Accueil > Festivals ou Rétrospectives du Cinéma Asiatique > BIFFF 2006 > Quand les fantômes envahissent le BIFF

Rubriques

BIFFF 2006

Quand les fantômes envahissent le BIFF

Quand les fantômes envahissent le BIFF

Deuxième jour de nos aventures dans cette 24eme édition du Festival du Film Fantastique de Bruxelles. Les choses sérieuses commencent pour de bon. Nous découvrons l’espace réservé à la presse et apprenons que le réalisateur coréen Dong-bin Kim (The Ring Virus), qui est venu présenter son deuxième film, Red Eye, fait ses interviews le soir même et qu’il reste encore une place disponible si l’on est intéressé. Le film ayant été présenté la veille de notre arrivée, je reste donc pantois, mais l’une des attachées de presse me propose de le visionner le film afin de pouvoir discuter avec le réalisateur. Pas la peine de me le dire deux fois, je me jette sur la VHS afin de préparer cette interview (que vous lirez prochainement). L’histoire de ce film est plus ou moins basée sur un fait réel, un accident de train il y a quatre ans qui a fait de nombreuses victimes. Dans la fiction, on découvre que ces victimes vivent encore dans un train fantôme et qu’elles vont tout mettre en œuvre pour se venger de leur accident... C’est encore une histoire de fantômes, à la sauce coréenne cette fois-ci. Rien de bien surprenant, quand on sait que le réalisateur n’est autre que le « remakeur » coréen du cultissime Ring. Bien tourné et bien joué, ce film est réussi, malgré quelques longueurs communes à ce genre.

Ayant encore du temps libre avant les projections de la journée (ou plutôt de la soirée, vu que celles-ci ne commencent qu’à 18 h 30), je décide de continuer mes séances de rattrapage avec Meatball Machine de Yudai Yamaguchi. Un film complètement barré qui nous raconte l’histoire de petites créatures d’origine inconnue, qui aiment prendre le contrôle des corps humains et faire des combats sans pitié jusqu’à la mort, moment où l’une des créatures dévore son adversaire. En trois minutes, on est dans le bain en voyant gicler des hectolitres de sang. Pas de doute, on est loin du petit film de monstres que j’attendais. Tout se déroule donc à la façon d’un Bad Taste ou autre Evil Alien, avec de nombreuses références telles que Hidden, Evil Dead et autre Dead or Alive. Une heure et demie de boucherie incessante pour le plus grand bonheur des yeux, mais pas de l’estomac...

JPEG - 18.4 ko
Death Trance



Il est maintenant temps de retourner vers le lieu principal des projections, le passage 44, où m’attend déjà Mercano Boy. Celui-ci m’annonce qu’il n’est pas le seul à m’attendre. En effet, comme à notre habitude, nous commençons déjà à connaître tout le monde, et dès que l’on est absent, les derniers rangs du cinéma s’interrogent : où sont les Français ?? Un des piliers du festival depuis 23 ans, Alain, surnommé Tom Pouce, s’occupe en effet de réserver nos places pour toutes les séances. Un grand merci à lui que j’avais rencontré au festival du Luxembourg l’année passée et qui nous fait connaître pas mal de monde ici. Nous attaquons la soirée avec Adam’s Apples, un film danois de Anders Thomas Jensen (Les bouchers verts), une comédie satirique qui a fait fort bonne impression sur le public.

Le moment tant attendu est enfin arrivé. La présentation de Death Trance de Yuji Shimomura, avec le grand Tak « Versus » Sakaguchi. Rien qu’en entendant le nom de celui-ci, la salle se met à hurler (tiens, serait-il déjà un habitué de Bruxelles ?). Est-ce dû au fait que quatre films dans lesquels il a tourné sont présentés cette semaine (Death Trance, Godzilla Final Wars, Shinobi et Meatball Machine) ?? Tak Sakaguchi monte sur scène en compagnie du producteur et d’un autre acteur, mais il sera le seul à recevoir une attention démesurée. Comme à son habitude, il va nous faire une petite démonstration de karaté avant le film et répondra même en français à quelques questions du présentateur, un « OUI » qu’il a dû apprendre par cœur et aussi un « NON » quand on lui demandera de chanter ;). S’ensuit un film qui n’est pas sans rappeler Versus. Un homme vole un cercueil dans un temple. De nombreuses personnes partent à sa recherche, car le cercueil aurait la possibilité de faire revivre les gens... Action, « gunfight », « Mad Max like » et chambara sont donc au rendez-vous dans une ambiance surnaturelle et une forêt qui, une fois de plus, nous font penser au film qui a lancé l’acteur. La salle est en délire, et nous sommes heureux d’obtenir une interview avec Tak Sagakuchi pour demain midi...

JPEG - 15.6 ko
Tak Sakaguchi avec ses fans...



La journée se termine par un autre film asiatique (on fait très fort aujourd’hui :0D), The Ghost Within, de Herman Yau. Plus la peine de présenter le bonhomme, avec Ebola Syndrome, il est allé jusqu’au bout de l’horreur. Ici, il nous livre une histoire plus classique du style Dark Water. Fantôme aux cheveux longs et au visage blafard, voilà le programme. Une mère et sa fille fuient un père violent et brutal, et emménagent dans un petit appartement. L’esprit présent va essayer de faire comprendre à la femme qu’elle doit faire comme elle, qui a connu le même sort, et jeter sa fille par-dessus leur balcon au huitième étage et sauter derrière elle pour ne pas être séparées. Y arrivera-t-elle ? La réponse dans 90 minutes... Rien de bien original, à réserver aux amateurs du genre...

La journée est finie (heureusement, il est 2 h du matin), et comme on dit ici, à tantôt !

JPEG - 14.5 ko
L’équipe de Death Trance entoure le grand Tak.



P.-S.

FICHES TECHNIQUES :
RED EYE
Réalisateur : Dong-bim Kim
Pays : Corée du Sud
Année : 2005
Interprètes : Shin-young Jang, Il-kuk Song, Ji-min Kwak, Hye-na Kim
Scénaristes : Ki-young Sung, Mi-young Kim, Yong-yeon Lee, Nam-ki Kwon
Directeur de la photographie : Hee-sung Byun
Compositeur : Dae-hyun Moon
Producteur : Yong-kuk Kim
Durée : 97 min

Note Wolverine : 8/10

MEATBALL MACHINE
Réalisateurs : Yudai Yamaguchi, Junichi Yamamoto
Pays : Japon
Année : 2005
Interprètes : Issei Takahashi, Aoba Kawai, Toru Tezuka, Ayana Yamamoto
Scénariste : Junya Kato
Directeurs de la photographie : Shu G. Momose, Shinji Kugimiya
Compositeurs : Kazuhiro Kura, Tomohide Harada
Producteur : Yukihiko Yamaguchi
Durée : 90 min

Note Wolverine : 8/10
Note Mercano Boy : 8/10

DEATH TRANCE
Réalisateur : Yuji Shimomura
Pays : Japon, USA
Année : 2005
Interprètes : Tak Sakaguchi, Yukhi Takeuchi, Takamasa Suga, Kentaro Seagal, Yoko Fujita
Scénaristes : Junya Kato, Seiji Chiba, Yuji Shimomura, Shinichi Fujita
Directeur de la photographie : Shinichi Fujita
Producteurs : Yoko Hayama, Kana Takeuchi
Durée : 90 min

Note Wolverine : 10/10
Note Mercano Boy : 7,5/10

THE GHOST WITHIN
Réalisateur : Herman Yau
Pays : Hongkong, Chine
Année : 2005
Interprètes : Hsu Hsi Yuan, Liu Ye, Gong Bei Bi
Scénariste : Chau Ting
Directeur de la photographie : Kwen Park Huen
Compositeur : Brother Hung
Producteurs : Chua Siao Hiong, Lin Kin Nang
Durée : 100 min

Note Wolverine : 5/10
Note Mercano Boy : 4/10

Article précédent | pret immobilier
Le BIFFF enfin découvert...

Article suivant | credit immobilier
L’Asie tient ses promesses...


Dans la même rubrique

La fin d'un rêve...
La fin d’un rêve...
L'Asie, version culte...
L’Asie, version culte...
L'Asie tient ses promesses...
L’Asie tient ses promesses...
Quand les fantômes envahissent le BIFF
Quand les fantômes envahissent le BIFF
Le BIFFF enfin découvert...
Le BIFFF enfin découvert...

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan