de la séance tardive. En tout cas, on en a eu pour notre compte !

Rendez-vous bientôt pour la suite de nos aventures en Belgique... !

P.-S.

FICHES TECHNIQUES :

ANTARCTIC JOURNAL - Namgeuk-ilgi
Réalisateur : Pil-Sung Yim
Pays : Corée du Sud
Année : 2005
Interprètes : Ho-Song Kang, Ji-Tae Yu, Hee-Soon Park, Duek-Mun Choi, Hye-Jeong Kang, Kyeong-Ik Kim
Scénaristes : Joon-Ho Bong, Pil-Sung Yim
Directeur de la photographie : Jeong-Hun Jeong
Compositeur : Kenji Kawai
Producteurs : Wan Choi, Jong-Yoon Noh
Durée : 114 min

THE MAID
Réalisateur, scénariste : Kelvin Tong
Pays : Singapour
Année : 2005
Interprètes : Alessandra de Rossi, Huifang Hong, Benny Soh, Zhenwei Guan
Directeur de la photographie : Lucas Jodoigne
Monteurs : Lawrence Ang, Hwee-Ling Low
Compositeur : Joe Ng
Producteurs : Pui Yin Chan, Titus Ho, Saw Yam Seah
Durée : 93 min


Article suivant | credit immobilier
Quand les fantômes envahissent le BIFF


Dans la même rubrique

La fin d'un rêve...
La fin d’un rêve...
L'Asie, version culte...
L’Asie, version culte...
L'Asie tient ses promesses...
L’Asie tient ses promesses...
Quand les fantômes envahissent le BIFF
Quand les fantômes envahissent le BIFF
Le BIFFF enfin découvert...
Le BIFFF enfin découvert...

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan