Rubriques

50 ans de cinéma coréen en 50 films

50 ans de cinéma coréen en 50 films

50 ans de cinéma coréen en 50 films

La production cinématographie sud-coréenne a débuté en 1955. La cinémathèque française se propose d’en faire une rétrospective en programmant des films d’un maximum d’auteurs, de genres et d’années différentes, du plus ancien, La vallée de Pia (1955), au plus récent, Memories of Murder (2003).

Cette rétrospective a lieu à la salle « Palais de Chaillot » (7 av. Albert de Mun, Paris 16ème, métro Iéna ou Trocadéro), du 6 janvier au 26 février 2005.

Ce sont les mesures fiscales et le système des quotas, mis en place en 1962, qui favorisèrent l’essor d’un cinéma national capable de résister aux importations américaines, le cinéma étant alors géré par le ministère de l’Information. Pour satisfaire aux exigences des quotas, les maisons de production sont alors obligées de produire de très nombreux films afin d’avoir le droit d’en importer quelques-uns de l’étranger.

Cette rapidité de production a évidemment dirigé le cinéma coréen vers les films de genre, ce qui n’interdit pas aux réalisateurs d’y glisser leurs préoccupations sociales, notamment vis-à-vis de la guerre de Corée et de ses conséquences sur la division du pays. Ce point est tellement prégnant dans la culture coréenne qu’il hante la plupart des films, concrètement ou métaphoriquement. C’est pourquoi, dans tant de scénarii, les adversaires sont deux frères ennemis qui, finalement, retrouvent ce qui les rapproche...

Malgré l’émergence de la télé dans les années 70 et l’agitation politique des années 80, le cinéma coréen se porte aujourd’hui mieux que jamais. Il suffit de voir le nombre de films exportés avec succès en Asie et même en Occident.

En France, 2004 marque un record du nombre de films visibles en salles. Old Boy, de Park Chan-Wook, salué par la critique, est même le « vrai » gagnant du festival de Cannes selon certains...

Les films programmés à la cinémathèque couvrent donc tous les genres du cinéma coréen, films de sabre et de guerre, polars, mélos, adaptations de légendes et même films d’épouvante... Cela n’empêche pas les sujets sensibles et la critique sociale, qui abordent, par exemple, l’ordre patriarcal ou la violence urbaine à partir des années 80-90.

Rarement maniériste, le cinéma coréen se décrirait plutôt comme brut, voire brutal, davantage par l’énergie globale d’une scène que par la pureté d’un cadrage... Issu d’une société souffrant de nombreuses frustrations (tant sociales que culturelles, voire sexuelles), il est l’expression d’une libération.

Nous avons déjà traité certains films coréens de cette rétrospective, nous vous invitons à lire les articles :

- Swordsman in the Twilight

- Memories of Murder


Article suivant | credit immobilier
Programmation


Dans la même rubrique

Yeonsan-gun
Yeonsan-gun
Oasis
Oasis
Le village dans la brume
Le village dans la brume
La saison des pluies
La saison des pluies
The Marines Who Never Returned
The Marines Who Never Returned

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan