Accueil > Biographies > Bollywood > Ashutosh Gowariker

Rubriques

Bollywood

Ashutosh Gowariker

Ashutosh Gowariker

Fonctions : acteur, réalisateur

Né le 15 février 1965 à Mumbai (Bombay)

Situation de famille : marié avec Sunita, productrice, parents de deux fils, Konark et Vishwan.

Site de référence : aucun

Ashutosh Gowariker faisait des études de chimiste et accessoirement du théâtre, lorsqu’il a été remarqué par Ketan Mehta qui lui a proposé un rôle dans Holi, en 1984. Il tourne dans des sitcoms, comme Discovery of India, Jantar Mantar, et Circus en 1989 où il croise Shah Rukh Khan. Il tourne aussi pour le cinéma, dont un rôle dans Kabhi Haan Kabhi Naa en 1993 aux côtés de... Shah Rukh Khan. Mais les rôles qu’on lui propose sont décevants et il réalise très tôt que ce qui le passionne vraiment, c’est ce qui se passe derrière la caméra. Sans bagage technique et sans aller dans une école de cinéma, il apprend sur le tas, tout en étant acteur il seconde les réalisateurs sur les tournages.

En 1993, il passe à la réalisation et tourne son premier film Pehla Nasha, un policier, remake de « Body double » de Brian de Palma. Celui-ci ne rencontre pas un grand succès mais il prouve qu’il est capable d’être réalisateur. Deux ans plus tard, il sort Baazi, encore un policier, qui obtient un meilleur score au box office. La présence d’Aamir Khan donne vraisemblablement un plus à la carrière du film.

Mais Ashutosh Gowariker a des histoires à raconter, des histoires qui vont au-delà du divertissement pour remplir l’autre mission du cinéma populaire indien : éduquer, au sens le plus large. Faire passer des messages pour faire évoluer les mentalités, reconnaître les plus faibles, les plus démunis, donner au peuple indien confiance en l’avenir, en sa force, en sa capacité à surmonter les obstacles.

L’idée de Lagaan a déjà germé dans son esprit depuis plusieurs années. Il fait le tour des maisons de production avec son script. Peine perdue, personne ne croit aux films à forte consonance historique, réputés coûter cher et engendrer des « flops » au box office. Il présente alors son "bébé" à Aamir Khan, qui après réflexion accepte ce projet original. Néanmoins, l’acteur demande à Ashutosh Gowariker de réécrire encore une fois son scénario. La dernière version réunit enfin tout ce que Bollywood aime produire : le drame, l’amour, l’humour, la musique et même le sport (un sujet qui suscite de plus en plus d’intérêt). Aamir Khan, convaincu, décide de miser gros et crée une société de production pour mener à bien ce projet. On peut saluer ici l’engagement d’une star pour le projet d’un réalisateur presque débutant !

Contre toute attente, le succès de Lagaan sera phénoménal,. Pourtant sorti sur les écrans au même moment que deux films à succès, Gadar et Kabhi Khushi Kabhie Gham, le drame historique d’Ashutosh Gowariker réussit pourtant à tirer son épingle du jeu, mieux que cela, à devenir une référence !
Ashutosh Gowariker, réalisateur autodidacte est sacré meilleur réalisateur de l’année 2002, Lagaan récolte pas moins de sept prix au IIFA Award (India International Film Awards).

Fait exceptionnel, le film bénéficie d’une sortie internationale, aux Etats-Unis, en Angleterre, en France où il est le premier « Bollywood » à sortir sur grand écran. Lagaan déplace les foules autant en Inde qu’à l’extérieur du pays. Même le premier ministre anglais Tony Blair a tenu à voir le film. Lagaan a été nominé aux Oscars américains et a ainsi rejoint ainsi le cercle très fermé des films indiens ayant eu ce privilège ( Mother India et Salaam Bombay).

Evidemment, l’attente était forte pour le film suivant : Swades, sorti sur les écrans en 2004, avec la star Shah Rukh Khan comme interprète principal. Ce film, co-produit par Ashutosh Gowariker et son épouse Sunita, a entériné l’image d’un des réalisateurs indiens les plus doués de sa génération, et l’un des plus originaux. En effet, son film s’éloigne des standards Bollywood : l’histoire d’amour est secondaire, les messages sur la société y sont prioritaires, alors même qu’ils sont dérangeants pour les Indiens : remise en cause du gouvernement, de l’état d’esprit de la population, de la tradition... Le film n’a pas connu un grand succès public en Inde, et il n’y a rien d’étonnant à cela. Mais il a été plébiscité par la critique et le public hors Inde, comme une réussite cinématographique portée par une belle histoire, une interprétation et une mise en scène exceptionnelles.

Swades est sorti sur les écrans français en 2005, Ashutosh Govariker est venu le présenter en avant-première à Paris et il a pu ressentir la ferveur des fans du cinéma indien en France. Il revient pour la Bollywood Week de 2006, rencontrer à nouveau le public français.

Son prochain film, en tournage en 2006, est attendu avec impatience : Akbar - Jodha sera historique, une histoire d’amour (sur fond social ?) qui réunira deux grandes stars de Bollywood : Hrithik Roshan et Aishwarya Rai. De belles images en perspective...

Lire également l’interview d’Ashutosh Gowariker par les rédacteurs de Fantastikasia, lors de la venue du réalisateur à Paris pour la sortie de Swades, en 2005.

P.-S.

2004 - Swades avec Shah Rukh Khan, musique de AR Rahman

2001 - Lagaan avec Aamir Khan, Gracy Singh, musique de AR Rahman

1995 - Baazi avec Aamir Khan, Kulbushan Kharbanda, musique de Anu Malik

1993 - Pehla Nasha avec Juhi Chawla, Deepak Tijori, musique de Neeraj Utank

Article précédent | pret immobilier
Amitabh Bachchan

Article suivant | credit immobilier
Preity Zinta


Dans la même rubrique

Abhishek Bachchan
Abhishek Bachchan
Waheeda Rehman
Waheeda Rehman
Hrithik Roshan
Hrithik Roshan
Priyanka Chopra
Priyanka Chopra
Zeenat Aman
Zeenat Aman

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan