Rubriques

Fantastic’Arts 2005

Bunshinsaba

Bunshinsaba

L’avis de Wolverine : Les fantômes continuent de hanter les réalisateurs asiatiques... Maintenant, c’est la Corée qui s’y colle par le biais de Ahn Byung-ki (Phone, Nightmare).
Une jeune lycéenne (encore ! ! !), rejetée par ses camarades, va lancer des incantations magiques afin d’appeler Bunshinsaba, un fantôme vengeur, pour les punir. Les différentes étudiantes ayant martyrisé la jeune élève meurent brûlées vives, ce qui sème le chaos total dans le village. Un terrible secret datant de nombreuses années reviendra à la surface, expliquant tout depuis le commencement...

JPEG - 29.9 ko
Séance de Bunshinsaba


Le réalisateur nous entraîne dans une histoire de sorcellerie, certes qui n’est pas spécialement originale à la base, mais sait nous tenir en haleine jusqu’au bout avec un dénouement assez intéressant. À réserver aux amateurs du genre, ce film est une réussite totale.

La note de Wolverine : 9/10

L’avis de Mercano Boy : Voici encore un film lorgnant fortement du côté de Ring de Hideo Nakata, qui semble encore faire des émules sur le continent asiatique, en particulier en Corée du sud.
C’est ainsi que le scénario de Bunshinsaba nous présente une nouvelle fois un fantôme féminin au visage camouflé par une longue chevelure sombre qui agit pour assouvir une vengeance personnelle.
Si le film nous propose effectivement des moments « flippants » environ tous les quarts d’heure (surtout grâce à des effets sonores stridents à souhait), on les voit néanmoins arriver d’assez loin, ce qui diminue leur impact.
La mise en scène de Ahn Byung-ki se révèle toutefois efficace, le tempo du métrage étant soutenu par le « mixage » de différents grands thèmes fantastiques : les spectres, la magie noire et la possession démoniaque, au point qu’on a parfois l’impression d’assister à un grand recyclage de titres célèbres, comme la série Ring donc, mais aussi The Grudge ou bien L’Exorciste de William Friedkin et consorts, insérés dans un unique long-métrage « patchwork » !

JPEG - 7.7 ko
A l’origine de la malédiction...


Du côté technique, la photo et surtout la lumière de Bunshinsaba sont très travaillées, à l’instar de celles de son homologue A Tale of Two Sisters, Grand Prix à Gérardmer en 2004.
Les comédiens s’en sortent également plutôt bien, notamment les jeunes lycéennes dont on perçoit toute la méchanceté et la cruauté à cause des effets de « clans », et particulièrement la jeune possédée qui s’avère ensuite pathétique et touchante dans son malheur.
Malgré tout, je ne conseille pas ce film à tous, dont celles et ceux qui sont définitivement lassés (voire exaspérés...) de ce genre d’histoire « à la Ring ». Quant aux aficionados, ils peuvent s’y plonger sans trop d’hésitations, ils ne devraient pas être déçus...

La note de Mercano Boy : 6/10

L’avis de Medecine Man : Si la photographie du film est superbe, lui conférant une chaleur dorée et une sensualité mystérieuse, la mise en scène pêche par contre par son montage trop mou. Avec ses excès de plans longs et ses répétitions d’une même action sous des angles différents, on finit par s’ennuyer ferme, car ce manque de dynamisme anéantit le moindre « effet » de terreur. On voit tellement tout venir à l’avance qu’on ne sursaute jamais, même si, malheureusement, c’est la seule ambition du film.

JPEG - 12.7 ko
Drame dans la cour de l’école


Le scénario mélange différentes mythologies fantastiques, mais ne parvient pas malgré tout à inventer quoi que ce soit de nouveau. La noirceur du propos est cependant assez courageuse, et comme souvent dans le cinéma de genre coréen, les intentions de critique sociale (abus de pouvoir, frustration sexuelle, etc.) prennent le dessus sur ce qui aurait pu être « fun » dans un simple film d’épouvante sans prétention.
En conclusion, j’aurais préféré que ce film nous raconte vraiment les aventures orgiaques du président des States avec des houris, comme le promettait son titre mensonger !!!

La note de Medecine Man : 4/10

L’avis d’Umungus : Après Phone, Bunshinsaba est le troisième film de Byeong-ki Ahn. Il s’agit d’un film de fantôme « classique », mais qui commence très bien. La première partie traitant de l’esprit de Kim In-Sook, invoqué par trois écolières brimées par quatre de leurs camarades, est intéressante. Le fantôme joue bien son rôle puisque les petites collégiennes pas gentilles tombent comme des mouches ! Et une première partie de flash-backs vient expliquer partiellement la triste histoire de Kim In-Sook.

JPEG - 8 ko
Le fantôme de Kim In-sook


Ensuite, les choses se corsent avec l’arrivée de Mlle Lee, la professeur d’arts, qui va entrer en contact avec le fantôme de Shung Hee, la mère de Kim In-sook. Petit à petit, on nous dévoile le destin tragique de Shung Hee et les raisons pour lesquelles celle-ci veut se venger des habitants du village.
Cette deuxième partie du film, avec l’introduction d’un nouvel esprit (celui de la mère), vient semer la confusion et alourdit l’histoire. En effet, autant la première partie du récit tourne exclusivement autour de Kim In-Sook, autant la seconde se focalise sur la vengeance de la mère. On a l’impression qu’il s’agit de deux films différents compilés en un seul long métrage. Il en résulte donc quelques incohérences ou des partis pris que l’on ne parvient pas véritablement à s’expliquer, tout du moins pour moi.
Du coup, on a l’impression que toute cette construction est bancale et on reste quelque peu sur sa faim. C’est d’autant plus dommage que le début donnait envie de s’immerger dans l’histoire...

La note d’Umungus : 5/10

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisateur : Ahn Byung-ki
Pays : Corée du Sud
Année : 2004
Interprètes : Kim Kiu-ri, Lee Yun-jo Lee Yu-ri
Scénariste : Ahn Byung-ki
Directeur de la photographie : Kim Dong-cheon
Compositeur : Joe Hisaishi
Producteur : Kim Yong-dae
Distributeur : Metropolitan Filmexport
Durée : 92 minutes

Article précédent | pret immobilier
Arahan jangpung daejakjeo

Article suivant | credit immobilier
Save the Green Planet


Dans la même rubrique

One Missed Call
One Missed Call
Save the Green Planet
Save the Green Planet
Bunshinsaba
Bunshinsaba
Arahan jangpung daejakjeo
Arahan jangpung daejakjeo
Ab-normal Beauty
Ab-normal Beauty

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan