Rubriques

4e festival international du film fantastique de Neuchâtel

Azumi (NIFF)

Azumi (NIFF)

Voilà bien longtemps que j’attendais de voir un chambara à la sauce Kitamura (Versus, l’ultime guerrier, Down to Hell, Alive...) et je ne devais pas être le seul dans ce cas-là, vu la salle archi pleine (la projection avait lieu à minuit !) qui était tout aussi impatiente que moi. C’est donc chose faite, et une fois de plus, le réalisateur qui monte de plus en plus vite au Japon nous a fait une surprise de taille.

Azumi est une jeune orpheline qui a été élevée par un vieux sage avec neuf autres enfants, afin de devenir des assassins au service du bien. Leur apprentissage étant terminé, le maître réunit ses dix disciples pour leur confier leur première mission. Mais il doit avant tout être sûr de leur loyauté et de leur obéissance. La dernière épreuve ne laissera place qu’à cinq des concurrents. Ces cinq vainqueurs, dont Azumi, partent donc en mission pour assassiner différents seigneurs qui veulent déclencher une guerre dans tout le Japon. Leur première victime se laisse avoir par surprise à cause de la jeunesse et de la beauté de la jeune fille qui paraît totalement innocente. Les choses se corsent ensuite, car des portraits robots des jeunes assassins sont diffusés dans le pays.

JPEG - 9 ko
La violence d’Azumi



Le deuxième seigneur, après une feinte rondement menée, s’armera de tous les bandits qu’il trouvera, allant même jusqu’à libérer de prison le plus dangereux de tous les criminels. Ce dernier prendra la tête de l’armée destructrice. Azumi et ses amis auront fort à faire pour arriver à leurs fins...

JPEG - 6.9 ko
Un méchant assez charismatique



Un nouveau film ultra violent, comme a son habitude, mais empreint de beaucoup de comédie. Kitamura nous prouve donc ici qu’il peut faire beaucoup de genres différents. Pour un coup d’essai, ce chambara est effectivement un beau coup de maître. La qualité de l’image est irréprochable. Un effet nouveau est utilisé dans une scène de combat où la caméra fait deux rotations complètes autour des acteurs. La particularité est que celle-ci tourne verticalement, ce qui change radicalement de la vue habituelle. Ajoutez à cela des décors absolument fantastiques et une musique entraînante. À noter également les courtes apparitions des acteurs de Versus (Tak Sakaguchi, Hideo Sakaki...).

Certes, on reprochera toujours au réalisateur de faire un peu trop jaillir le sang, mais ce type de production s’adresse uniquement aux inconditionnels du genre, et quand on donne des coups d’épées, les acteurs ne peuvent pas rester blancs comme neige. Les festivaliers qui avaient déjà découvert Ryuhei Kitamura grâce à ce film et à Aragami les années précédentes ont donc été conquis. Un tonnerre d’applaudissements a suivi la projection.


JPEG - 9.1 ko
Le nouvel effet de rotation vertical



L’avis de Mercano Boy : Soyons clairs, avec Azumi, on n’est pas très loin du chef-d’oeuvre du film de chambara moderne... Azumi, ce sont les combats au sabre de Versus multipliés par 100 ! Autant dire que si vous êtes fans du genre, vous allez déguster sévère ! Le film est visuellement somptueux, l’histoire est bien construite et les personnages sont réellement intéressants (à noter, dans un rôle secondaire, le méchant de Versus).

Ryuhei Kitamura, visiblement très inspiré, balaie l’écran avec des chorégraphies de combats proprement hallucinantes... (Voir la caméra effectuer des 360° à la manière d’un grand 8 pendant un duel sur une planche !) On retrouve également toute la cruauté du cinéma de sabre japonais dans certaines scènes-clés : les meilleurs amis doivent s’entre-tuer, un méchant particulièrement sadique tue un des personnages principaux sous le regard impuissant de sa bien-aimée, l’héroïne ne peut échapper à son destin de guerrière...

Bref, si vous avez aimé Versus ou si vous êtes un inconditionnel du film de chambara, Azumi est fait pour vous !

JPEG - 5.5 ko
Une prise de vue à couper le souffle



Note de Wolverine : 9,5/10
Note de Mercano Boy : 8,5/10

P.-S.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisation : Ryuhei Kitamura
Pays : Japon
Année : 2003
Interprétation : Aya Ueto, Shun Oguri, Hiroki Narimiya, Joe Odagiri, Yoshio Harada, Masato Ibu, Aya Okamoto, Naoto Takenaka, Tak Sakaguchi, Hideo Sakaki
Scénario : Isao Kiriyama, Yu Koyama, Rikiya Mizushima, d’après le manga de Yu Koyama
Image : Takumi Furuya
Montage : Shuichi Kakesu
Direction des combats : Yuta Morokaji
Musique : Iwashiro Taroh
Production : Mataichiro Yamamoto
Durée : 143 min

Article précédent | pret immobilier
Interview d’Erik Charles Matti, le « Gagamboy-Man »



Dans la même rubrique

Azumi (NIFF)
Azumi (NIFF)
Interview d'Erik Charles Matti, le « Gagamboy-Man »
Interview d’Erik Charles Matti, le « Gagamboy-Man »
Gagamboy (NIFF)
Gagamboy (NIFF)
Dragon Head
Dragon Head
Tokyo Godfathers
Tokyo Godfathers

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan