Accueil > Review > Tube

Rubriques

Review

Tube

Tube

Tube se présente comme une version coréenne des films de prises d’otages américains comme Speed (le classique du genre, qui se déroule dans un bus) et Piège à grande vitesse (l’un des meilleurs Steven Seagal, qui se passe dans un train). Ici, c’est une rame de métro qui est détournée, ce qui apporte une touche claustrophobe bienvenue. Mais à part ça, tous les ingrédients habituels de ce sous-genre musclé sont là : un terroriste glacial qui tue des innocents sans états d’âme, un flic casse-cou prêt à tout pour sauver les otages, une tension permanente liée à la vitesse du véhicule... Tout comme dans Piège de cristal, qui lança à la fin des années 80 ce nouveau genre de film-catastrophe, le réalisateur de Tube a l’intelligence de privilégier le suspense en respectant rigoureusement les rebondissements de son scénario, sans céder à la surenchère d’action.

Mais si le film est très calibré, il emprunte autant au cinéma asiatique qu’aux « blockbusters » hollywoodiens ; comparé à ces derniers, Tube se veut plus sérieux, plus crédible, avec un peu moins d’invraisemblances. De manière plus précise, l’influence de John Woo se ressent dans plusieurs domaines : place importante accordée à l’histoire d’amour, flashbacks romanesques emphatiques, plusieurs « Mexican standoffs » (deux individus armés se tenant en joue l’un l’autre) entre le héros et son double maléfique... Ces clichés vont de pair avec la faiblesse des dialogues, tout à fait quelconques, qui ne servent souvent qu’à exprimer les mêmes dilemmes moraux convenus, notamment ceux des policiers « gentils » qui envoient leur meilleur élément au casse-pipes (« Rien ne vaut un fou pour arrêter un fou »).

On peut aussi remarquer une tendance à la sophistication : photographie métallique, couleurs froides, attitude hiératique des méchants accentuée par des plans fixes... On a un peu l’impression que le réalisateur est un esthète frustré qui n’arrive pas à s’approprier un film de commande. Dans plusieurs plans, par exemple, il nous montre ostensiblement, et sans raison apparente, que l’étui à guitare de l’héroïne est illustré par une peinture (Le Baiser de Klimt), ce qui ne fait que créer une redondance visuelle. À moins que cette référence, cette « signature » du cinéaste, ne serve à rappeler au spectateur que Tube n’est pas l’œuvre d’art qu’il voulait créer, mais seulement un film commercial ?

L’interprétation est globalement bonne, avec un méchant terroriste impitoyable à souhait et un fougueux jeune premier qui fait penser à Tony Leung Chiu Wai, même s’il manque un peu d’épaisseur et qu’un acteur d’âge mûr aurait été plus crédible dans ce rôle de flic dur à cuire. Quant au personnage féminin, qui n’est pas essentiel, il est joué avec conviction par Du-Na Bae (Sympathy for Mr. Vengeance, The Host), qui vole la vedette au héros.

Tube est donc un suspense d’action de qualité, d’autant plus réussi que ce n’est que le premier film de Baek Woon-Hak, déjà co-scénariste du « blockbuster » Shiri. Le sujet est certes rebattu, le genre très codifié, mais l’ensemble tient en haleine grâce à sa fraîcheur et son excellente mise en scène. Dans le même style, on peut d’ailleurs conseiller un autre film d’action de Corée du Sud, au scénario plus ambitieux, l’excellent 2009 Lost Memories.

P.-S.

Fiche technique :
Réal. : Baek Woon-Hak - Année : 2003 - Interprètes : Seok-Hun Kim, Sang-Min Park, Du-Na Bae, Oh-Jung Kwon - DVD Pathé zone 2, collection Asian Star - V.F., V.O.S.T.-F. - Durée : 111 min

Article précédent | pret immobilier
Nausicaä, de la vallée du vent

Article suivant | credit immobilier
Ek Ajnabee


Dans la même rubrique

Ponyo sur la falaise
Ponyo sur la falaise
The Chaser
The Chaser
Painted Skin
Painted Skin
Souvenir
Souvenir
Halla Bol
Halla Bol

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan