Rubriques

FanTasia 2006

Synesthesia (alias Gimme Heaven)

Synesthesia (alias Gimme Heaven)

Pour la première internationale de Synesthesia, le public répond présent, certains intrigués par la synesthésie, d’autres attirés par Ryuhei Matsuda - qui n’apparaît toutefois que peu. Une salle bondée, de quoi ravir le réalisateur venu nous présenter son film.

Mais qu’est-ce donc que la synesthésie ? D’après ce que nous dit l’histoire, c’est un désordre sensoriel qui fait percevoir la réalité autrement. C’est dire qu’un chiffre peut représenter une couleur, un objet amène un certain goût, une forme évoque de la musique... Et, jusqu’à présent, on n’a pas encore trouvé deux synesthètes qui voient la réalité de la même manière.

Il y a là de quoi faire un film éclaté, surréaliste, poétique, bref, un film qui opposerait la réalité habituelle à celle d’un synesthète. Où l’animation pourrait même se glisser. Mais un tel film demande sans doute des moyens dont ne disposait pas le réalisateur. Et aussi une autre histoire... Car nous nous retrouvons devant un film somme toute banal, en définitive inintéressant. Pourtant, nous demeurons tous assis bien sagement jusqu’à la fin, sans doute poussés par la curiosité de savoir où tout cela va mener et quel rôle jouera finalement la synesthésie dans tout ça.

JPEG - 14.3 ko
les deux héros



Tout commence par un meurtre, celui d’un richissime homme d’affaires qui laisse une fois de plus orpheline l’adolescente qu’il avait adoptée. Une policière et son adjoint mènent l’enquête. Parallèlement, deux jeunes hommes, qui survivent en s’occupant de sites Web en direct pour le compte de yakusas, vont trouver la jeune adolescente inconsciente et la ramener chez eux. Celle-ci semble être la cible d’un tueur très intelligent, surnommé Picasso, qui utilise un jeu Internet pour pousser ses victimes au suicide. L’un des jeunes hommes, Shinsuke, reconnaît en Picasso un synesthète comme lui.

JPEG - 7.2 ko
la marque de Picasso



Si l’on vous parle de ce film comme d’une œuvre « inusité et onirique », méfiez-vous. Les scènes ne distillent que du plat, rien ne s’en dégage. Elles s’enchaînent cependant plutôt rapidement, au point que, alors que nous commençons à peine à nous « installer » dans une séquence relevée d’un peu de musique, nous passons brusquement à autre chose. Les personnages n’aident pas non plus. La jeune fille en détresse est plutôt effacée. Le yakusa qui sert de liaison paraît sortir d’un autre film, il détonne. Il apporterait la touche comique qui allège le tout, mais, vraiment, est-ce bien nécessaire ! Et que dire de Shinsuke... Il se trouve davantage au cœur de l’histoire que son copain, mais ce dernier apparaît pourtant plus sympathique, plus touchant, dans son désir et sa vulnérabilité. Il faut dire que, plus l’intrigue se dénoue et plus j’ai eu du mal avec Eguchi Yosuke, qui interprète Shinsuke. Son jeu n’évolue pas, tourne à vide. Il se retrouve à la fin à gigoter bêtement de manière ennuyée, dirait-on, ne sachant quelle contenance prendre devant la moue triste et le calme fataliste de Ryuhei Matsuda (qui a l’avantage d’avoir « une gueule », il faut dire).

JPEG - 17.2 ko
un personnage peu présent, mais dont l’image fait le tour du monde et fait vendre le film



Lorsque cet « affrontement » survient, on s’est fait une idée de quoi il retourne, bien qu’il manque des données. Le dénouement n’en finit plus alors de finir, d’autant que les révélations n’ont rien d’original et qu’on n’est pas exactement touché par toute cette histoire. Cela traîne tellement que j’en trépigne d’impatience et n’ai qu’une envie une fois le film fini : déguerpir !

Au diable le réalisateur et la session de questions-réponses, je n’en peux plus !

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisation : Toru Matsuura
Pays : Japon
Année : 2006
Interprétation : Yosuke Eguchi, Aoi Miyazaki, Masanobu Ando, Ryuhei Matsuda, Hijiri Kojima
Scénario : Yuji Sakamoto
Image : Kenji Takama
Montage : Naoki Kaneko
Musique : Jun Abe, Nido
Production : Kenzô Horikoshi, Atsuko Ôno
Distribution : Shochiku Films
Durée : 119 min

Article précédent | pret immobilier
Re-cycle

Article suivant | credit immobilier
Strange Circus


Dans la même rubrique

Necromancer
Necromancer
Strange Circus
Strange Circus
Synesthesia (alias Gimme Heaven)
Synesthesia (alias Gimme Heaven)
Re-cycle
Re-cycle
Citizen Dog
Citizen Dog

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan