Rubriques

FanTasia 2006

Necromancer

Necromancer

Un film qui a de quoi attirer rien que par son titre. Et son origine, la Thaïlande. On se dit qu’on va en apprendre sur des croyances qui nous sont peu familières.

Itti, le nécromancien, a été capturé par la police qui a eu recours à ses propres méthodes particulières pour mettre le criminel en captivité. Mais le mystérieux personnage a tôt fait de s’échapper pour retourner dans sa ville natale. C’est là que Santi, un jeune policier fraîchement promu et plutôt pragmatique, va se retrouver sur les trousses du puissant individu et s’immerger peu à peu dans une réalité qu’il n’aurait pas cru possible.

J’avoue que je suis allée voir ce film en m’attendant à une histoire baignant dans le surnaturel et offrant des rituels nécromanciens. Or, la magie ici n’est pas distincte de la réalité. Elle se présente comme un de ses aspects méconnus et dangereux, ce qui n’est pas en soi une tare. Le surnaturel apparaît donc en toile de fond d’une intrigue policière. Le nécromancien distille pourtant un certain charisme (alors qu’il est au départ un individu assez quelconque) et ressort comme le personnage le plus intéressant pour moi, mais qui demeure plutôt à distance. On choisit de démontrer comment le « pouvoir » finit par nous dominer et comme quoi celui-ci ne sert jamais à faire le bien. Rien de très original. Et qui n’a certes pas suffi à satisfaire mon appétit pour une épice plus « surnaturelle ».

Pourtant, le film ne pêche pas par mauvaise facture ni manque d’action. Les scènes premières s’expliquent peu à peu, le réalisateur ne prenant pas les spectateurs pour des imbéciles. La photographie se veut plutôt travaillée. La nuit est très amplifiée, comme pour marquer le mal, la noirceur qui nous guette. Le jour, en revanche, se montre très clair, très blanc, les personnages se détachant sur l’arrière-plan blafard, comme pour bien trancher entre le bien et le mal. Même si ce jour peut se révéler une fausse nuit, puisque le mal sévit en permanence. La musique se compose de percussions « tribales » et s’adjoint un chœur durant la confrontation finale. Elle n’en fait pas trop, même si elle appuie certaines scènes pour rehausser ou avertir, bien qu’il ne se passe rien de particulier.

Et c’est bien l’impression qu’il me reste. Le film ne porte pas tout ce que son titre peut suggérer.

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisation, montage : Piyapak Choopetch
Pays : Thaïlande
Année : 2005
Interprétation : Chatchai Plekopanich, Akara Amarttayakul, Tom Dundee
Image : Nattawut Kittikhun
Scénario : Piyapan Choopetch, Leo Kittikorn
Production : Jantima Liawsirikun, Rashane Limtrakul
Durée : 118 min

Prix des Meilleurs effets spéciaux au « 2005 Asia-Pacific Film Festival »
Présenté en première nord-américaine au festival FanTasia 2006

Article précédent | pret immobilier
Strange Circus



Dans la même rubrique

Necromancer
Necromancer
Strange Circus
Strange Circus
Synesthesia (alias Gimme Heaven)
Synesthesia (alias Gimme Heaven)
Re-cycle
Re-cycle
Citizen Dog
Citizen Dog

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan