Rubriques

Fantastic’Arts 2005

Save the Green Planet

Save the Green Planet

L’avis de Wolverine : Voici enfin en France LA comédie qui cartonne dans tous les festivals de par le monde. Le public du festival a pu découvrir ce film complètement déjanté pour la première fois, en espérant qu’un distributeur aura la bonne idée de le sortir en salle un jour...
Byeong-gu est un jeune apiculteur. Un jour, il explique à sa femme, Soo-ni, qu’un grand industriel, Kang Man-sik, est en fait un extra-terrestre qui vient de la planète Andromède pour conquérir le monde. Cette dernière, après avoir bien du mal à croire son mari, finira par l’aider à kidnapper l’homme d’affaires, le but étant de le séquestrer jusqu’à la prochaine éclipse lunaire qui doit avoir lieu sept jours plus tard, date fatidique du débarquement « alien ».

JPEG - 13.8 ko
Premier contact


Une histoire absolument délirante ou tout semble absurde. Dès le départ, on comprend que l’on est dans une comédie, mais d’un seul coup, on commence à partir vers le gore. Encore une fois, la Corée nous offre un divertissement qui mêle fantastique et comédie, mais cette fois, le suspens est maintenu jusqu’à la fin. Pendant près de deux heures, on se demande d’où Byeong-gu tient son scoop sur les « aliens » pour avoir un final totalement inattendu. À voir s’il est diffusé près de chez vous...

La note de Wolverine : 7/10

L’avis de Medecine Man : Avec ce film, on peut parler d’ovni au sens propre comme au figuré, car il brasse tellement de genres différents au travers de son scénario virtuose qu’il parvient à être définitivement inclassable. Les ruptures de ton entre drame, suspens, comédie, émotion, parodie et épouvante sont curieusement si maîtrisées que le film obtient son propre langage. Cette efficace grammaire cinématographique est là pour nous proposer (et non imposer) un message, mais sans jamais oublier de nous divertir.
En effet, le rythme effréné de Save the Green Planet ne laisse pas un instant pour souffler, d’autant plus que l’histoire fait participer émotionnellement le spectateur en multipliant les points de vue : on est successivement amené à ressentir les événements comme le font les ravisseurs, puis le kidnappé ou même les flics qui les recherchent, et jamais le réalisateur ne juge ces personnages. Si son discours politique est certes provocateur par son côté « jusqu’au boutiste » (l’humanité est pourrie), cela est contrebalancé par l’amour et la compassion qu’il a pour tous les protagonistes... car quels que soient leurs actes, ces derniers s’expliquent finalement par le passé, et la vraie violence du film est avant tout celle de la société.

JPEG - 11.7 ko
La folie ordinaire ?


Tour à tour bourreaux ou victimes, tous les personnages nous deviennent très attachants, car leurs personnalités nous sont sculptées à travers leurs failles et leurs aspirations.
Fantaisiste, truculent, bourré d’imagination, pétri de références, ce film est un vrai plaisir. Voilà enfin un chef-d’œuvre du cinéma fantastique. Et pour vous donner une idée, disons qu’on peut le comparer à d’autres titres clés du genre : il aurait la folie du Baron de Münchausen de Terry Gilliam, le suspens de Misery de Rob Reiner, la violence graphique d’un Dario Argento, la caricature attendrie d’un Galaxy Quest de Denis Parisot, le bizarre décalé d’un Takashi Miike avec en même temps la portée anarchisto-révolutionnaire d’un John Carpenter !
Tout ça (et bien plus) dans un même film... Qui dit mieux ?

La note de Medecine Man : 10/10

L’avis de Mercano Boy : Film « marginal », Save the Green Planet est un drôle de morceau de pellicule !
Puisant dans un scénario totalement « barré », le métrage nous présente des « héros » tous plus givrés les uns que les autres...
Mais ce qui touche indubitablement dans cette œuvre, c’est l’attachement que porte le réalisateur à TOUS ses personnages, sans exception. Ainsi, dans ce melting pot iconoclaste se croisent un improbable couple de kidnappeurs de supposés extraterrestres, leur otage (un grand patron très sûr de lui qui se dit imbattable), un inspecteur-clochard considéré comme un modèle d’intuition policière par une jeune recrue surdouée, qui décide de mener sa propre enquête parallèlement à ses pairs qui ne l’apprécient guère... Et tout ce petit monde va nous faire vivre une folle aventure !

JPEG - 16.8 ko
Au secours !


Avec une telle histoire, qui ferait passer Miike pour un cinéaste « sage », le metteur en scène mélange tous les genres, tous les styles et tout un panel d’émotions les plus diverses (de la pure hystérie au huis clos intimiste) avec des « cassures » volontaires dans le récit qui troublent l’esprit du spectateur. C’est ainsi que les (trop) nombreux bouleversements m’ont quelque peu gêné à m’identifier à l’un ou l’autre de ces personnages, en particulier le « héros », dont on n’arrive pas toujours à clarifier les raisons profondes de sa « mission » (sa mère lui ayant assuré enfant qu’il était le seul à pouvoir sauver le monde).
De plus, en passant brutalement du burlesque au tragique (voire au macabre), Save the Green Planet prend le parti de ne jamais choisir un camp, ce qui m’a donné en tant que simple spectateur l’impression de ne jamais savoir sur quel pied danser, comme lorsque le film passe d’un gag nonsensique hilarant avec l’inspecteur de génie tirant au revolver sur un essaim d’abeilles à des images d’archives dures et crues où l’on nous donne à voir les horribles charniers humains perpétrés par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale, le tout sans qu’on y soit un tant soit peu préparé...

JPEG - 14.8 ko
Séance de torture


Mais c’est aussi cette constante impression de « partir en live » qui donne au métrage sud-coréen son cachet si particulier. Et à ce titre, on peut saluer le courage du réalisateur (dont c’est le premier film) de ne pas jouer la demi-mesure, mais au contraire, d’aller jusqu’au bout de son propos, quel qu’en soit le prix à payer, quitte à laisser partir en cours de route l’attention du public le plus cartésien, le plus terre à terre.
Car le film choisit de jouer à fond la carte du délire non-stop, tant du côté narratif que du côté visuel, en multipliant les références cinéphiliques, la plus marquante étant l’hommage à 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick lors d’un passage mémorable sur l’histoire de l’humain avec la présence du fameux monolithe noir et du premier homme (alors très proche du singe) apprenant à se servir d’un os comme outil. Mais si dans le célèbre film de Kubrick le message de cette séquence était plutôt de montrer l’évolution positive de l’individu grâce au monolithe extraterrestre, dans Save the Green Planet, il s’agit plutôt de donner à voir la puissance destructrice de l’Homme et de ses inventions (guerres, bombes, etc.) par un montage qui laisse peu de place au doute.

JPEG - 9.7 ko
Une autre séance de torture ?


Œuvre totalement atypique qui ne donne pas un moment de répit, Save the Green Planet séduira celles et ceux d’entre nous qui ne supportent pas la normalisation du 7e art (mêmes schémas narratifs, histoires vues et revues, même tempo de l’action...) et s’adresse aux curieux avides de nouvelles expériences cinéphiliques au gré d’un générique psychédélique rythmé par une reprise rock frénétique du classique Somewhere Over the Rainbow !
Tout un programme, en somme !

La note de Mercano Boy : 6,5/10

Lire aussi l’avis de Dahlia dans le cadre de FanTasia Ubisoft 2004, Save the Green Planet

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisateur : Jang Jun-hwan
Pays : Corée du sud
Année : 2003
Interprètes : Shin Ha-kyun, Baek Yun-sik, Hwang Jeong-min, Lee Jae-yong, Lee Ju-hyun
Scénariste : Jang Jun-hwan
Directeur de la photographie : Hong Gyung-Pyo
Compositeur : Michael Staudacher
Producteurs : Tcha Sung-jai, Lee Kang-bok et Romeo Noh
Distributeur : Studio Canal
Durée : 118 min

Article précédent | pret immobilier
Bunshinsaba

Article suivant | credit immobilier
One Missed Call


Dans la même rubrique

One Missed Call
One Missed Call
Save the Green Planet
Save the Green Planet
Bunshinsaba
Bunshinsaba
Arahan jangpung daejakjeo
Arahan jangpung daejakjeo
Ab-normal Beauty
Ab-normal Beauty

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan