Rubriques

FanTasia Ubisoft 2004

Ju-on : The Grudge

Ju-on : The Grudge

Un petit manque de coordination fait décaler toute la soirée. C’est donc avec 45 minutes de retard que nous nous installons pour la projection de Ju-on. Le sympathique Marc Lamothe, directeur du marketing et des communications pour FanTasia, vient prendre le micro. Il tient à nous remercier, car c’est grâce au public si FanTasia connaît un tel succès. Le festival fait la une des journaux montréalais et, demain, celle des journaux torontois. Il est sur toutes les lèvres aux bulletins de nouvelles de ce soir. L’an dernier, 16 000 billets avaient été vendus lors des deux premières journées. Cette année, la seule première journée de vente a vu... 30 000 billets s’envoler ! Marc nous remercie encore et nous invite au gros « party » de lancement qui a lieu un ou deux étages plus haut.

Le film va enfin commencer. Eh non ! Nous avons droit à des bandes annonces originales, Gozu, Azumi, Haute tension, Memories of Murder et Dead & Breakfast, la première et la dernière déclenchant une réaction des plus... festives.

Puis, le silence s’installe sur la salle quasiment remplie. Ju-on : « malédiction issue de la rancune éprouvée par une personne qui meurt en proie à une colère terrible. Elle empreint les lieux que la personne fréquentait et agit sur ceux qui entrent en son contact pour finir par se renouveler. »


Rika, jeune travailleuse sociale bénévole, est envoyée à la maison de la vieille Sachie. Les lieux comme la vieille femme semblent laissés à l’abandon. Le fils et la belle-fille ne rentrent pas. Rika découvrira un chat, un petit garçon et... un fantôme. Elle vient inopinément d’ouvrir une boîte de pandore...

On entre donc assez rapidement dans le vif du sujet, et la « malédiction » s’enchaîne par une série de tableaux, sans nécessairement suivre un certain ordre chronologique. Le réalisateur sait faire bon usage de la configuration des lieux pour nous maintenir sur nos gardes. Attention, le film ne fonctionne pas toutefois sur la tension, l’usure de nos nerfs, à la façon de Ring ou de Phone, mais bien sur l’horreur, la terreur engendrée par ce que l’on voit, à l’instar de la scène clé de Ring, et par ce que l’on entend aussi. C’est donc véritablement un film d’épouvante. Et la pensée qu’on peut être surpris dans le quotidien, dans les moments ordinaires de la vie, engendre la pire terreur. On ne s’attend pas à cela comme on appréhende les scènes dans les lieux maudits.


La terreur est donc au rendez-vous. Néanmoins, le dernier tableau apparaît presque de trop. Un resserrement aurait ajouté à l’efficacité de l’ensemble, même si le tout ne dure qu’une heure et demie. Évidemment, si vous êtes blasés à force d’en avoir vu d’autres, Ju-on vous laissera de marbre. Il est vrai qu’on devine souvent ce qui va arriver, mais cela n’empêche aucunement de connaître une vraie terreur. En tout cas, la salle, très réactive, semblait sensible à ce qui se passait à l’écran ! Nous avons eu droit à un cri d’effroi - même si on pouvait s’attendre à l’apparition, celle-ci n’a pas manqué son effet ! - et à des applaudissements après un tableau particulièrement éprouvant. Mon voisin, qui doit apprécier ce genre de film puisqu’il était présent, avait pourtant des réactions de répugnance, de dégoût ! Je lui dois d’avoir contribué au divertissement.

Bref, je peux dire que l’expression « faire dresser les cheveux sur la tête » a pris tout son sens lors de cette projection !


À noter que, comme l’annonçait le collègue Wolverine dans sa critique du film, à lire ici, le réalisateur Takashi Shimizu lui-même, chapeauté par Sam Raimi, a adapté The Grudge pour Hollywood. Cette version est censée mêler des éléments du film original et de ses suites. La tueuse de vampires Sarah Michelle Gellar fera face cette fois aux fantômes, et ce, dès cet octobre.

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisation : Takashi Shimizu
Pays : Japon
Année : 2003
Interprétation : Megumi Okina, Misaki Ito, Misa Uehara, Yui Ichikawa, Kanji Tsuda, Kayoko Shibata, Yukako Kukuri, Shuri Matsuda, Yoji Tanaka, Takashi Matsuyama
Scénario : Takashi Shimizu
Photographie : Toshuko Kikumura
Montage : Nobuyuki Takahashi
Supervision des effest visuels : Hajime Matsumoto
Musique : Shiro Sato
production : Taka Ichise
distribution : Lions Gate Films
Durée : 92 min

Applaudimètre FanTasia : en tenant compte des réactions pendant la projection... 8,5/10

Article précédent | pret immobilier
Et c’est reparti pour une huitième édition...

Article suivant | credit immobilier
Macabre Case of Prom Pi Ram


Dans la même rubrique

Cutie Honey
Cutie Honey
The Legend of the Evil Lake
The Legend of the Evil Lake
One Missed Call
One Missed Call
Omen
Omen
Save the Green Planet
Save the Green Planet

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan