Rubriques

FanTasia 2003 : 7e édition du festival du film fantastique d’action et d’horreur de Montréal

Aragami

Depuis le ’cultissime’ Versus, on n’avait plus entendu parler de Kitamura. C’est donc avec un plaisir difficile à contenir que nous allons à la projection d’Aragami. Un film tourné comme un défi puisque Kitamura avait un budget et un thème comme contrainte (un huis clos et un duel). Cette limitation peut produire une oeuvre de qualité, car on sait qu’un créatif ne franchit mieux un obstacle que si ce dernier est élevé. Va-t-on retrouver le style fou de Versus ?

Les premières images tranchent singulièrement avec celles que nous connaissons de Versus. La qualité indéniable de la composition picturale nous montre que Kitamura a délaissé son apparent laisser-aller pour se rapprocher d’un académisme formel. Le réalisateur fou dépasse allègrement le cadre usuel dès les images qui suivent... Comme si la force graphique de Kitamura ne demande qu’à jaillir à chaque moment.

Le réalisateur nous offre ainsi de véritables tableaux d’une beauté incroyable. Le décor utilisé n’est pas innocent dans cet esthétisme. Il ajoute un cachet d’exotisme vraiment essentiel. Le plaisir des sens s’en trouve décuplé. Si Boris Vallejo devait illustrer l’heroic fantasy orientale, c’est peut-être de cette manière qu’il aurait agi.

Vous parler d’heroic fantasy dès les premières images n’est pas précipité puisqu’il règne une atmosphère délicieusement étrange. La beauté des traits du personnage féminin participe beaucoup à l’ambiance. Elle ne dit mot, toute sa communication passe par de subtils changements d’expression... Le deuxième personnage masculin achève cette touche étrange par ses traits d’acier d’une beauté surnaturelle. Et comme tout cela se passe à l’ère des sabres de samouraïs, vous comprenez rapidement d’où vient l’épique...

Comme vous le voyez, Kitamura frappe très fort dans le choix de ses acteurs. Il a donc de la forme, il suffit maintenant de donner le fond. Il faut y mettre du génie pour capter le spectateur jusqu’au bout, car celui-ci n’est pas dupe. Il a bien vu que l’on s’enfonce dans un huis clos ! En effet, l’histoire commence quand deux hommes mortellement blessés au cours d’une bataille se réfugient dans un temple en pleine tempête.

Huis clos, oui, encore faut-il des dialogues d’exception ! Et nous devons le reconnaître, les dialogues sont cousus de fil d’or. Ils sont piquants, rythmés et, par-dessus tout, incroyablement drôles ! Sacré humour ! On en demande encore et encore. Les acteurs se donnent la réplique avec un bonheur certain. Enfin, nous le supposons. Pour l’heure, la situation dans le film est tout ce qu’il y a de plus de dramatique et de plus terrible.

Le réalisateur ne se contente pas de nous tordre de rire, il nous offre en plus des scènes de combat au sabre d’une beauté diabolique dont lui seul a le secret ! Vous en avez déjà un avant-goût dans Versus. Ici, votre plaisir va jusqu’au bout ! Pas de réelles innovations pourtant. Toutes les scènes d’action sont tout simplement menées de main de maître.


Pas de doute, le duel ne fait que commencer...



Il n’y a pas de doute, c’est le point d’orgue de FanTasia, à mon sens, même si le festival ne fait que commencer. Qu’on lui donne les moyens à Kitamura de nous offrir encore quelque chose de plus grand et de plus drôle ! Cela dit, bravo pour ce petit bijou d’étrangeté qui est trop court malheureusement - 80 min ! Notre réalisateur a même réussi à placer un clin d’œil à son film Versus !

P.-S.

Fiche technique :
Réal. : Ryuhei Kitamura
Pays : Japon
Année : 2002
Scénaristes : Ryuhei Kitamura & Ryuichi Takatsu
Interprètes : Masaya Kato, Kanue Uotani, Takao Osawa,
V.O.S.T.A - Durée : 80 min
Product. : Shinya Kawai
Distrib. : Amuse Inc. / Napalm Film / Micott Inc

Prix : Corbeau d’Argent - Prix Spécial du Jury, Bruxelles, Belgique
Note : 8.5/10
Applaudimètre FanTasia : 7.5/10

Article précédent | pret immobilier
2DLK

Article suivant | credit immobilier
Double Agent


Dans la même rubrique

The Man in White et Graveyard of Honor
The Man in White et Graveyard of Honor
Graveyard of Honor
Graveyard of Honor
Goldorak : ce n'est qu'un au revoir
Goldorak : ce n’est qu’un au revoir
Suicide Club
Suicide Club
Intimate Confessions of a Chinese Courtesan
Intimate Confessions of a Chinese Courtesan

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan