Accueil > Review > Jyoti

Rubriques

Review

Jyoti

Jyoti

Je ne pensais pas entendre parler de ce film (que j’ai vu il y a longtemps) par la « voix » d’une chanson rap américaine, enfin R&B pour être exact. Jyoti est un drame indien des plus classiques, qui met en scène la grande actrice du Sud Hema Malini ainsi que Jeetendra (un excellent acteur par ailleurs :o)).
Gauri, une indomptable jeune femme d’un milieu modeste, est promise à l’un des fils d’un homme riche, Raja Saheb. Gauri, persuadée qu’elle va épouser Niranjan l’arrogant, accepte malgré elle. On ne peut rien refuser aux riches. Cependant, ce n’est pas Niranjan qui est à l’autel, mais Govind, le premier fils de la famille, que l’on a mis à l’écart à cause de sa dépendance à l’opium. À l’inverse de Niranjan, Govind est un être diminué, craintif et totalement illettré. Le malheur de Gauri est immense, mais la jeune femme ne s’avoue pas vaincue et s’emploie à faire de l’enfant qu’est Govind un homme !
Tout le film est axé sur l’éducation de Govind par Gauri et sur l’amour qu’elle pourra lui prodiguer. Vous comprenez aisément quels sont les ressorts du scénario. À la clé, la grosse fortune du Raja ! L’intérêt du film réside donc dans le rôle de Gauri. Encore une fois, la femme indienne est mise en avant, dans un besoin de montrer que, malgré tout, c’est par elle que les progrès arrivent. L’égalité des chances et des droits, les Indiens la doivent à des femmes comme Gauri qui, à force de courage et de ténacité, sont arrivées à faire bouger les choses. Elles donnent non seulement l’amour mais aussi la lumière aux hommes indiens, et ce, dans le respect de la tradition. Il faut pour cela beaucoup de subtilité. Il ne s’agit pas d’arriver avec ses grands sabots, mais de parvenir à faire évoluer les choses avec doigté. Et justement, ce ne sont pas des films d’auteurs ultra-intelligents qui parlent au peuple, mais bien des films populaires qui possèdent son vocabulaire...
Jeetendra est génial dans la peau d’un homme-gamin apeuré... à la manière d’un certain Chow Yun-Fat dans God of Gamblers. Comme il est plutôt connu pour ses rôles d’action, c’est un régal de le voir aussi faible. Évidemment, petit à petit, il va acquérir de la force grâce à Gauri :o). Il y aura donc des scènes d’action au-delà du drame. Il faut attendre un certain moment avant de voir Jeetendra à l’œuvre, mais notre patience est récompensée.
Les scènes de chant sont évidemment marquantes. Et n’ont pas marqué que les Indiens ! La chanson Addictive de la chanteuse Truth Hurts, protégée de Dr. Dre, utilise presque dans son intégralité et sans autorisation la chanson Thoda Resham Lagta Hai. Les Indiens ont intenté un procès et l’ont gagné. On ne peut pas faire n’importe quoi même si, en Inde, il est coutume de dire « right to copy » plutôt que « copy right » ;o).

P.-S.

Réal. : Pramod Chakravorty- Année : 1980 - Interprètes : Jeetendra, Hema Malini, Ashok Kumar et Shashikala - DVD - v.o. - sous titres anglais. Compositeur : Bappi Lahiri

Article précédent | pret immobilier
Ek Rishta

Article suivant | credit immobilier
Kaho naa... pyaar hai


Dans la même rubrique

Ponyo sur la falaise
Ponyo sur la falaise
The Chaser
The Chaser
Painted Skin
Painted Skin
Souvenir
Souvenir
Halla Bol
Halla Bol

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan