Accueil > Festivals ou Rétrospectives du Cinéma Asiatique > NIFFF 2006 > Yaji & Kita, Kilink et Super Inframan

Rubriques

NIFFF 2006

Yaji & Kita, Kilink et Super Inframan

Yaji & Kita, Kilink et Super Inframan

NIFFF 2006 : DEUX « PILGRIMS » À NEUCHÂTEL

Troisième jour à cette 6eme édition du Neuchâtel International Fantastic Film Festival. Cette journée débute par une projection presse d’un très bon film de vampires suédois, Frostbite, du réalisateur Anders Banke, dont nous avions eu un aperçu lors de notre dernière visite au BIFFF à Bruxelles. Arrive ensuite le premier film de la compétition internationale pour cette journée, Yaji & Kita : The Midnight Pilgrims, du japonais Kudo Kankuro (scénariste de Zebraman de Takashi Miike, qui avait remporté le prix du public ici même l’année dernière). Attention, film complètement déjanté qui ne ressemble à rien de ce que vous avez déjà vu auparavant ! Yaji et Kita sont deux samouraïs homosexuels (voilà une drôle d’idée de départ). Ils décident de quitter Edo (nom de Tokyo à l’époque féodale) pour aller vers Ise, une sorte d’Eden, afin de sauver Kita qui est un camé hors norme qui usera de tous les stratagèmes possibles pour avoir sa dose. Leur périple va les emmener dans divers endroits, avec des contrôles à passer et des épreuves à réussir. On passe de la comédie musicale au hip-hop puis au road movie toutes les cinq minutes. Tout un programme qui arrive tout de même à tirer son épingle du jeu et sait retenir l’attention du public pendant plus de deux heures (avec parfois quelques lenteurs, malheureusement). Une esthétique parfaite fait de ce film une attraction à voir absolument pour se faire son idée. Pour un premier film, chapeau Kankuro-san ! « Sex, drugs and rock’n’roll »...

La note de Wolverine : 8/10
La note de Mercano Boy : 7/10

Nous repartons ensuite vers la rétrospective « Let’s Save the World » pour y découvrir un super héros turc complètement inconnu chez nous, Kilink. Dans cet épisode, Kilink se rend à Istanbul pour dérober une formule secrète afin de fabriquer une arme pour détruire l’humanité tout entière. Histoire sommaire mais efficace de super héros où l’on rit beaucoup. En effet, ce film copie énormément de grands classiques américains. Kilink est un homme masqué avec un déguisement de squelette. Son adversaire, un jeune homme, tombe accidentellement sur Shazam (hé oui, comme dans Captain Marvel) qui lui donne les pouvoirs des dieux en prononçant simplement son nom. Une fois transformé, ce super gentil possède un costume de Batman, avec le logo de Superman dessus (en fait le S pour Shazam). Les scènes d’action sont hilarantes. Il faut dire que le film date de 1967 et qu’il manque des passages à la copie, dont la fin, car juste avant les mots magiques « THE END », apparaît une petite phrase en turc qui dit « fin de la première partie ». Un grand merci à Sivan, nouvel ami d’origine turc, reporter pour la radio Fréquence Banane et pour l’émission cinéma Popcorn, qui nous a expliqué cela, ce qui a fait rire tout le monde, personne n’étant au courant que le film était en deux parties - peut-être même le distributeur grec qui a sorti le DVD. Si vous avez l’occasion de trouver ce DVD, jetez-vous dessus, vous passerez un bon moment...

La note de Wolverine : 7/10
La note de Mercano Boy : 6/10

Vient enfin le tour du tant attendu Super Inframan, le seul et unique film de science-fiction (heureusement) produit par la mythique Shaw Brothers. Des forces extra-terrestres veulent envahir la planète. À leur tête, la démoniaque reine des Glaces (pourvue de deux magnifiques cônes pectoraux qui semblent tout droit sortis de chez Miko) et son armée de monstres-démons aussi ridicules que non terrifiants. Pour contrer leur attaque, un professeur va mettre au point le Super Inframan, un homme génétiquement modifié, doté d’une armure qui lui confère une force extraordinaire. Ce justicier des temps modernes aura fort à faire pour vaincre les monstres (peu) redoutables.

Avant la projection, Anaïs Emery, la fondatrice du festival, nous avait prévenus, il s’agit du seul film raté inscrit volontairement à la grille de programmation afin de le faire découvrir au public. Celui-ci s’en donne à cœur joie. On rit pendant toute la durée du film tellement c’est stupide et on se demande franchement ce que vient faire Danny Lee dans cette (non) super production. Il est vrai qu’il s’était aussi essayé à un autre style avec The Mighty Pekin Man où il affrontait un singe géant... Mais revenons à nos moutons ou, plutôt, à nos monstres d’un réalisme époustouflant, où l’on voit nettement les coutures et fermetures éclair, ce qui donne un aspect encore plus kitch à ce film. On passera sur les dialogues sans intérêt, sauf celui de nous faire rire. Pour tous ceux d’entre vous qui ne connaissez pas ce film, jetez-vous de toute urgence sur le DVD qui est déjà sorti en France. Surtout, ne le regardez pas seul, il faut être avec une bande de potes pour pouvoir l’apprécier et rigoler à tout rompre. Vous pouvez le voir aussi en famille, bien entendu, les monstres ne risquant même pas d’effrayer les plus jeunes... Et n’ayez crainte, comme le dit le professeur dans le film, « Papa ne craint pas la fatigue. »

La note de Wolverine : 8/10
La note de Mercano Boy : 8/10


P.-S.

FICHES TECHNIQUES :

YAJI & KITA : THE MIDNIGHT PILGRIMS
Réalisateur, scénariste : Kankurô Kudô
Pays : Japon
Année : 2005
Interprètes : Tomoya Nagase, Sichinosuke Nakamura, Sadao Abe, Yosi Yosi Arakawa, Arata
Directeur de la photographie : Toshiyasu Yamanaka
Monteur : Soichi Ueno
Compositeur : Zazen Boys
Producteurs : Julie K. Fujishima, Tamotsu Shiina, Hiroaki Yoshida
Durée : 124 min

KILINK IN ISTANBUL
Réalisateur, producteur : Yilmaz Atadeniz
Pays : Turquie
Année : 1967
Interprètes : Yildirim Gencer, Irfan Atasoy, Pervin Par, Susan Avci, Muzaffer Tema, Hüseyin Peyda
Scénariste : Çetin Inanç
Distributeur : Onar Film
Durée : 70 min

SUPER INFRAMAN
Réalisateur : Hua Shan
Pays : Hongkong
Année : 1975
Interprètes : Danny Lee (Li Hsui-Hsien), Terry Liu, Hap Wong (Wang Hsieh), Yuan Man-Tzu, Lin Wen-Wei
Scénariste : Ni Kuang
Directeur de la photographie : Tadashi Nishimoto (Ho Lan-Shan)
Compositeur : Chen Yung-Yu
Chorégraphes : Tong Gaai, Yuan Hsiang Jen
Producteur : Run Me Shaw
Durée : 90 min

Article précédent | pret immobilier
The Great Yokai War et Darna

Article suivant | credit immobilier
The Echo, Chai-lai et The Glamourous Life of Sachiko Hanai


Dans la même rubrique

The Innocent Seven, Duelist, Loft et Kekko Kamen
The Innocent Seven, Duelist, Loft et Kekko Kamen
The Echo, Chai-lai et The Glamourous Life of Sachiko Hanai
The Echo, Chai-lai et The Glamourous Life of Sachiko Hanai
Yaji & Kita, Kilink et Super Inframan
Yaji & Kita, Kilink et Super Inframan
The Great Yokai War et Darna
The Great Yokai War et Darna
NIFF 2006 : l'arrivée
NIFF 2006 : l’arrivée

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan