Accueil > Review > Into the Mirror

Rubriques

Review

Into the Mirror

Into the Mirror

Woo Yeong-Min, un ancien policier dépressif reconverti en agent de sécurité dans un centre commercial, se retrouve confronté à une étrange série de meurtres, qui ont tous un point commun : toutes les victimes sont mortes à proximité d’un miroir. Est-ce un phénomène surnaturel, ou bien la mise en scène d’un tueur psychopathe ?

D’une grande froideur, Into the Mirror mêle le film de fantômes à la Ring au polar sombre du type La Sixième Victime. Comme ces derniers, le film joue la carte de la langueur, à laquelle contribue pour ainsi dire l’acteur principal, Yu Ji-Tae (qui jouait le méchant dans Old Boy), dans son rôle d’ex-flic tourmenté par une bavure passée, un gros stéréotype qui ne fonctionne en général qu’avec des acteurs vieillissants. Paraissant plus endormi que fatigué lors de ses errances dans les couloirs du centre commercial, Yu Ji-Tae n’assure en effet que le minimum syndical au rayon interprétation.

Le film vaut pourtant le détour pour son scénario bien ficelé. Les hypothèses formulées sur l’origine des meurtres, liées à la symbolique des miroirs, sont même étayées par des références à l’histoire de l’art du Moyen-Âge (Van Eyck et son tableau Arnolfini et sa femme, dans lequel le peintre s’est lui-même représenté dans un miroir, à l’arrière-plan, en guise de signature) et de la Renaissance (Léonard de Vinci était capable d’écrire son nom à l’envers, comme si c’était le reflet de son écriture dans un miroir). La mise en scène fonctionne également sur des associations d’idées sur le sujet et multiplie, au sens propre, d’adroits jeux de miroir, soulignant ainsi l’illusion perverse qu’ils représentent : même le héros, excellent tireur, a indirectement causé la mort de son partenaire en tirant dans un miroir, abusé par le reflet d’un ennemi.

Tout bien réfléchi, Into the Mirror est un film lent, désincarné, dont l’intérêt principal réside dans une esthétique glaciale, servie par quelques trouvailles de mise en scène. Plus que l’enquête sur les présumés fantômes, mystère qui donne lieu à d’inévitables rebondissements finaux peu passionnants, c’est la métaphore filée du miroir qui apporte sa petite saveur au film et l’apparente à un pur exercice de style, plutôt agréable mais limité.

Notons qu’Alexandre Aja, jeune spécialiste de l’épouvante à tendance gore, s’apprête à tourner une version américaine du film, qui s’intitulera Mirrors. Après le Japon et ses films de fantômes, c’est la Corée du Sud qui semble intéresser les producteurs hollywoodiens. Outre Entre deux rives (2006) avec Keanu Reeves et Sandra Bullock, inspiré du film fantastique Il Mare, d’autres remakes américains de films de la péninsule sont prévus, comme la comédie romantique My Sassy Girl ou le thriller Old Boy.


P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réal. : Kim Seong-Ho - Année : 2003 - Interprètes : Yu Ji-Tae, Kim Myeong-Min, Kim Hye-Na - DVD Studio Canal, V.O.S.T.-F. et V.F. - Durée : 113 min

Article précédent | pret immobilier
Une femme coréenne

Article suivant | credit immobilier
Paprika


Dans la même rubrique

Ponyo sur la falaise
Ponyo sur la falaise
The Chaser
The Chaser
Painted Skin
Painted Skin
Souvenir
Souvenir
Halla Bol
Halla Bol

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan