Accueil > Articles > The Tricky Master

Rubriques

Articles

The Tricky Master

The Tricky Master

Wong Jing est le producteur-réalisateur le plus opportuniste, racoleur, copieur et vulgaire de tout Hong Kong (pourtant la concurrence est rude dans chacun de ces domaines), mais c’est aussi le plus productif, et surtout, le plus honnête et généreux avec son public. Ses films ne sont pas seulement bien remplis, ils débordent !... Et c’est aussi le cas de ce « maître de la tricherie ».



Voulant faire un énième « God of Gamblers like », il récupère Stephen Chow pour le second rôle et lui colle un garde du corps bagarreur nommé Frère 5 (bien qu’il s’agisse d’un acteur totalement différent). La comparaison avec les films officiels de la série s’arrête là. En effet, le héros est un flic sous couverture, dont le chef est un as du déguisement, avec même des masques à la Fantômas. Après avoir échoué une mission dans un lycée où il se faisait passer pour un étudiant, il doit infiltrer un gang d’arnaqueurs. Il y parvient, mais est découvert par la belle « Premier Amour » (c’est bien son nom !), qui le séduit pour mieux le mener en bateau. Rossé et ridiculisé par le chef du gang, il veut se venger. Sa fiancée lui propose de devenir le disciple de son beau-frère, le fameux maître de la tricherie de Macao (Stephen Chow, évidemment).


JPEG - 18.4 ko
Tiens, cette fille qui sort de la télé, ça m’rappelle un autre film...





La particularité d’un film qui est non seulement produit, réalisé, mais en plus écrit par Wong Jing, est la vulgarité gratuite et constante d’un humour bien gras.



Mais attention, je ne juge pas, je décris. Il faut aimer, c’est tout...



Ici, vous aurez droit à un gag visant en dessous de la ceinture toutes les deux minutes et à de fréquentes plongées de la caméra dans les décolletés. Cependant, ça reste d’un érotisme léger et désuet, ce n’est pas un porno allemand non plus !



La différence fondamentale avec un film contrôlé par Stephen, c’est qu’il y aurait alors toujours une part de romantisme et l’humour serait fondé sur une fantaisie poétique, ce qui n’est absolument pas le cas dans ce film qui se vautre, lui, dans la bassesse la plus facile, avec une jouissance finalement communicative.



Eh oui ! Car les blagues de cul sont plutôt rigolotes, et les scènes d’action sont assez pêchues. C’est le point fort de Jing, sa mise en scène « rentre-dedans », au montage très découpé, alternant des cadrages aux forts points de fuite.


JPEG - 22.6 ko
La caractéristique principale des partenaires de Stephen Chow,
c’est leur beauté plastique hallucinante !





La direction de la photographie est potable, sans plus. Il est en de même pour les décors et les costumes. Par contre, on trouve d’étonnants effets spéciaux en images de synthèse, inattendus dans un tel contexte. Le flic et son chef évitent les balles comme dans Matrix, les joueurs de mah-jong réalisent des prouesses incroyables avec leurs lignes de pions sans les renverser, des éclaboussures de sang virtuel évitent de salir les chemises lors des gunfights... Incroyable que Jing puisse user d’animation infographique pour des gags aussi puérils !



Dans son inépuisable générosité envers le spectateur, il nous offre aussi plus de scènes de jeu que dans tous les autres films de triche réunis et plus variées, puisque tout y passe, différents jeux de cartes, mah-jong, dominos, paris, etc. De plus, il permet à Stephen Chow de réaliser son fantasme, imiter le style de son idole Bruce Lee lors d’un combat à mains nues joliment troussé.



Et puis, il y a aussi le concept du anti-héros poussé à l’extrême. Son jeune flic se fait lourder de son job, il ne parvient pas à séduire les filles, se retrouve pratiquement à poil au milieu de la foule, et est de toute façon constamment coiffé et habillé de façon ridicule.


JPEG - 26.7 ko
la technique de la mante religieuse, apparemment





Pour Wong Jing, le héros ne doit pas provoquer de compassion, mais uniquement les moqueries du public... difficile de s’identifier à lui dans ce cas de figure, mais heureusement, Stephen est là avec son habituel détachement spirituel et il suffit à sauver le film de la « zèderie » à la Max Pecas !!!


P.-S.

FICHE TECHNIQUE :

Réalisateur, scénariste, producteur : Wong Jing

Pays : Hongkong

Année : 1999

Interprètes : Nicky Cheung, Stephen Chow, Sandra Ng, Suzie Kwan, Kelly Lin, Wong Jing

Directeur de la photographie : Ko Chiu-Lam

Monteur : Marco Mak

Compositeur : Lincoln Lo

Durée : 95 min

Support : DVD Universe Laser & Video, en cantonais et en mandarin 2.0, sous-titres chinois, anglais et malais, grand écran anamorphique 1.85, NTSC toutes zones, suppléments bandes annonces, interviews et première du film (non sous-titrées), biographies

Article précédent | pret immobilier
Royal Tramp 1 & 2

Article suivant | credit immobilier
Escaflowne - Le film


Dans la même rubrique

My Name Is Khan
My Name Is Khan
Ong Bak 2
Ong Bak 2
IP MAN
IP MAN
Chocolate
Chocolate
La Momie - La Tombe De L'Empereur Dragon
La Momie - La Tombe De L’Empereur Dragon

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan