Rubriques

Bollywood Week 2006

Veer-Zaara : la Conférence de Presse

Veer-Zaara : la Conférence de Presse

Mercredi 26 avril, 22 heures
Conférence de presse.

Pendant que le public reprenait ses esprits en (re)découvrant Veer-Zaara sur l’immense écran du Rex, les stars passaient quant à elles au Rex-Club attenant en évitant la foule en délire.

Rani Mukherjee, Preity Zinta et Shah Rukh Khan se prêtent à leur cinquante-troisième séance photo de la journée, cette fois avec les photographes de presse et d’agences. Puis ils s’installent derrière leurs micros. Il s’agira uniquement de questions-réponses, qui s’adresseront pour la plupart à Shah Rukh Khan. On peut regretter que les journalistes n’aient pas plus sollicité les talentueuses actrices. En effet, les questions tournaient autour de deux sujets centraux : Mr Khan lui-même, et le cinéma Bollywood par rapport au cinéma occidental. La star répond volontiers, et souvent avec humour, aux questions pas toujours inspirées qui lui sont posées. En voici les principaux échanges.

Q - Shah Rukh Khan, quel effet cela vous fait d’avoir une telle aura ?
R - Je suis issu de la classe moyenne, j’essaie de faire mon travail du mieux possible, les réactions extrêmes du public lorsqu’il me voit m’amusent, parfois, mais j’en suis aussi très heureux et je remercie Dieu chaque jour de ce cadeau qu’il me fait.

Q (Fantastikasia) - Shah Rukh Khan, vous êtes le roi de Bollywood, mais qui en est la reine ?
R (Preity Zinta) : c’est Rani la reine bien sûr, puisque son prénom signifie Reine.
R (Shah Rukh Khan) : elles sont toutes les deux les reines, l’une de dimanche, mardi, jeudi, l’autre le lundi, mercredi, vendredi...

Q - Vous n’êtes jamais venu à Paris avant, pourquoi ? Et reviendrez-vous ?
R - Je ne suis pas venu avant parce que j’étais trop occupé ! Plus sérieusement, depuis deux ans, l’Europe s’est ouverte à nous. Maintenant, nous nous sentons plus en confiance pour venir. Et puis, après tout, le cinéma français est depuis longtemps connu en Inde, pourtant Gérard Depardieu n’est jamais venu !
Je reviendrai bientôt, nous avons un projet de spectacle (« a big show » !), peut-être l’année prochaine à Paris.

Q - Avec Swades et Veer-Zaara vous endossez des rôles plus politiques, plus sociaux, allez-vous continuer dans cette voie ?
R - Pour moi, le cinéma, c’est avant tout du divertissement (« entertainment »). Je n’ai pas spécialement envie de donner du sens à mes rôles, je peux faire un rôle sérieux et juste après un rôle de pur divertissement. En tout cas, je n’ai pas l’intention de modifier mes choix pour prendre des rôles plus sérieux.

Q - Vous avez 40 ans et vous en paraissez 20, comment faites-vous ?
R - Je n’ai pas 40 ans dans ma tête, c’est certain. En plus, quand Monsieur Yash Chopra vous fait jouer avec des femmes aussi jeunes et belles qu’elle (dit-il en posant la main sur l’épaule de sa voisine, Preity Zinta), vous ne pouvez pas vieillir, vous restez forcément jeune.

Q - Aujourd’hui se tenait également l’avant première de « Mission : Impossible 3 ». Quelle est la différence entre Tom Cruise et vous ?
R (Shah Rukh Khan)- Tom Cruise a 40 ans, mais lui, il a l’air d’avoir 40 ans !
R (Preity Zinta)- : D’un côté, vous avez Shah Rukh Khan. De l’autre côté, vous avez Tom Cruise, Brad Pitt et les autres. Shah Rukh Khan est unique !

Q - Quelle est la différence entre Bollywood et Hollywood ?
R - Déjà, je précise que je n’aime pas ce mot « Bollywood » qui est utilisé ici, on devrait dire cinéma hindi. Quant à la différence entre ces deux cinémas, je dirais que, dans leurs films, les Américains veulent sauver le monde, nous les Indiens, nous voulons juste réussir les choses simples de la vie : aimer, se marier, rendre sa famille heureuse... Eux, ils se déplacent en fusée, nous, une Peugeot ou une Mercedes nous va très bien.

Q - Qu’est-ce qui pour vous explique le succès du cinéma indien en Europe, en Afrique ?
R - Le cinéma indien est universel, car il parle de famille, d’amour, de grandes valeurs. Alors que le monde dans lequel nous vivons est un monde difficile, le cinéma indien propose un monde plein de couleur et d’espoir, accessible à toutes les cultures. Un ami allemand me l’a expliqué de cette façon : en Europe, nous vivons dans un univers de « presse boutons », un bouton pour retirer de l’argent, un bouton pour conduire, un bouton pour faire l’amour (rire), et nous avons besoin d’un bouton pour déclencher l’émotion : c’est le cinéma indien !

Q : Mr Khan, il y a plusieurs siècles, des Indiens ont quitté leur pays pour aller travailler aux Antilles, à la Réunion, à l’Ile Maurice et ailleurs. Grâce à la diffusion des films Bollywood et à leur popularité grandissante, c’est devenu une source de fierté pour eux que d’être d’origine indienne. Qu’est-ce que cela vous inspire ?
R (Shah Rukh Khan)- En tant qu’artistes nous vivons un peu dans notre monde. Lorsque nous faisons les films, nous ne réalisons pas toujours l’impact qu’ils peuvent avoir et jusqu’à quel point nous pouvons toucher les gens, parfois cela dépasse de loin tout ce que nous pourrions imaginer. Cela m’inspire une profonde humilité.

Q (Fantastikasia à Yash Chopra) : Veer-Zaara a-t-il été joué sur les écrans au Pakistan ?
R (Yash Chopra) - Non, il a été vu et apprécié par tous les Pakistanais, mais sur DVD pirates ou importés officieusement. Il n’est pas encore sorti sur les écrans au Pakistan.

Q - Pensez-vous que le cinéma indien doive se rapprocher du cinéma occidental ?
R (Yash Chopra) - Le cinéma indien s’internationalise. Dans un contexte de globalisation, c’est une nécessité dictée par le business. Mais sur le fond, nous voulons maintenir nos spécificités indiennes.

Pendant ce temps, Tom Cruise faisait la promotion de son film à La Défense. 1000 personnes l’y attendaient, on a parlé de 5000 entre Virgin et le Rex pour Shah Rukh Khan. Et le lendemain, France Info commençait son journal du matin par « Tom Cruise était à Paris hier, mais l’événement, c’était Veer-Zaara ».

Et la semaine Bollywood ne fait que commencer !

L’équipe de Fantastikasia :

Photos de ANGUS (Thierry Presa)

Photos supplémentaires de Angus, Meldon, Jawadsoprano, Gorkita.

Article précédent | pret immobilier
Shah Rukh Khan enflamme Paris

Article suivant | credit immobilier
« Master class » de Yash Chopra


Dans la même rubrique

Interview de Ramesh
Interview de Ramesh
Interview d'Aparna
Interview d’Aparna
Interview de Yash Chopra
Interview de Yash Chopra
Interview Esteban
Interview Esteban
Lundi : finir en beauté
Lundi : finir en beauté

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan