Rubriques

FanTasia 2003 : 7e édition du festival du film fantastique d’action et d’horreur de Montréal

Godzilla x Megaguirus et Godzilla : Giant Monsters All-Out Attack

Godzilla x Megaguirus et Godzilla : Giant Monsters All-Out Attack

Aaaaaah ! c’est Godzilla ! Sorti des coulisses, le monstre s’avance d’un pas lourd. D’un coup de patte, il détruit l’un des gratte-ciel de Tokyo. Après avoir saccagé la ville, Godzilla repart aussi soudainement qu’il est arrivé.

Après ce petit spectacle qui nous met dans l’ambiance, le spécialiste es monstres nous parle un peu de la créature venue du pays du soleil levant. Celle-ci se présente souvent sous une enveloppe différente, selon le film et selon la créativité des concepteurs. La conception du monstre est considérée comme une œuvre d’art.

Godzilla a terrorisé le Japon pour la première fois il y a 49 ans. Pour sa 24e et 25e sortie, il s’attaquera à Montréal. Cette longévité du monstre fascine. Les deux films qui nous sont présentés nous éclaireront peut-être là-dessus...

Et contrairement à la croyance populaire, Godzilla revêt une couleur gris foncé tirant sur le noir et crache une flamme bleue radioactive. Pour le 24e opus, cependant, Godzilla x Megaguirus, le réalisateur a choisi de répondre à cette croyance. Le monstre prend donc une forme verte et projette une flamme jaune.

On en profite au passage pour saluer le réalisateur du 25e film de Gozilla, Shusuke Kaneko, qui présentera son film dans quelques jours. C’est le meilleur de la série, bien sûr ;-) . M. Kaneko a d’ailleurs droit à un accueil des plus chaleureux lors de la présentation de son film, Godzilla : Giant Monsters All-Out Attack, voire à une mini ovation. Les festivaliers se sont déplacés en grand nombre.

M. Kaneko cherche un peu ses mots en anglais. Il connaît FanTasia pour y avoir présenté Gamera il y a quelques années. Il est le premier a réalisé ainsi les deux « G ». Il aurait voulu ramener au devant de la scène de vieux monstres moins connus aujourd’hui. Mais voilà, la maison de production n’en voulait pas, parce que ce n’est pas assez vendeur. Un important marché de jouets se rattache à la sortie d’un film de Godzilla. Or, si le Mechagodzilla a fait recette, le Megaguirus du 24e métrage n’a pas eu le même succès. La production voulait donc des valeurs sûres, comme Ghidorah et Mothra, ce dernier étant très populaire auprès de la gent féminine. M. Kaneko a néanmoins pu sortir Baragon des oubliettes...


Shusuke Kaneko en action



Ces deux films de Godzilla s’ancrent dans la réalité socio-historique du Japon. De plus, ils mettent en vedette une femme. La première dirige un groupe d’élite formé à combattre le monstre, tandis que la deuxième travaille pour une chaîne de télé et veut prouver qu’une femme peut faire du reportage poussé...

Dans Godzilla x Megaguirus, tout tourne autour de la question de l’énergie. Le nucléaire dans les années 60 puis le plasma mis au point dans les années 90 ont dû être abandonnés parce qu’ils attiraient le monstre. La menace que représente ce dernier est telle qu’elle force ainsi à trouver des sources énergétiques moins puissantes. Quand on pense que Godzilla a été au départ abreuvé par la radioactivité, cette question de l’énergie apparaît donc comme un sujet sensible. Et la cupidité des hommes ne l’est pas moins non plus.

Dans Godzilla : Giant Monsters All-Out Attack, on puise dans le passé, historique comme mythologique. Après avoir égratigné au passage la version étasunienne - pour la plus grande joie des spectateurs - on se demande pourquoi Godzilla revient aujourd’hui, près de 50 ans après sa première apparition. Tapi dans l’océan, Godzilla aurait recueilli l’âme de ces soldats tombés pour la patrie et peut-être aussi celle des soldats ennemis lors de la Deuxième Guerre mondiale... Or, les hommes ont la mémoire courte et ont oublié ceux qui sont morts au front. Le monstre en colère refait ainsi surface. Il doit cependant affronter les « monstres gardiens », endormis depuis des siècles, mais qui vont se réveiller pour protéger le Japon : Baragon, Ghidorah et Mothra. Il faudra même que le Roi Ghidorah, un Ghidorah évolué, intervienne...


Godzilla - qui nous marche sur la gueule - a été spécialement créé pour FanTasia par des fans québécois !

Ce Godzilla venu réveiller les consciences se veut donc plus sérieux. Et plusieurs éléments - l’héroïne qui veut prouver ses capacités, son père, un amiral qui a connu la terreur créée par le monstre en 1954, la pensée accordée à ceux qui sont tués par le monstre, les principales batailles tournées la nuit - font de ce 25e opus un grand cru.

Le monstre même prend d’ailleurs un aspect plus méchant et bouge de façon plus souple que dans le 24e métrage, même si, dans ce dernier, ses épines dorsales sont plus imposantes. Mais n’allez pas croire que ce 24e film est raté ! Accompagné par une musique tonitruante qui l’impose, Godzilla a d’abord maille à partir avec les hommes, surtout une femme plus déterminée que jamais à l’éradiquer du globe. Vient ensuite le vicieux Megaguirus, libellule préhistorique ranimée par des essais. S’il apparaît plus léger que son successeur, ce Godzilla vaut néanmoins son petit pesant... de radioactivité !

Bref, cela promet pour l’avenir... ;-)

P.-S.

FICHES TECHNIQUES :
Godzilla x Megaguirus
Réal. : Masaaki Tezuka
Pays : Japon
Année : 2000
Scénaristes : Hiroshi Kashiwabara, Wataru Mimura
Interprètes : Misato Tanaka, Yuriko Hoshi, Masato Eve, Shosuke Tanihara
V.O.S.T.A - Durée : 105 min
Product. : Shogo Tomiyama
Distrib. : Columbia Tri-Star
Note : 6,5/10
Applaudimètre FanTasia : 8/10

Godzilla : Giant Monsters All-Out Attack
Réal. : Shusuke Kaneko
Pays : Japon
Année : 2001
Scénaristes : Keiichi Hasegawa, Masahiro Yokotani, Shusuke Kaneko
Interprètes : Chiharu Niiyama, Ryudo Uzaki, Shiro Sano, Masahiro Kobayashi, Hideyo Amamoto
V.O.S.T.A - Durée : 105 min
Product. : Hideyuki Honma, Shogo Tomiyama
Distrib. : Columbia Tri-Star
Note : 8,5/10
Applaudimètre FanTasia : 9/10

Article précédent | pret immobilier
Interview Marc Lamothe : Un festival du public

Article suivant | credit immobilier
Interview Marc Lamothe : Directeur des communications de Fantasia


Dans la même rubrique

The Man in White et Graveyard of Honor
The Man in White et Graveyard of Honor
Graveyard of Honor
Graveyard of Honor
Goldorak : ce n'est qu'un au revoir
Goldorak : ce n’est qu’un au revoir
Suicide Club
Suicide Club
Intimate Confessions of a Chinese Courtesan
Intimate Confessions of a Chinese Courtesan

Sur le Web : S'informer sur les conditions d'obtention de votre credit immobilier reste la première action à entreprendre avant d'aller consulter un courtier en pret immobilier afin de négocier le meilleur taux en connaissance de cause. Votre bien immobilier constitue l'investissement le plus important de votre vie. En cas de surendettement, plusieurs solutions de rachat de crédit ou de Crédit hypothécaire peuvent être envisagées. Le référencement naturel dans le secteur immobilier ainsi que du prêt immobilier a donné beaucoup d'abus. C'est de bonne guerre, le référencement payant est si prohibitif.

Articles les plus populaires

Shutter
Shutter
Dor
Dor
King Naresuan