Accueil > News > Bilan de l’année 2005 (3) : Kollywood !

Rubriques

News

Bilan de l’année 2005 (3) : Kollywood !

Début de reconnaissance internationale pour le cinéma tamoul

L’année 2005 est une année de rêve pour l’industrie du film tamoul. Jamais il n’y a eu autant de succès cinématographiques. Sur les 97 films sortis, globalement une bonne moitié est rentrée dans ses frais. On retrouve parmi les succès 3 « blockbusters », 5 super hits et 10 hits !
Les deux plus gros succès de l’année en Inde ne proviennent ni de Mumbai ni de Hyderabad, mais bien de Chennai. Ainsi, Chandramukhi (60 cr) et Anniyan (57 cr) affichent des recettes à faire pâlir de jalousie Shah Ruck Khan et les producteurs bollywoodiens. Plus étonnant encore, la recette mondiale combinée de ces deux films atteint les 150 crores, rivalisant avec les scores hors Inde des grosses productions hindi. Du jamais vu pour le cinéma tamoul !
Longtemps cantonné dans l’ombre de son grand frère du Nord, Kollywood émerge enfin à l’étranger, porté par la forte communauté tamoule NRI et sri lankaise. Ainsi Anniyan a connu un franc succès en Europe (France, Suisse, RU), en Malaisie et dans la péninsule arabique, tandis que Chandramukhi a cartonné aux États-Unis (il est resté plus de 100 jours à l’affiche à San José !) et bien accueilli au... Japon ! Mais cette année a permis aussi à Kollywood d’asseoir sa suprématie, mis à mal par le cinéma telugu ces dernières années, dans sa zone d’influence (Sud de l’Inde). La version doublée d’Anniyan se permettant même de terminer à la première place du box-office telugu où on retrouve aussi Chandramukhi (5ème) et Ghajini (10ème). À noter que les films de Rajini et de Vikram, malgré une sortie limitée à quelques salles, ont reçu un accueil enthousiaste par les non Tamouls dans les multiplexes de Mumbai et de Delhi, et sont restés longtemps à l’affiche. Ces films devraient ressortir cette année doublés en hindi dans plus de salles. Tandis que Ghajini aura droit à son remake hindi avec Aamir Khan à la place de Surya.

JPEG - 15.2 ko
Rajini et Prabhu (Chandramukhi), acteurs-producteurs heureux

Le « Star System » a de beaux jours devant lui

Cette tendance indique clairement la domination totale du « star system » dans le cinéma tamoul. Les spectateurs payent leur place uniquement pour voir leurs acteurs (actrices) favoris dans des films de divertissement formatés contenant de l’action, de la comédie, un peu de romance, du glamour, des chansons à la mode et, enfin, un scénario aux multiples rebondissements. Cette clientèle est aussi friande de nouveauté. Il suffit qu’un réalisateur innove au niveau technique ou au niveau scénaristique pour que le public réponde présent.
Mais le jeune public (16-25 ans), à qui on doit 70 % des recettes du week-end d’ouverture, a aussi son mot à dire et n’hésite pas à aller voir des films sans têtes d’affiche comme le prouvent les succès de « Ullam Ketkume » « Arindhum Ariyamalum » et « Kanda Naal Mudhal ».

JPEG - 13.1 ko
Anniyan

Une stratégie efficace !

Étonnant, mais le box-office tamoul semble suivre le modèle de Hollywood et de Bollywood. Les grandes réussites de l’année doivent leur succès à d’excellentes recettes lors des deux premières semaines de leur sortie. L’idée est de rentabiliser un film lors de la première semaine quand la campagne de promotion bat encore son plein. Les producteurs se sont rendus compte assez rapidement qu’un film, c’est comme un parachute, s’il ne s’ouvre pas, vous êtes mort. Et la seule manière de ne pas mourir est d’inonder le marché avec autant de copies que possible ! Aujourd’hui, les grosses productions tamoules sortent avec 250-300 copies dans le monde entier et le nouvel objectif c’est : comment se faire de l’argent le plus rapidement possible !
Dorénavant, le nombre de jours à l’affiche d’un film n’est plus très important au box-office. En effet, dans la plupart des cas, après 50 jours, le taux d’occupation est juste de 15 à 20 pour 100, et les théâtres diffusent encore les films juste pour ne pas froisser les stars !
Une autre tendance croissante parmi les réalisateurs est d’écrire des scénarios qui conviennent aux plus grands nombres possibles. Les films qui basent leur histoire dans les villages du Tamil Nadu perdent lentement leur saveur et sont dorénavant plus orientés vers les citadins tamouls avec un oeil rivé sur la population de l’Andhra Pradesh, du Kerala et des NRI.

JPEG - 14.7 ko
Ghajini

En conclusion, l’année 2005 est un tournant pour Kollywood (comme l’année 2001 le fut pour Bollywood). Les succès commerciaux de ces films lui ouvrent de nouvelles perspectives pour les années à venir, notamment à l’étranger.

Source : The Hindu

Top 5 Kollywood 2005 :

1. Chandramukhi 60 cr

2. Anniyan 57 cr

3. Ghajini 35 cr

4. Thirupachi 22 cr

5. Sivakasi 17 cr

Article précédent | pret immobilier
Oscars : Paheli non nominé

Article suivant | credit immobilier
Kabhie Alvida Na Kehna repoussé


Dans la même rubrique

The Blood, premières images
Evénement Korean Connection 2011
Evénement Korean Connection 2011
The blood, naissance d’un court métrage
Bangkok Traffic Love Story
ETOILES & TOILES D’ASIE - 15e Festival Cinémas & Cultures d’Asie de Lyon

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan