Rubriques

Festival international de films de genre Fantasia - 2005

R-Point

R-Point

La guerre du Vietnam touche à sa fin. Un groupe de dix-huit militaires sous tutelle américaine vient de se faire disséminer. Le témoignage de l’unique rescapé rendu aveugle et un message radio laissent planer la possibilité de retrouver d’autres survivants. Cette mince lueur d’espoir amène la formation d’une unité de huit hommes qui se voit confier la mission de faire la lumière sur cette disparition et sur une zone qualifiée de suspecte. Une mission peu réjouissante pour d’heureux élus imbibés de leurs souvenirs, confrontés à un ennemi inconnu.

Les genres auxquels l’histoire appartient se déterminent rapidement une fois les hommes arrivés sur l’île. Ce style hybride prend fondement dans des images sombres et affranchies de toute luxure visuelle tapageuse. La réalité de la guerre se montre au grand jour dans un échange de coups de feu avec l’ennemi avant de faire place à un environnement propice aux discussions et à la confrontation des personnalités, c’est-à-dire un temple à la fois calme, funeste et inhospitalier. Les scènes nocturnes rendent l’atmosphère fantomatique très convaincante tandis que les effets spéciaux apposent la touche finale. Ces derniers émanent d’une modestie qui sied parfaitement à l’époque à laquelle se déroule l’histoire et font de ce film d’horreur une œuvre respectueuse des grandes lignes du genre dramatique. L’une de ces grandes lignes se remarque dans le drame humain qui se vit dans l’esprit de tous les membres du groupe. Ce drame coule les bases de leur caractère et donne un sens à leur fragile relation de camaraderie. C’est par la psychologie de ces protagonistes que l’intrigue prend réellement vie. Cet approfondissement sur la raison d’être et la motivation soulève des interrogations auxquelles la raison ne parvient plus à répondre. L’ambiguïté s’imbrique dans l’esprit des soldats, et les lieux deviennent de plus en plus difficiles à cerner. Au fil des morts, le doute provoque l’effondrement de la confiance personnelle et mutuelle ainsi que de la foi en la cause guerrière. Le cœur et le tempérament se voient une fois de plus solliciter pour maintenir le suspense au diapason de la réflexion. Malgré l’imbécillité exagérée de certains personnages, les acteurs réussissent très bien à crédibiliser anxiété, peur et incompréhension que leur rôle respectif impose.


En apparence, le rythme paraît lent. Les évènements collent très bien au contexte de l’histoire et laissent peu de place à la suspicion. Dans les faits, chaque rencontre marque une étape décisive pour l’unité. Une simple photo de groupe, la visite banale d’une patrouille alliée américaine, l’interception de messages radios étrangers. Chacune de ces situations apporte son lot de questionnement et de mystère. Malheureusement, le récit possède le défaut de concentrer l’effet de surprise dans ses scènes finales. Trop souvent, l’attention porte sur la personnalité des protagonistes plutôt que sur le danger qui hante l’édifice qu’ils occupent. Même après le dénouement, les motifs qui animent les pulsions meurtrières des « ennemis » demeurent nébuleux.

R-Point se classe dans cette catégorie rarissime de films d’horreur qui ne se contentent pas seulement de faire peur ni de nourrir l’appétit pour le sang du spectateur. Il compense les faiblesses narratives en suggérant à travers les personnages une introspection sur la guerre, ses justifications et ses participants. Un style inattendu et rafraîchissant.

La note de Jesse : 8/10


L’avis de Dahlia : Est-ce là le premier film de guerre « surnaturel » ? En tout cas, peut-être le premier film asiatique de ce genre qui nous entraîne, qui plus est, dans une aventure peu connue dans cette partie-ci du monde, soit l’engagement des Coréens dans la guerre du Vietnam, du côté des Étasuniens.

Des soldats coréens auraient survécu à une mission qui a mal tourné à R-Point. On recrute donc de nouveaux hommes pour aller à leur recherche, en leur faisant miroiter un retour rapide chez eux par la suite. À leur tête, un lieutenant lui-même réchappé d’une expédition catastrophique, qui a la réputation de mener ses hommes à l’abattoir et qui est donc peu apprécié...

R-Point se situe en un ancien lieu sacré pour les Vietnamiens, qui a été désacralisé par les Chinois, et où il se « passe des choses », au point que les Vietcongs eux-mêmes n’y mettent pas les pieds.

Lorsque la petite unité débarque, s’installe avec elle une atmosphère d’étrangeté, principalement amenée par les effets sonores exceptionnellement bien travaillés et soutenus, qui déstabilisent. L’endroit lugubre, presque irréel, où campent les soldats contribue à cette atmosphère. Les effets de surprise et autres sont de plus suffisamment bien dosés pour ajouter à cet enrobage presque lourd.


Par contre, c’était pour moi un peu plus confus du côté des personnages. Bien que ces derniers soient plutôt bien typés, différents physiquement, j’ai perdu le fil dans certaines scènes dont l’enchaînement n’est pas très clair. Cela n’influe toutefois en rien sur l’issue de la mission. Je dirais même que cette espèce de flou a servi à me confondre comme sont confondus les soldats. Car nous allons avec eux à tâtons, nous débrouillons petit à petit ce qui se passe, sans pour autant voir venir. Nous ne pouvons que suivre la dégradation des rapports entre ces hommes, en nourrissant quelque espoir qu’un revirement permette à la troupe de s’en sortir (en particulier le chef de mission qui se montre effectivement apte à mener l’expédition à bien, malgré sa réputation et son apparente dureté).

Ainsi, mis à part certains moments surnaturels plutôt clichés, certains enchaînements un peu obscurs et l’effet sanglant de la radio - élément de trop qu’on s’explique mal, à moins de le prendre de façon symbolique (ceux qui ont du sang sur les mains sont maudits et maudissent à leur tour), le film apparaît comme un huis clos plutôt réussi entre des soldats dans un environnement hostile qui les confronte à eux-mêmes.

La note de Dahlia : 7,5/10


P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisateur, scénariste : Kong Su-Chang
Pays : Corée du Sud
Année : 2004
Interprètes : Kam Woo-Seong, Son Byung-Ho, Oh Tae-Kyung, Park Won-Sang, Lee Seon-Gyun, Ahn Nae-Sang, Kim Byeong-Cheol, Jeon Kyeong-Ho, Mun Yeong-Dong
Directeur de la photographie : Seok Hyeong-Jing
Monteur : Nam Na-Yeong
Producteurs : Choi Kang-Hyeok, Jang Yun-Hyeon
Distributeur : Tartan
Durée : 107 min

Article précédent | pret immobilier
The Neighbor No. 13

Article suivant | credit immobilier
Fighter in the Wind


Dans la même rubrique

Zee Oui
Zee Oui
P
P
Silmido
Silmido
Love Battlefield
Love Battlefield
Survive Style 5+
Survive Style 5+

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan