Rubriques

NIFFF 2005

Asie et pays de l’est en Suisse

Asie et pays de l’est en Suisse

JOUR J +1 : Ca y est, c’est parti pour de bon aujourd’hui avec les projections en masse. Au programme de cette journée, un film coréen, deux thaïlandais (AB-NORMAL BEAUTY d’Oxide PANG). Dans la foulée, nous poursuivons avec le service presse à l’accueil irréprochable comme d’habitude. On enchaîne donc les films les uns après les autres, avalant au passage des curiosités issues de la science-fiction soviétique (rétrospective de cette année) telles que L’HOMME AMPHIBIE et PLANETA BURG, deux vieux films des années 1960. Le temps est aussi au renouveau avec, en avant-première, le très attendu NIGHTWATCH de Timur BEKMANMBETOV qui vaut son pesant de cacahuètes et prouve ainsi que les pays de l’est n’ont plus rien à envier aux USA. Et pour finir cette journée en beauté, la séance de MINUIT 29, présentée par une grande marque de cigarettes (!), qui nous a permis de découvrir un petit film d’horreur bien défoulant (SATAN’S LITTLE HELPER) pour le milieu de la nuit, en nous offrant bières, pop-corn et photo souvenir afin que la fête soit complète.

A demain pour des nouvelles de Neuchâtel !

THE PRESIDENT’S LAST BANG

Seul film coréen cette année :-(. Un film qui fut remarqué lors du festival de Cannes 2005. L’histoire vraie d’un président sud-coréen au pouvoir dans les années 1970. Ce film raconte la déchéance du dictateur, jusqu’à son assassinat en 1979. Biographie sous forme de thriller politique, il faut être un fan absolu de l’histoire de la Corée du Sud pour pleinement accrocher à ce film qui reste d’une certaine lenteur... Rien de bien fantastique dans cette œuvre qui aurait tout de même méritée une bonne place dans un festival plus de films de genre. À réserver aux férus d’histoire et de politique...

La note de Wolverine : 4/10

Gros succès au box-office à sa sortie en Corée du sud, THE PRESIDENT’S LAST BANG relate donc l’assassinat du dictateur Park en 1979 par certains de ses plus proches collaborateurs. Le film nous présente la préparation du complot sous la forme du thriller politico-social avec la description minutieuse de chaque intervenant dans l’affaire. Et s’il est vrai que le métrage prend au départ des tournures de comédie noire, la suite de l’histoire devient ensuite un tantinet plus embrouillée (mais bien instructive) pour les néophytes de l’histoire de la Corée contemporaine...

JPEG - 28 ko
M. le président...


Doté d’une esthétique qui fait parfois penser à du De Palma (longs plans-séquences en hauteur qui « traversent » les différentes pièces par exemple) et d’une mise en scène efficace, le film a surtout le mérite de nous brosser les destins des personnages les plus disparates, de celui du président jusqu’aux cuistots de sa villa...
Bon, soyons clairs. Si vous vous attendez à un « gros » film d’action calibré ou à un film d’espionnage ultra-spectaculaire, passez votre chemin. Mais si, au contraire, vous désirez voir transposer sur écran ou découvrir complètement cette page de l’histoire sud-coréenne (qui m’était personnellement totalement inconnue), n’hésitez pas, car le résultat vaut bien un détour...

La note de Mercano Boy : 6,5/10

FICHE TECHNIQUE :
Réalisateur : Sang-Soo Im
Pays : Corée du Sud
Année : 2005
Interprètes : Jae-ho Song, Suk-kyu Han, Yun-shik Baek, Won-jung Jeong, Sang-geon Jo, Sang-ho Kim, Byung-gil Kwun, Jae-gu Lee, Seong-wook Kim
Compositeur : Hong-jib Kim
Producteurs : Chul Shin, Jae Myeong Sim
Distributeur : Eun Soo Lee
Durée : 102 min

ART OF THE DEVIL


Ce film thaïlandais, qui nous raconte une sombre histoire de vengeance à coup de magie noire, est une belle réussite.
Principalement parce le traitement apporté à un thème qui peut sembler archi-rebattu est proprement stupéfiant : en effet, le métrage de Thanit Jitnukul peut se vanter de proposer au spectateur une grosse scène-choc toutes les 10 minutes, ce qui ne manque pas de nous faire bondir de notre fauteuil (très) souvent et, personnellement, cela faisait un bail que ça ne m’était pas arrivé ! D’autant plus surprenant que ces séquences sont parfois plutôt « politiquement incorrectes », voire taboues dans les cinématographies occidentales (je ne vous en dis pas plus, si ce n’est que les âmes les plus sensibles doivent impérativement s’abstenir...)
La mise en scène est donc d’une redoutable efficacité et compense allègrement le léger manque de naturel de certains acteurs dans les situations les plus critiques (et encore, je chipote...) et une histoire volontairement alambiquée (un conseil : restez attentifs !)

JPEG - 28.8 ko
Séance de magie noire


Je résume donc : à mon humble avis, ART OF THE DEVIL (« art diabolique » en VF) est un des meilleurs films de terreur du moment !
Aahhh ! C’est quand même beau la Thaïlande ! (Comme la plupart de ses concitoyennes... hum, hum, voir la plastique de la majeure partie du casting féminin pour s’en convaincre...)

La note de Mercano Boy : 8,5/10

Course à l’héritage version thaïlandaise, avec utilisation maximale de magie noire et sorcellerie limite vaudou. Le film commence par une séquence choc dès le début, dommage qu’il y ait une cassure dans le rythme après ça... Cependant, ça repart de plus belle après une trentaine de minutes. Le scénario est parfois un peu confus, mais le résultat est efficace. Gageons que ce n’est que le commencement d’un nouveau genre en Thaïlande...

La note de Wolverine : 7/10

FICHE TECHNIQUE
Réalisateur : Thanit Jitnukul
Pays : Thaïlande
Année : 2005
Interprètes : Supakson Chaimongkol, Arisa Will, Somchai Sathutham
Scénariste : Ghost Gypsy
Producteur : Charoen Iamphungporn
Distributeur : Sunit Atsawinikul
Durée : 96 min

Article précédent | pret immobilier
GODZILLA Rules Over Neuchâtel !

Article suivant | credit immobilier
Fantastikasia sur les ondes suisses !


Dans la même rubrique

Interview Kiyoshi Kurosawa - 2
Interview Kiyoshi Kurosawa - 2
Interview Kiyoshi Kurosawa - 1
Interview Kiyoshi Kurosawa - 1
Last day in Fantastikland...
Last day in Fantastikland...
Izo
Izo
L'Asie terrorise le NIFFF
L’Asie terrorise le NIFFF

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan