Actualités

Délocalisation des entreprises : la fin de l’eldorado chinois ?

Depuis quelques années, l’installation en Chine séduit nettement moins les sociétés étrangères en dépit de la croissance économique impressionnante de Pékin. Certains groupes ont d’ailleurs redéployé leurs activités industrielles en dehors du pays. D’autres multinationales devraient leur emboîter le pas bientôt. Pourquoi la Chine attire-t-elle de moins en moins les entreprises ? Qu’est-ce qui explique certaines délocalisations d’unités de production de la Chine depuis quelques années ?

La remise en cause de la compétitivité chinoise

La quasi-totalité des grandes sociétés continue de s’intéresser à la Chine en raison de son vaste marché. Celui-ci présente un énorme potentiel de croissance. Toutefois, une augmentation significative des coûts d’exploitation pousse de nombreux dirigeants à la prudence. Depuis quelques années, la main-d’œuvre devient plus onéreuse dans le pays. Les salaires ont progressé dans la quasi-totalité des secteurs. Pour s’en sortir, certaines entreprises choisissent de se relocaliser dans une zone chinoise avec des rémunérations bon marché. Malheureusement, cette solution ne permet pas à toutes les sociétés de renouer avec la rentabilité.

Outre la cherté de la main-d’œuvre, les dirigeants doivent aussi gérer la flambée des prix de l’immobilier. Les tarifs du mètre carré ont augmenté dans la quasi-totalité des grandes villes. Les propriétaires ont répercuté cette hausse sur les charges locatives des bureaux et des ateliers. Cet alourdissement des coûts affecte particulièrement les entreprises avec une faible marge bénéficiaire. Elles subissent des pertes lorsqu’elles comptabilisent des frais de transport liés au transfert de leurs marchandises sur le marché final. Pour éviter une faillite certaine, certaines sociétés choisissent carrément de rapatrier leurs unités de production et de revoir leur mode fonctionnement. Réalisez donc une bonne étude prospective avant toute délocalisation de votre business en Chine.

Un changement de mentalité en matière de consommation

L’ouverture de la Chine au reste du monde a favorisé l’évolution des modes de vie. La riche bourgeoisie du pays ne consomme plus forcément les articles « made in China ». La couche aisée cherche de plus en plus à imiter les européens et les américains. De nombreuses personnes fortunées ne priorisent pas forcément les biens « made in China ». Ils se tournent plutôt vers de produits de luxe importés pour mieux afficher leur appartenance sociale. Cela ne s’assimile pas forcément à un manque de patriotisme. Ce comportement s’observe dans les secteurs de l’alimentation, du cosmétique, de l’habillement, etc. La bourgeoisie fortunée adopte aussi une attitude similaire en matière de tourisme. Un riche Chinois va sans doute choisir d’aller visiter la tour Eiffel ou le lac Titicaca alors qu’il n’a pas peut-être pas encore découvert les plus beaux endroits de son pays. Vous devez tenir compte de ce facteur si vous prévoyez de déménager votre business à Pékin. Approfondissez les études sur le terrain pour éviter toute surprise désagréable.

Une politique environnementale plus stricte

Les autorités chinoises se montrent de plus en plus intransigeantes en ce qui concerne les enjeux écologiques. Elles infligent des peines et des sanctions lourdes aux contrevenants. Par ailleurs, les mesures prises ne favorisent pas souvent les entrepreneurs. Ainsi, quelques villes ont reclassé sans préavis des zones industrielles en terrains résidentiels. Cela contraint les sociétés à une relocation forcée de leurs unités de production. Un tel déménagement implique forcément des moyens conséquents. Cela pousse certaines multinationales à opter pour une délocalisation de leurs activités de la Chine pour éviter la faillite. Parfois, les responsables chinois imposent la mise en conformité des installations aux exigences environnementales. Cela entraîne une augmentation des coûts opérationnels. Les sociétés compétitives réussissent généralement à se repositionner dans des villes moins strictes. De nombreuses entreprises ont dû abandonner les zones côtières pour se réfugier au niveau des régions intérieures. Conformez-vous donc aux écologiques lors de la délocalisation de votre business en Chine.

Des délocalisations de plus en plus contrôlées

La chine se montre de plus en plus restrictive à l’égard des sociétés étrangères. Plusieurs décennies d’ouverture ont permis à Pékin de bénéficier d’un réel transfert de technologie. Depuis quelques années, le pays nourrit plutôt des ambitions expansionnistes. Il multiplie les mesures incitatives pour encourager ses ressortissants à investir dans d’autres contrées. Cela s’explique surtout par leur volonté de trouver de nouveaux débouchés. Cela témoigne de leur détermination à s’affirmer comme une véritable puissance commerciale. Pékin n’ouvre désormais son marché qu’aux entreprises susceptibles d’apporter une réelle valeur ajoutée à leur économie.

Par ailleurs, la Chine prône la délocalisation de ses industries lourdes. Le phénomène s’observe surtout dans le domaine de la sidérurgie. Cette politique lui permet de réduire la pollution atmosphérique en transférant en dehors de son territoire certaines activités génératrices de gaz à effet de serre. Désormais, le régime chinois et ses investisseurs disposent suffisamment de moyens. Ils rêvent donc de conquérir financièrement et économiquement le monde. Cela se traduit par le rachat ou le contrôle du capital des plus grandes multinationales.

En dépit de l’augmentation du coût de la main-d’œuvre et des restrictions environnementales ou commerciales, plus de 30 000 sociétés à capitaux étrangers ont ouvert les portes en Chine au cours des trois premiers trimestres de 2019. En effet, la croissance économique du pays représente un atout important. Elle garantit des retours sur investissement très intéressants. Les promoteurs apprécient également la disponibilité des talents, la modernisation exponentielle de Pékin ainsi que le dynamisme de son marché.

Un conflit commercial Chine-USA dévastateur

La délocalisation d’une entreprise représente un choix hasardeux depuis que les États-Unis ont lancé un bras de fer avec les autorités chinoises pour réduire leur déficit. Les deux pays appliquent désormais des taxes exorbitantes sur leurs exportations mutuelles. Les Américains ont ciblé la quasi-totalité des importations chinoises sur leur territoire à l’exception de quelques médicaments et minéraux. Les conséquences de ces sanctions déguisées se ressentent déjà.

  • L’économie chinoise montre d’évidents signes de ralentissement. Cela se traduit par un net recul des exportations du pays comme ont pu le confirmer les dernières statistiques officielles. Malheureusement, la politique de relance budgétaire instaurée par Pékin peine à produire les effets attendus.
  • Avec la surtaxe américaine, l’économie chinoise perd définitivement sa compétitivité et son attractivité pour les entreprises étrangères qui exportent leurs biens vers le pays de l’Oncle Sam. Ces structures se retrouvent dans une situation délicate qui les pousse à s’installer dans d’autres contrées. La Chine subit donc désormais une délocalisation qu’elle peine à contrôler. La plupart des sociétés concernées se tournent vers les pays voisins comme la Malaisie, le Vietnam, la Thaïlande, le Bangladesh et le Myanmar. Ces déménagements industriels devraient se poursuivre tant que durera le conflit commercial Chine-USA. Les Américains campent sur leur position et se satisfont d’un déficit à la baisse même s’ils subissent aussi les mesures de rétorsion appliquées par Pékin.
  • Une aggravation des tensions entre ces deux puissances économiques devrait accélérer la délocalisation des étrangères installées en Chine vers les pays voisins. Ce géant de l’Asie risquerait de perdre durablement son attractivité et sa compétitivité d’antan. Cela devrait réduire son influence géopolitique et favoriser l’apparition de nouvelles nations émergentes.

La Chine a revu son taux de croissance à la baisse depuis le déclenchement du conflit. Mais, son marché reste dynamique. Vous pouvez délocaliser votre entreprise dans ce pays si vous ne prévoyez pas d’écouler votre production vers les États-Unis. Toutefois, prenez le temps de mener des études approfondies et réalistes sur le terrain. Préparez un business plan pragmatique pour éviter toute mauvaise surprise.

Show More

Camille

Fan de la culture asiatique, j'ai passé 4 ans de ma vie en Asie, dont 2 ans en Chine. A travers ses articles, je relate mes expériences et souhaite partager la culture asiatique aux lecteurs !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close