Accueil > Articles > Oseam

Rubriques

Articles

Oseam

Oseam

Comme vous le savez, la Corée est devenue un acteur majeur du cinéma mondial. Dans le domaine de l’animation, elle traîne encore la patte et reste souvent une main que l’on commande (ateliers de sous-traitance) plutôt qu’une main qui crée. Néanmoins, cette main qui exécute souhaite prendre le contrôle depuis peu. Mari Iyagi (Grand Prix au festival d’Annecy 2002) est l’un des tout premiers métrages à sortir des frontières et à s’envoler doucement vers l’Occident. L’accueil fut plutôt mitigé pour cette copie des oeuvres de Hayao Miyazaki, le maître japonais (Le Voyage de Chihiro). Wonderful Days, tourné vers l’action, se propose aussi de concurrencer les Japonais. Accueil à nouveau en demi-teinte pour ce second long métrage d’animation à la japonaise même si, dans les festivals, il est acclamé (à tort à mon avis).

JPEG - 17.4 ko
Rien n’arrête Gilson

Oseam arrive timidement sur ces entrefaits. Il ne dispose que de quelques copies, et il est difficile de trouver une salle pour le voir.

Les longs métrages d’animation coréens ont toujours séduit par la qualité de leur graphisme d’appel. Je m’explique. Il suffit de voir une affiche de Mari Iyagi pour désirer visionner le film. Le même phénomène agit du côté de Wonderful Days. Oseam nous captive déjà rien qu’avec sa belle affiche représentant un gamin dans un champ, engoncé dans son foulard et accompagné d’un chien. Tout cela est d’une douceur sans égale et nous invite à découvrir l’histoire de ce petit garçon. On soupçonne déjà toute la magie et tout le caractère « onirique » tapis derrière...

Si les deux films d’animation coréens cités ci-dessus ne procurent que de quelconques émotions, il n’en est pas de même pour Oseam. D’emblée, nous sommes plongés avec une fluidité déconcertante dans ce récit d’un petit garçon espiègle (Gil-Son) et de sa soeur aveugle (Gam-I) à la recherche de leur « maman ». Au cours de leur périple, ils vont croiser le chemin de moines bouddhistes. Les paysages qui agrémentent le voyage de ces deux jeunes enfants sont d’une beauté à couper le souffle. Il est difficile de rester de marbre devant ces ruisseaux qui glissent entre les rochers, ces feuilles d’érables tourbillonnantes, ces champs d’herbes ondulantes... Cette magnificence renferme néanmoins une certaine tristesse... Une tristesse qui nous poursuit malgré les cabrioles du jeune Gil-Son qui nous font vraiment mourir de rire.

JPEG - 19.2 ko
Les temps heureux

Sous les dehors joyeux du petit garçon Gil-Son, vous l’avez compris, ce conte coréen va sombrer dans une noirceur très cruelle. N’oubliez pas, après l’automne, l’hiver s’amène avec toute l’imagerie que cela comporte. Vous aurez du mal à retenir vos larmes, et le cœur de ma voisine a probablement déclaré forfait. À un moment donné, ce n’est pas une poussière dans l’oeil qu’elle essaie de nettoyer, mais bien des larmes ! Une seule poussière ne tombe pas dans les deux yeux, n’est-ce pas ?

A l’instar de Printemps, été, automne, hiver... et printemps (film coréen de l’affreux Kim Ki Duk), le bouddhisme habite chacun des plans, chacun des traits dessinés, chacune des couleurs... Ceux qui ne sont pas habitués à cette religion trouveront curieuses certaines scènes et ne comprendront probablement pas d’autres. Néanmoins, en ouvrant leur sensibilité, je suis persuadé qu’ils seront touchés. Ah, n’emmenez pas vos enfants, ce conte est assurément « adulte ».

JPEG - 14.6 ko
Crayonné de recherche pour Gam-I

Cela dit, en ces temps où les religions telles que l’Islam ou la chrétienté remuent le monde, il m’apparaît pittoresque et rafraîchissant que l’on se penche sur le bouddhisme. Précisions une dernière chose, à propos des montagnes aux alentours du temple Gwaneum, lieu où se déroule le récit. Les villageois ont appelé ce lieu sacré « Oseam », ce qui signifie littéralement « un bouddha de cinq ans est né ici »... Tristesse infinie, certes, mais aussi bonheur infini ?

Ce film divise l’opinion des journalistes. Faites la vôtre !

JPEG - 35.7 ko
Le bouddhisme présent dans chaque image

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisation  : Sung Baek-Yeop
Pays : Corée du sud
Année : 2003
Scénario : Choi Min-yang, Lee Seo-gyung, Sung Baek-yeop, d’après une histoire originale de Jeong Chae-bong
Voix françaises : Magali Rosenzweig, Marine Boiron, Matéo Capelli
Dessinateurs : Lee Kang-yong, Lee Gun-hae, Im Jing-cheol, Yu Ji-hoon, Gwon Jong-won, Kim Eun-young, Kwon Eun-gyeong, Im Hye-jin, Hwang Jae-duk, Go Min-ah
Musique : Kang Ho-Jung
Production  : Mago21
Durée : 1h15 min
Support : Sortie Cinéma France - 22 Septembre 2004
Langue  : V.O sous-titres français ou doublé en français
Prix  :
GRAND PRIX au Festival Ecrans Juniors à Cannes - mai 2004
GRAND PRIX au Festival International du Film d’Animation à Annecy - juin 2004

Article précédent | pret immobilier
Kabhi Khushi Kabhie Gham

Article suivant | credit immobilier
Kal Ho Naa Ho


Dans la même rubrique

My Name Is Khan
My Name Is Khan
Ong Bak 2
Ong Bak 2
IP MAN
IP MAN
Chocolate
Chocolate
La Momie - La Tombe De L'Empereur Dragon
La Momie - La Tombe De L’Empereur Dragon

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan