Rubriques

BIFFF 2006

L’Asie, version culte...

L’Asie, version culte...

Avant-dernier jour de notre première (mais pas dernière) visite à Bruxelles pour la 24eme édition du festival international du film fantastique, thriller et de science-fiction. Nous attaquons directement avec une avant-première en séance presse du « remake » d’un vieux film, 2001 Maniacs. Il s’agit d’une très bonne adaptation de l’original, avec de grands acteurs qui rajeunissent le métrage.

Deuxième séance presse de la journée, en compagnie du jury cette fois, Shinobi de Ten Shimoyama. L’histoire de deux villages ninja cachés dans les montagnes, qui doivent s’affronter par ordre du Shogun afin que seul reste le plus fort pour servir le pays. Excellent film d’action qui nous fait fortement penser tout de même à un autre film, X-Men. En effet, chaque personnage possède son propre pouvoir (il y a même un pseudo Wolverine avec ses griffes rétractables). Film d’action donc, avec en prime un petit rôle pour Tak Sakaguchi qui a participé à l’élaboration des scènes de combat. À découvrir pour vous faire une opinion... En sortant de la salle, nous apercevons Solveig et Romain, les responsables du festival du film fantastique du Luxembourg. Nous allons les saluer et en profiter pour déguster en leur compagnie une petite bière bruxelloise qui se laisse boire ;-).

JPEG - 17.6 ko
Les héros maudits de Shinobi...



S’ensuit une projection publique d’un autre film en compétition, Starfish Hotel de John Williams. L’histoire d’un homme qui trompe sa femme, jusqu’au jour où celle-ci disparaît. Il part donc à sa recherche et va découvrir une bien dure réalité... Film qui a divisé le public : beaucoup de personnes sont parties dès le début, mais ceux qui ont fait l’effort de rester ont été récompensés. Sans être exceptionnel, le film demeure tout de même bon, et la fin à rebondissements multiples ne cesse de surprendre...

JPEG - 10 ko
Le légendaire cinéma NOVA



Nous enchaînons avec un film sans aucun intérêt, I’m the Angel of the Dead de Nicolas Winding Refn, qui nous permet cependant de découvrir enfin la deuxième salle de projection dans le cinéma NOVA. À peine croyable, la salle n’est en fait qu’un simple entrepôt désaffecté avec un vrai écran, une vraie sonorisation et de vrais (mais archi-vieux) sièges de cinéma. Et c’est ici même que nous allons poursuivre en compagnie d’un public excité à l’idée de faire une soirée « nunsploitation » avec deux films cultes, Le couvent de la bête sacrée et Wet Rope Confession. Inutile de présenter le premier qui a fait grand bruit lors de sa sortie en 1974. Le film de Norifumi Suzuki, comme celui de Koyu Ohara, nous raconte les déboires de nonnes dans des couvents, avec au programme scènes de viol, lesbianisme et autre masturbation. À ne pas mettre entre toutes les mains (si je puis dire). La salle était en effervescence, et de nombreux fans des deux films nous ont permis de passer un bon moment.

JPEG - 11.2 ko
Wet Rope Confession et sa fameuse scène du mouton...


JPEG - 15.7 ko
Le mouton enfin dévoilé...



Nous retournons ensuite au Passage 44 pour boire une dernière bière avant d’aller récupérer un peu au fond de notre lit, et là, c’est le traquenard... Nous tombons sur Thibaut, notre attaché de presse qui nous donne des invitations pour le Bal des vampires qui a lieu le lendemain soir... Il nous dit de profiter de la soirée et de voir des films... Nous nous apprêtons à discuter avec un des habitués du festival alors que, dans le cadre de la nuit Masters of Horror de Mick Garris, commence l’épisode Jenifer, réalisé par Dario Argento, épisode que nous avions fortement envie de voir. Nous décidons donc de rester dans la salle.

Finalement, nous rejoindrons notre chambre vers 4 h, ce qui nous fait présager beaucoup de fatigue en rentrant, car le bal nous attend demain...

JPEG - 11.8 ko
Une salle bien étrange



P.-S.

FICHES TECHNIQUES :
SHINOBI
Réalisateur : Ten Shimoyama
Pays : Japon
Année : 2005
Interprètes : Joe Odagiri, Yukie Nakama, Renji Ishibashi, Tomoka Kurotani, Kippei Shiina, Erika Sawajiri, Takeshi Masu, Mitsuki Koga
Scénariste : Kenya Hirata
Directeur de la photographie : Shinji Chikamori
Monteur : Isao Kawase
Compositeur : Taro Iwashiro
Producteurs : Nozomu Enoki, Hiroyuki Saito
Durée : 101 min

Note Wolverine : 9/10

STARFISH HOTEL
Réalisateur, scénariste : John Williams
Pays : Japon
Année : 2005
Interprètes : Koichi Satoh, Kiki, Akira Emoto, Tae Kimura, Kazuyoshi Kushida
Directeur de la photographie : Benito Strangio
Compositeur : Vortex
Producteurs : Martin Rycroft, Misako Furukawa, Roland Lamour, Tsuyoshi Toyama
Durée : 98 min

Note Wolverine : 7/10

LE COUVENT DE LA BÊTE SACRÉE
Réalisateur : Norifumi Suzuki
Pays : Japon
Année : 1974
Interprètes : Yumi Takigawa, Emiko Yamauchi, Ryôko Ema, Emi Jo
Scénariste : Masahira Kakefuda, Norifumi Suzuki
Compositeur : Masao Yagi
Durée : 91 min

Note Wolverine : 5/10
Note Mercano Boy : 9/10

WET ROPE CONFESSION
Réalisateur : Koyu Ohara
Pays : Japon
Année : 1979
Interprètes : Yutaka Hayashi, Yuki Nohira, Miyako Yamaguchi
Durée : 74 min

Note Wolverine : 5/10
Note Mercano Boy : 6/10

Article précédent | pret immobilier
L’Asie tient ses promesses...

Article suivant | credit immobilier
La fin d’un rêve...


Dans la même rubrique

La fin d'un rêve...
La fin d’un rêve...
L'Asie, version culte...
L’Asie, version culte...
L'Asie tient ses promesses...
L’Asie tient ses promesses...
Quand les fantômes envahissent le BIFF
Quand les fantômes envahissent le BIFF
Le BIFFF enfin découvert...
Le BIFFF enfin découvert...

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan